IFAW met en ligne la plus grande marche d'éléphants contre le commerce de l'ivoire

Vendredi, Octobre 28, 2011
Reims, France
Dans la cadre de sa campagne européenne contre le commerce de l'ivoire, IFAW (Fonds international pour la protection des animaux - www.ifaw.org) lance sur Facebook la plus longue marche d'éléphants jamais réalisée pour sauver cette espèce menacée.

Cette marche virtuelle est mondiale et peut être rejointe en signant la pétition en ligne (www.elephantmarch.com) qui réclame aux décideurs de la planète et plus particulièrement à ceux des Etats membres de l'UE, de prendre des mesures strictes pour lutter contre le braconnage des éléphants et le trafic de l'ivoire tout en s'opposant définitivement à toute reprise du commerce international de l'ivoire.

Chaque signature se transforme en un éléphant pouvant être doté d'un message personnel et qui rejoint une file indienne symbolique. Après deux semaines de mise en ligne, la marche compte d'ores et déjà plus de 150 000 éléphants.

La France se révèle être, à ce jour, le second pays européen en terme de mobilisation autour de cette pétition, ce qui n'étonne en rien Céline Sissler-Bienvenu, Directrice d'IFAW France et Afrique francophone : «Les sondages d'opinion menés à l'échelle européenne ces dernières années montrent que les Français sont parmi les européens qui se sentent très concernés et interpellés par le sort dramatique des éléphants, et cela à raison. Depuis 2009, le braconnage des éléphants connaît un regain très inquiétant qui doit alerter nos responsables politiques quant à la nécessité de réinstaurer un embargo international total sur toute vente d'ivoire et veiller à son application. » Aujourd'hui, à moins de recourir à des analyses ADN très coûteuses, il est pratiquement impossible de distinguer l'ivoire légal de l'ivoire illicite. Par conséquent, l'existence d'un commerce légalisé de l'ivoire permet de mettre sur le marché de l'ivoire illicite issu du braconnage.

Plusieurs populations d'éléphants d'Afrique pourraient disparaître d'ici à 13 ans en raison du trafic de leurs défenses destinées à alimenter la demande croissante d'une classe moyenne émergeante pour l'or blanc notamment en Chine où un marché domestique légal de l'ivoire perdure. « Tant qu'il existera des débouchés commerciaux pour l'ivoire, les éléphants seront tués pour leur défenses », précise Céline Sissler-Bienvenu. « A titre d'exemple, le Parc national de Zakouma au Tchad comptait 3 885 éléphants en 2005. En 2010, ils n'étaient plus que 542. »

En termes de saisies, l'année 2011 promet de marquer un nouveau record: au moins 4 759 défenses d'éléphant et 12 493 kg d'ivoire ont déjà été saisis par les douanes dans le monde. Cela représente déjà 3 629 éléphants abattus. Mais selon l'OMD, les douaniers n'intercepteraient que 10% du trafic, ce qui nous conduit à un chiffre effrayant de plus de 36 000 pachydermes tués.

L'autre élément alarmant est la recrudescence des saisies de plus de 800 kg, lesquelles témoignent de l'implication croissante des réseaux criminels organisés. Ces derniers profitent et bénéficient du manque de coordination internationale.

Selon une enquête IPSOS*, 75% des français identifient bel et bien le commerce de l'ivoire comme la première menace qui pèse sur les éléphants, en revanche, 43% d'entre eux croient que l'ivoire issu des défenses d'éléphants peut être obtenu sans tuer l'animal. Cela est faux : chaque morceau d'ivoire provient d'un éléphant mort et les braconniers recourent à des méthodes de plus en plus sophistiquées, mais non moins cruelles, qui condamnent souvent les éléphants à une longue et douloureuse agonie.

Pour protéger les derniers éléphants de la planète, IFAW travaille avec les communautés locales pour remédier aux situations conflictuelles homme-éléphant, renforce les capacités de lutte contre la fraude et contre le braconnage dans les parcs et les réserves et mène des campagnes de sensibilisation auprès du public visant à réduire la demande pour l'ivoire tant en Europe qu'en Asie.

*Sondage d'opinion IPSOS «Les Français face aux menaces pesant sur les éléphants » administré par téléphone les 27 et 28 mai 2011 selon la méthode des quotas auprès d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

 

NOTES:

En 1989, la Convention des Nations-Unies sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a accordé aux éléphants sauvages le plus haut niveau de protection en les classant dans l'annexe I. L'achat et la vente d'ivoire et d'autres parties du corps des éléphants d'Afrique et d'Asie ont été dès lors interdits. Mais un changement dans cet accord a permis à quelques pays de vendre leurs stocks d'ivoire, ce qui a stimulé la demande et relancé la contrebande d'ivoire et donc le braconnage.

A propos du braconnage : Compter, mesurer, enregistrer et développer un suivi complet du braconnage des éléphants est impossible. Les quantités et les distances induites rendent la tâche herculéenne. C'est la raison pour laquelle on se retrouve avec des preuves anecdotiques, des histoires et des décomptes qui, une fois combinés, peuvent nous donner un aperçu du commerce illicite global de l'ivoire et nous faire mesurer l'ampleur de la menace qui pèse sur les éléphants.

Il est évident que la menace est très grave. Selon ETIS, on constate "une augmentation constante du commerce illicite de l'ivoire depuis 2004, avec un pic exceptionnellement haut en 2009....les saisies d'ivoire ont atteint des niveaux records en 2009 qui ont perduré en  2010."

D'ores et déjà, 2011 promet de marquer un nouveau record, avec au moins 5004 défenses d'éléphant confisquées.

Post a comment

Contact presse

Céline Sissler-Bienvenu (IFAW France et Afrique francophone)
Contact phone:
+333 26 48 29 20
Contact portable :
+336 17 56 10 74
Contact email: