Les États-Unis prennent des mesures diplomatiques contre la chasse à la baleine en Islande

Lundi, Septembre 19, 2011
Le président des États-Unis, Barack Obama, a annoncé aujourd'hui la prise de mesures diplomatiques à l'encontre de l'Islande pour condamner ses activités liées à la chasse à la baleine.

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW - www.ifaw.org) a salué cette initiative et invité le gouvernement américain à rester ferme face à la chasse à la baleine en Islande. Alors qu'approche la fin de la saison de la chasse du pays, aucune baleine d'une espèce menacée d'extinction n'a été tuée cette année, un succès qui fait suite aux précédentes mesures diplomatiques prises par les États-Unis.

Patrick Ramage, directeur du programme global de protection des baleines d'IFAW, a déclaré : « Voilà qui est encourageant. L'engagement du gouvernement américain est essentiel pour soutenir les initiatives internationales de protection des baleines. Les déclarations d'aujourd'hui montrent clairement que M. Obama ne fermera pas les yeux sur les efforts déployés par l'Islande pour relancer la chasse à la baleine et le commerce de viande de baleine. C'est une bonne nouvelle pour les baleines et pour la très vaste majorité de citoyens américains de tous bords qui souhaitent les voir protégées. »

En juillet dernier, Gary Locke, le ministre du commerce, avait invoqué l'amendement Pelly et certifié l'Islande pour le massacre de rorquals communs et de baleines de Minke, déclarant qu'un tel mépris de l'embargo international sur la chasse commerciale à la baleine était « inacceptable ». Il avait ensuite recommandé une série de six mesures diplomatiques, proposant notamment d'ajuster la coopération des États-Unis dans le cadre des projets arctiques en fonction de la politique islandaise de chasse à la baleine. Il invitait également à s'assurer que les délégations et les responsables de l'administration américains soulignent les préoccupations des États-Unis sur le sujet, à évaluer le bien-fondé des visites en Islande et à surveiller les activités de chasse. Le président Obama a aujourd'hui donné son accord sur l'ensemble des six mesures.

« Espérons que ces événements encourageront le gouvernement islandais à rejoindre une fois pour toutes les conclusions de son propre secteur touristique, à savoir que l'observation des baleines demeure "l'utilisation" la plus lucrative que l'on puisse faire de ces animaux au XXIème siècle. Lorsque les baleines sont observées plutôt que tuées, les animaux, les hommes et les économies côtières partout dans le monde ne s'en portent que mieux. » a-t-il ajouté.

Kristjan Loftsson est un pêcheur de baleine islandais solitaire, responsable à lui seul de la mort de 280 rorquals communs, une espèce menacée, au cours des cinq dernières années. En mai dernier, il a annoncé le licenciement de 30 membres de son personnel et le report de l'ouverture de la chasse aux rorquals à juillet, au plus tôt, du fait des difficultés de commercialisation de la viande au Japon imputables au tsunami qui a frappé l'archipel.

La chasse au petit rorqual a bien eu lieu cette saison en Islande, mais dans des proportions moindres par rapport aux années précédentes. Cette année, le pays a massacré 51 petits rorquals sur le quota de 216 qu'il s'était alloué. L'année dernière, plus de 200 baleines avaient trouvé la mort, dont 148 rorquals communs.

IFAW condamne la chasse à la baleine car elle est cruelle par nature. Il n'y existe pas de mort propre pour les baleines. Cet été, IFAW a lancé sa campagne 'Meet Us Don't Eat Us' (Venez  à notre rencontre, ne nous mangez pas) en Islande pour encourager les touristes présents dans le pays à soutenir l'observation responsable des baleines et à éviter les plats à base de viande de baleine. Pour plus d'informations, veuillez consulter le site www.ifaw.org.

Post a comment

Contact presse

Patrick Ramage (IFAW USA)
Contact phone:
+1 508 776 0027
Contact email: