Les canadiens refusent que leurs impôts financent la chasse aux phoques

Vendredi, Avril 29, 2011
TORONTO, Canada
Alors que les canadiens se préparent à remplir leur déclaration d’impôts, un nouveau sondage commandé par IFAW (Fonds international pour la protection des animaux - www.ifaw.org) à Environics Research Group montre que les canadiens restent fermement opposés à l’utilisation de leurs impôts pour financer l’industrie de la chasse aux phoques commerciale au Canada.

Les canadiens continuent à dire “pas avec mes impôts” lorsqu’il est question du financement de la chasse au phoque par le gouvernement, avec plus de 2/3 (68%) d’entre eux opposés à ce que le gouvernement fédéral utilise les revenus de l’impôt pour promouvoir la chasse au phoque pratiquée à des fins commerciales.  

Parmi les résultats de ce sondage national, on retiendra ce qui suit:

68% des canadiens s’opposent à l’utilisation de leurs impôts pour promouvoir la chasse au phoque commerciale.

71% des canadiens désapprouvent l’utilisation de leurs impôts pour attaquer l’interdiction européenne des produits dérivés du phoque auprès de l’OMC (organisation mondiale du commerce). Le gouvernement conservateur a annoncé, l’année dernière, qu’il déposerait un recours contre la législation de l’Union européenne sur la vente de produits dérivés de phoque, dont le coût pour le contribuable canadien a été estimé à 10 millions de dollars.

73% des canadiens déclarent que la chasse au phoque commerciale devrait se voir privée du soutien financier du gouvernement fédéral et devrait perdurer ou disparaître par elle-même. Les estimations actuelles montrent que le maintien de la pratique de la chasse aux phoques par le gouvernement coûte aux canadiens environ 3 fois plus qu’elle ne leur rapporte.

75% des canadiens désapprouvent l’utilisation du revenu de l’impôt pour financer des organisations qui soutiennent la chasse aux phoques.  

Par contre, une majorité écrasante (84%) approuve l’utilisation du revenu de l’impôt pour financer un programme de reconversion professionnelle des chasseurs.

“L’argent durement gagné par les canadiens et qui finance l’impôt devrait être dépensé raisonnablement en ces temps de difficultés économiques, et non être gaspillé dans une industrie qui bénéficie à de moins en moins d’individus chaque année et qui offre de sombres perspectives,” a déclaré Sheryl Fink, Directrice du programme phoques d’IFAW. “Non seulement la demande de produits dérivés du phoque est en train de disparaître, mais le manque de glace dû au changement climatique ne permettra plus à quiconque de compter sur cette industrie à l’avenir.”

“Utiliser les impôts pour financer la chasse aux phoques commerciale est un grand gaspillage d’argent” a ajouté S. Fink, “Même ceux qui refusent de voir la cruauté de cette chasse et son impact négatif sur notre réputation internationale ne peuvent pas ignorer que ces chiffres n’ont plus aucun sens.” Une étude du Professeur John Livernois menée en 2010 à l’Université de Guelph a prouvé que la fin de la chasse aux phoques commerciale permettrait au Canada d’économiser au moins 7 millions de dollars chaque année.

“La seule décision qui soit fiscalement responsable serait d’organiser la reconversion professionnelle des chasseurs dans d’autres activités, de cesser de gaspiller l’argent du contribuable canadien en tentant de maintenir à flot l’industrie de la chasse aux phoques et de mettre fin à la chasse au phoque commerciale.” conclut S. Fink.

Le sondage de l’ Environics National Telephone Omnibus présente les résultats d’une enquête téléphonique menée auprès d’un échantillon national aléatoire de 2 140 adultes composés de 1070 hommes et 1070 femmes de 18 ans et plus, résidant au Canada. La marge d’erreur pour un échantillon de cette taille est de +/- 2.12%, 19 fois sur 20. Les interviews ont été réalisés durant la période du 12 au 21 avril 2011. Les résultats prennent en compte tous les personnes interviewées aillant émis une opinion.

 

Les chiffres:

Nombre de licences de pêche : 6,000
Nombre de pêcheurs engagés dans la chasse aux phoques en 2010 : 390
Nombre d’entreprises qui commercialisent le phoque : 4
Valeur à terre des peaux de phoque en 2010 : $1.2 million
Valeur à terre des “autres” produits comprenant la viande et l’huile en 2010 : $60,000
Valeur à l’export des produits issus du phoque en 2010 : $2.1 million
Coût annuel de l’organisation de la chasse pour le Département de le pêche et des Océans** : $1 million
Coût pour combattre l’interdiction européenne des produits dérivés du phoque à l’OMC*** : $10 million
Coût pour le tourisme, le commerce et l’image du Canada : inconnu mais significatif

*Sauf mention contraire, source: Département des Pêches et des Océans’ 2011-2015 Integrated Fisheries Management Plan for Atlantic Seals

**Estimation sur la base des informations reçues via Access to Information and Privacy (ATIP).

***Estimation selon Simon Potter, avocat d’affaires chez McCarthy Tétrault, publié dans le Globe and Mail, 28 July 2009.

Post a comment