29 défenses d'éléphants saisies au nord du Kenya

Mercredi, Mai 6, 2009
Nairobi, Kenya
Vingt neuf défenses d'éléphants et trois Kalachnikov ont été découvertes hier à la suite d'un guet-apens préparé pendant trois mois dans la zone Est de Samburu au nord du Kenya, à 450 kilomètres de Nairobi.

Cette opération mise en place par les rangers du Kenya Wildlife Service (KWS), les éclaireurs du Namunyak Wildlife Conservation Trust (NWCT), et l'administration locale, a conduit à l'arrestation de deux braconniers Somali kényans et d'une personne originaire de la région. Huit autres braconniers se seraient échappés.  

"Certaines défenses semblent avoir été sciées directement sur les éléphants," constate Titus Letaapo, du NWCT. Les trois suspects ont été condamnés par la justice mais libérés peu après avoir payé une amende. Celle-ci trop faible, n’a aucun effet dissuasif et ne représente par conséquent qu’une petite tape sur les doigts, " selon T.Letaapo.

"Nous avons remarqué une augmentation du braconnage des éléphants dans cette région depuis le mois de décembre. La situation est critique, mais nous devons protéger ces éléphants à tout prix."

Vers la fin avril, 700 kg d'ivoire ont été saisis par les responsables du KWS, à proximité de la frontière entre le Kenya et la Tanzanie. James Isiche, Directeur du Bureau régional d'Afrique orientale d’IFAW, tire la sonnette d'alarme sur l'intensification des incidents de braconnage des éléphants dans cette région.

"C'est effrayant, la fréquence des saisie d’ivoire africain par les autorités est presque sans précédent. Il est nécessaire de prendre des mesures d'urgence pour enrayer cette situation, auquel cas les éléphants, qui ont déjà été au bord de l'extinction par le passé, appartiendront bientôt à l'histoire."  

"IFAW maintient que le commerce de l'ivoire, quel que soit l'endroit où il est autorisé, demeure une menace omniprésente pour les éléphants. La corrélation entre cette augmentation du braconnage des éléphants et des saisies d'ivoire avec les ventes exceptionnelles des réserves d'ivoire accordées par la CITES ne peut plus être ignorée," ajoute M.Isiche.

Rappelons que les incidents de braconnage interviennent à peine cinq mois après la vente de 108 tonnes d'ivoire provenant d'Afrique du Sud, du Botswana, de Namibie et du Zimbabwe approuvée pour la première fois en près de dix ans par la CITES (Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore menacées d'extinction), soutenue par les Nations-Unies.

Les saisies d'ivoire se succèdent à un rythme effréné depuis quelques mois. Plus de six tonnes, passées en contrebande depuis la Tanzanie, ont été saisies au Vietnam et une tonne saisie en Thaïlande en provenance d'Ouganda. Une série d’actes de braconnage se sont également déroulés au Kenya depuis le début de l'année, notamment au sein du Parc national Tsavo, un habitat essentiel pour les pachydermes au Kenya.

Pour en savoir plus sur le problème relatif au commerce de l'ivoire et prendre des mesures visant à sauver les éléphants, visitez le site www.ifaw.org dès aujourd'hui.        

Post a comment

Contact presse

Colleen Cullen ((Siège d'IFAW) – Etats-Unis
Contact portable :
+1 508 648-3586
Contact email: