La science harponne par la Commission baleinire au profit d’un compromis politique

Mercredi, Mars 11, 2009
Rome

A l’issue de trois jours de réunion d’intersession de la Commission baleinière internationale (CBI), cette dernière a aujourd’hui donné le feu vert à ce que les pro-conversation considèrent comme un dangereux changement de cap mettant en danger l’avenir des baleines.

Il y a plusieurs années, la Commission qui compte 84 nations parties, a élaboré une procédure scientifique précise appelée Procédure de gestion révisée (RMP) permettant de garantir que les quotas de prélèvement alloués dans le cadre de futures chasses à la baleine de type commercial seraient calculés sur la base d’une exploitation durable grâce à des procédures scientifiques éprouvées.

A l’issue d’une réunion d’intersession à Rome, la CBI a accepté de court-circuiter cette procédure scientifique en autorisant un petit groupe de travail (SWG) composé de pays membres, à développer un ensemble de propositions de compromis visant à permettre une reprise de la chasse commerciale à la baleine sur la base de quotas définis pour une période de cinq ans plutôt que sur la base d’une approche durable à long-terme.

L’objectif de cette démarche : obtenir une approbation unanime de la CBI pour ce compromis lors de la session annuelle qui se tiendra sur l’île de Madère au mois de juin 2009.

A Rome, Patrick Ramage, Directeur du programme global de protection des baleines d’IFAW dénonce : “La science a été sacrifiée au profit des chasseurs de baleines.”

Actuellement, la chasse à la baleine à des fins commerciales est pratiquée par des pays membres de la CBI qui exploitent plusieurs failles et exemptions de la Commission empêchant celle-ci d’exercer le moindre contrôle. Ainsi, la flotte japonaise chasse ouvertement les baleines à des fins soi-disant « scientifiques » en s’auto-délivrant ses propres permis.

Les pays pro-conservation, membres de la CBI, espèrent de ce fait qu’en autorisant le Japon à pratiquer provisoirement une chasse à la baleine côtière sur la base de quotas appropriés, ce dernier, en retour, limitera de lui-même ses opérations de « chasse scientifique ».

Les pro-conservation doutent sérieusement que la branche d’olivier ainsi tendue permette d’obtenir la réponse espérée.

Ces cinq dernières années, la flotte japonaise a harponné près de 5000 baleines parmi lesquelles des rorquals communs, des rorquals boréaux, des cachalots, des baleines de Minke et des rorquals de Bryde dans l’Antarctique et le Pacifique Nord, à des fins supposées scientifiques. Le propre Comité scientifique de la Commission, lors d’une révision du programme scientifique japonais, concluait en 2007, que les questions auxquelles ce programme se destinait à répondre à savoir le taux de mortalité naturelle des baleines par exemple, restaient sans réponse en dépit des milliers de baleines tuées.

M. Ramage ajoute ceci: “Le message délivré aujourd’hui par la Commission a été de faire fi de la science, d’oublier l’approche durable mais de se lancer toutes voiles dehors vers la recherche d’un compromis! La Commission ferme les yeux sur la chasse à la baleine menée actuellement par l’Islande et la Norvège ainsi que sur le commerce international de la viande de baleine repris récemment par ces deux pays.

“La CBI et ses pays membres se perdent en futilité pendant que les mesures scientifiques et juridiques destinées à assurer la conservation des baleines pour les générations futures s’envolent en fumée.”

Post a comment

Contact presse

Patrick Ramage (IFAW, Headquarters)
Contact phone:
+1 (508) 776 0027

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines
Robbie Marsland, Directeur régional, Royaume-Uni
Directeur régional, Royaume-Uni