Controverse sur la vente internationale d’ivoire d’éléphant en Afrique Australe

Lundi, Octobre 27, 2008
Le Cap, Afrique du Sud
Une vente internationale d'ivoire provenant d'éléphants, représentant plus de 9.000 kg a commencé aujourd’hui en Namibie. C’est la première fois en près de 10 ans qu’une vente internationale d'ivoire provenant d'éléphants a été approuvée par la CITES (Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore menacées d'extinction), soutenue par les Nations-Unies. La vente se poursuivra au cours des deux prochaines semaines au Zimbabwe, au Botswana et en Afrique du Sud, et ce sont au total 108 tonnes d’ivoire qui seront mises aux enchères,  ce qui représente la mort de plus de 10.000 éléphants.
La Chine et le Japon ont été approuvés comme partenaires commerciaux pour cet ivoire. Ces deux pays sont connus pour être les plus grands marchés illicites d'ivoire au monde. Le directeur du Programme éléphants d’IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) et ancien directeur du Kenya Wildlife Service, Michael Wamithi, a réagi à cette vente, déclarant que "Si l'on considère le niveau atteint actuellement par le braconnage des éléphants, laisser cette quantité exorbitante d’ivoire inonder le marché est tout simplement irresponsable." 

Le compte-rendu du sondage sur le commerce de l'ivoire en Chine réalisé par IFAW en 2007 a souligné le peu de crédibilité du système actuel de contrôle de l'ivoire en Chine, ainsi que le manque de volonté des Chinois à se conformer à ce cadre. Selon ce rapport, parmi les 14,5% de personnes qui admettaient réellement être des consommateurs d'ivoire, 75,7% enfreindraient volontiers le système de contrôle afin d'obtenir de l'ivoire à un prix plus bas. Il est aussi largement prouvé que le marché intérieur japonais est incontrôlé.

"Les gardes qui sont en première ligne dans les états de l'aire de répartition des éléphants continuent de perdre la vie en protégeant les éléphants contre le braconnage," poursuit M.Wamithi. "Les pays en développement continuent de subir le poids des marchés asiatiques florissants. En autorisant le marché légal de l'ivoire, nous ne faisons qu'encourager le blanchiment des stocks par les braconniers, ce qui augmente les activités de chasse illicite. La situation est très claire : l'augmentation de la quantité d'ivoire sur le marché signifie la mort d'un plus grand nombre d'éléphants, et de rangers."

Il y a un an, une suspension d'au moins neuf ans du commerce international de l'ivoire d'éléphant avait été approuvée lors de la 14ème Conférence des Parties de la CITES. Cette interdiction du commerce doit prendre effet une fois que les ventes des stocks d'ivoire seront terminées. A noter que l’Union Européenne et donc la France ont approuvé cette vente d’ivoire lors de cette conférence de la CITES.

"Ce moratoire imminent sur le commerce international de l'ivoire présente l'occasion exceptionnelle pour la communauté internationale de consacrer temps et énergie aux initiatives de conservation des éléphants," a déclaré Jason Bell-Leask, Directeur du bureau régional d'IFAW en Afrique du Sud. "Nous devons être vigilants si nous voulons réussir à maintenir l'intégrité des populations d'éléphants en Afrique et en Asie pour les générations futures. A ce stade, l’avenir des éléphants repose clairement entre nos mains."

Les tonnages suivants sont mis aux enchères : Botswana ~44 tonnes; Namibie ~9 tonnes; Afrique du Sud ~51tonnes; et Zimbabwe ~ 4 tonnes. Une partie non négligeable de ces stocks d'ivoire a été collectée par l'abattage sélectif, qui est en soi un moyen controversé de contrôler les populations d'éléphants.

En 1989, l’éléphant d'Afrique a été listé à l’Annexe I de la CITES, qui interdit effectivement tout commerce international des éléphants et de leurs produits dérivés, notamment l'ivoire, mais cette disposition a été révisée en 1997 et certaines populations ont été déclassées à l'Annexe II, qui permet le commerce avec autorisation spéciale de la CITES. Ce sera la deuxième vente internationale d'ivoire autorisée en près de vingt ans depuis l'embargo initial.

La semaine dernière, la plateforme internationale d'enchères en ligne eBay, Inc. a annoncé l'interdiction de tout commerce de l'ivoire d'éléphants sur l'ensemble de ses sites Web à compter du 1er janvier 2009. Cette décision suivait une récente investigation d'IFAW, qui a révélé la portée et l'ampleur massive du commerce illicite des animaux sauvages sur Internet.

Post a comment

Contact presse

Bernard Derty (IFAW France)
Contact phone:
+33(0)6 08 30 16 17
Contact email: