Réunion stratégique sur le commerce de l’ivoire de la Coalition pour l'Éléphant d'Afrique

Samedi, Juin 21, 2008
Mombasa, Kenya
Les pays de l'aire de répartition de l'éléphant d'Afrique ont commencé une réunion consultative – la troisième en deux ans – dans la ville côtière de Mombasa au Kenya. La réunion de 19 états, organisée par les gouvernements kenyan et malien sous l'égide de la Coalition pour l'Éléphant d'Afrique, réaffirme la Déclaration de Bamako contre le commerce de l'ivoire signée en février dernier au Mali. Elle tentera de trouver un consensus sur des questions cruciales pour la survie de l'éléphant d'Afrique.
Selon M. Aghatam AG Alhassane, président de la Coalition et Ministre malien de l'environnement, "Nous devons débattre des modalités de création d'un plan d'action qui nous permettra de maintenir une population d'éléphants viable et en bonne santé, loin des menaces générées par le commerce international de l'ivoire. En tant que Coalition pour l’Éléphant d’Afrique, nous plaidons en faveur de l'écotourisme au bénéfice des populations locales. C'est l'esprit, l'objectif et la mission de la Déclaration de Bamako."
 
Le Dr Noah Wekesa, Ministre des Forêts et de la Faune et co-président de la Coalition pour l'Éléphant d'Afrique, confirme que "la 57ème session du Comité permanent de la CITES, qui doit examiner le statut de l'éléphant et du commerce licite de l'ivoire, se tiendra en juillet 2008 à Genève. Avec la vente imminente de stocks d'ivoire provenant des états d'Afrique australe, il est impératif que la Coalition s'exprime auparavant d'une seule voix sur les questions relatives au contrôle du commerce de l'ivoire et aux mécanismes de prise de décision utilisés par la CITES pour réglementer ce commerce" a-t-il déclaré.
 
De plus, cette session débattra de la création d'un secrétariat à part entière destiné à gérer la Coalition, et elle donnera son avis sur l'établissement d'un Fonds pour l'éléphant d'Afrique qui, espère-t-on, prendra en charge les programmes destinés à résoudre les conflits hommes/éléphants, la dégradation de l'habitat et d'autres menaces qui pèsent sur les Etats de l'aire de répartition de l'éléphant. James Isiche, Directeur IFAW Afrique orientale (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) a confirmé : "Avec l’aide d'IFAW, nous pensons que la Coalition va progresser pour devenir une formidable voix en faveur de la protection des éléphants en Afrique – qui par le passé avait été minée par le braconnage et le trafic d'ivoire. Cependant, hisser la Coalition à un niveau supérieur nécessitera l'aide des Etats et des agences de développement et des organismes de conservation partageant ce point de vue.
 
La Coalition pour l'Éléphant d'Afrique est entrée dans l'histoire lors de la session 2007 de la Conférence des Parties de la CITES à La Haye, lorsque les Etats de l'aire de répartition des éléphants d'Afrique de l'Est et de l'Ouest ont joint leurs forces et réussi à obtenir un gel de 9 ans du commerce de l'ivoire. La Coalition est toutefois soucieuse de l'absence de contrôle adapté du commerce de l’ivoire. La vente exceptionnelle imminente de stocks d'ivoire estimés à 119 tonnes provenant des états d'Afrique australe, représente l'équivalent d’environ 10.000 éléphants morts. Cela pourrait déclencher une reprise du braconnage des pachydermes. La Coalition a également exprimé ses réticences quant au fait que la Chine, qui a été condamnée dans le passé en tant que consommateur d'ivoire illicite, a été officiellement approuvée par la CITES comme importateur d'une partie des stocks d'ivoire détenus légalement.

Post a comment

Contact presse

Kentice Tikolo (KWS)
Contact phone:
+254-20-600800
Contact email: