Pour sauver les derniers éléphants 17 états africains signent la Déclaration de Bamako

Jeudi, Février 7, 2008
Bamako, Mali
Les représentants de 17 états africains ont signé au Mali après deux jours de discussion un document important, la Déclaration de Bamako sur les Éléphants.
Les pays de l’aire de répartition de l'éléphant africain signataires sont : le Mali, le Niger, le Sénégal, le Burkina Faso, la Sierra Leone, la Guinée Bissau, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Togo, le Nigeria, le Ghana, le Libéria, la République Centrafricaine, le Rwanda, le Sud Soudan, l'Ethiopie et le Kenya. Ce sont les gouvernements du Mali et du Kenya qui ont accueilli cette réunion.
 
Le Ministre de l’environnement du Mali, Agatham AG Alhassan, a exprimé tout son appui à cet accord et a déclaré : "Avec des ressources humaines et financières très limitées, nous faisons non seulement face aux défis du changement climatique, mais aussi aux méthodes cruelles utilisées par les braconniers pour abattre les éléphants et détruirent leurs habitats considérés jusqu’alors comme des zones de sécurité."
 
Cette réunion est le symbole de l'unité des pays mentionnés ci-dessus, dans la lutte pour la conservation de l’éléphant et contre le trafic de l'ivoire. Depuis de nombreuses années les représentants de ces pays travaillent de très près sur ces questions.  Cette formalisation renforce à présent leur coopération.
 
"C'est une action significative pour les états de l’aire de répartition de l'éléphant africain," a dit Patrick Omondi, le Chef du Kenya Wildlife Service. " Non seulement nous adoptons une attitude commune contre l'abattage de nos éléphants aujoud’hui menacés, mais nous discutons aussi ensemble de l'importance d’une politique forte pour la  conservation de l’éléphant et des stratégies de gestion, qui sont essentielles pour le maintien des populations d'éléphant et par voie de conséquence pour la promotion du tourisme."
 
"Il est satisfaisant de penser que les pays partageant la même opinion conviennent d'un mécanisme pour mettre en oeuvre les décisions prises à la 14ème Conférence des Parties de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d'extinction) dans le respect du commerce international de l'ivoire et en particulier du développement d'un Plan d’Action sur l’Elephant Africain pour sa conservation," a souligné P.Omondi.
 
Kevin Shields, le Directeur du  Programme Faune et Habitat d’IFAW (Fonds international pour la protection des animaux - www.ifaw.org ) qui a facilité la tenue de cette réunion, a salué les délégués pour leurs réalisations. "Votre passion, votre engagement et la foi ont dans le passé porté leurs fruits, ce fut le cas en juin dernier. Et, aujourd'hui, vous avez commencé un voyage pour sauver cette grande espèce qu’est l’éléphant. C'est un périple laborieux, mais réalisable. Cela pourrait être la seule occasion de donner de l'espoir et un avenir pour les éléphants et leur habitat."

Post a comment