Le Kenya déclare le parc Meru de classe mondiale

Jeudi, Juillet 19, 2007
Nairobi, Kenya
Le Kenya Wildlife Service (KWS, l’agence kenyane de protection de la faune et de la flore) vient de déclarer le Parc national Meru, aire de conservation unique et de classe mondiale, dénomination qui vient couronner sept années de restauration menées par le gouvernement kenyan. IFAW (Fonds international pour la protection des animaux - www.ifaw.org) et d'autres organisations publiques et donateurs ont vu le parc national connu pour son absence de sécurité s'élever de l'état de ruine à l'une des destinations touristiques les plus prometteuses de l'Afrique orientale.
Rappelant le passé trouble consécutif au braconnage endémique qui a éloigné les touristes et a presque décimé ses populations d'animaux sauvages, le ministre kenyan du Tourisme et de la nature, Morris Dzoro, a déclaré, "Meru n'était pas seulement devenu un foyer de conflits et de mauvaise gestion, mais il avait également perdu sa splendeur en tant que site touristique et refuge pour la faune sauvage."
 
Il s'est félicité du soutien apporté par IFAW à la restauration du parc pour un coût de 900.000 euros. Cette aide visait à améliorer les infrastructures de base, telles que les routes et les logements du personnel, la mise en place de clôtures électriques afin d'atténuer les conflits entre les populations locales et les animaux, l’achat des véhicules et de matériel de communication radio afin de faire respecter la loi, et enfin l’amélioration de la biodiversité par la translocation de plus de 1300 espèces variées d'animaux sauvages, notamment les éléphants, les rhinocéros, les girafes réticulées, les zèbres de Grévy (espèce menacée) et les léopards.
 
Pour James Isiche, Directeur du bureau d’Afrique Orientale d’IFAW : "Depuis le braconnage endémique, les animaux malades et les infrastructures en ruine, le Parc Meru a réellement changé. C'est un tribut à la fois remarquable, à l'énergie sans limites, à l'engagement implacable et aux grands efforts entrepris par le personnel de KWS pour reconstruire ce magnifique havre de paix pour la faune sauvage". Il ajoute : « Meru mérite véritablement le statut de classe mondiale car il dispose maintenant de tout ce qu'il faut pour rivaliser avec les grands parcs de Tsavo et de Masaï Mara. »
 
Au pire moment, à la fin des années 1990, le nombre de touristes a chuté pour atteindre à peine 1819 personnes par an. Les attaques de braconniers ont décimé la population des rhinocéros et des éléphants blancs. Quand les gardes assiégés ont déserté le quartier général du Parc à Kinna, ces majestueux gardiens de la savane africaine, sont passés de 3000 dans les années 1970 à moins de 300 en 1991. A la suite de la restauration,  le nouveau sanctuaire de rhinocéros soutenu par IFAW peut se vanter désormais de compter 55 rhinocéros noirs et blancs. Les populations des différentes espèces se sont stabilisées depuis le centre de Kinna.
 
En utilisant Meru comme modèle de réussite, IFAW est actuellement impliqué dans un projet similaire de restauration sur cinq ans en partenariat avec le KWS au Parc national de Tsavo, qui abrite une partie des populations les plus importantes du monde. Grâce à l'engagement d'IFAW, le fonctionnement du parc et les infrastructures seront améliorés, et l'application de la loi, la recherche et la sensibilisation des populations locales à ces problèmes seront également favorisées.

Post a comment

Contact presse

Colleen Cullen (IFAW Headquarters)
Contact phone:
+1-508-648-3586
Contact email: