Le Comité Permanent de la CITES cède des stocks d'ivoire au Japon et se joue du système

Samedi, Juin 2, 2007
La Haye, Pays-Bas
Les organisations écologistes, et notamment IFAW (Fonds international pour la protection des animaux) sont consternées. En effet, une décision prise lors de la 54ème session du Comité permanent de la Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore menacées d'extinction (CITES) a non seulement ignoré les preuves concernant les défaillances du système de contrôle nippon sur le commerce de l'ivoire mais à également permis officiellement l’importation d’un stock de 60 tonnes d'ivoire vers ce pays.
La vente du stock de 60 tonnes approuvée en 2002 lors de la 12ème réunion de la Conférence des Parties (CdP) de la CITES dépendait de certaines conditions, notamment la disponibilité de données élémentaires et comparatives émanant du système MIKE (Monitoring Illegal Killing of Elephants) de contrôle de l’abattage illicite des éléphants. Il est largement reconnu que le système MIKE est très loin d'atteindre les objectifs de collecte des informations pour lesquels il a été créé.
 
Toutefois, une enquête réalisée la semaine dernière par IFAW (Fonds international pour la protection des animaux - www.ifaw.org) sur le contrôle du marché intérieur de l'ivoire au Japon a dévoilé des failles importantes dans le système japonais, qui permettent de blanchir pour des sommes astronomiques sur le marché intérieur nippon l'ivoire illicite provenant d'éléphants braconnés sauvage.
 
"Cette décision est une honte compte tenu des preuves démontrant que le Japon ne satisfait pas aux critères définis dans le cadre de la CITES pour de telles ventes," commente Peter Pueschel, Responsable du Programme d'IFAW de protection de la faune sauvage contre le commerce. "Le Comité permanent ne tient pas compte de cette preuve, tout comme il agit comme si la prise de 2,8 tonnes d'ivoire de contrebande à Osaka en août 2006 n'avait jamais existé. C'est une gifle à la face des Parties de la CITES qui se conforment aux obligations de la CITES," ajoute-t-il.
 
Lors de la 54ème réunion du Comité Permanent (CP) en octobre 2006, les délégués et les organisations écologistes ont été surpris par une décision prise en dernière minute et recommandant d'établir un partenariat commercial avec le Japon pour la vente de ces stocks. Cette décision a été prise avant que ne soit connue la prise récente de 2,8 tonnes d'ivoire de contrebande à Osaka en août 2006, que les Japonais n'ont pas dévoilée avant la fin de la réunion du Comité Permanent. 
 
IFAW est également consterné par l'adoption par le CP du rapport soumis par le Secrétariat du système MIKE de contrôle de l’abattage illicite des éléphants. "La soumission du rapport trois jours à peine avant la réunion du Comité Permanent a contrecarré toute possibilité d'examen par les pairs tel qu'il était requis," constate M.Pueschel. 
 
Entre août 2005 et août 2006, plus de 26 tonnes d'ivoire ont été saisies, mais les responsables des douanes estiment que 90% des produits de contrebande passent les frontières sans être détectés. Le prix de l'ivoire a flambé au cours des dix dernières années, partant de 500$ (370€) par kilo au Japon en 1994 pour atteindre le prix record actuel de 850$US (630 €) du kilo. L'incitation financière au braconnage est le moteur qui se cache derrière le massacre d'au moins 20.000 éléphants chaque année. Cette situation risque d'avoir des conséquences sur l'équilibre des écosystèmes locaux et sur la capacité de survie des communautés locales.
 
"L'Europe, et l'Allemagne en particulier, étant donné qu'elle occupe actuellement la présidence de l'UE, doit désormais prendre la responsabilité de l'augmentation inévitable des massacres qui touchent à la fois les éléphants et les hommes qui sont chargés de les protéger," souligne M.Pueschel. "Elles devraient se préparer à couvrir les dépenses engendrées par un renforcement de l'application de la réglementation, qui sera essentiel pour répondre à l'augmentation du braconnage."

Post a comment

Contact presse

Lynn Levine (IFAW, Headquarters)
Contact portable :
+-1-508-648-3557
Contact email: