Publication Date: 
Lu, 02/26/2007
Thumbnail: 
Image: 
L'ivoire analysé, qui représente approximativement 3.000 à 6.500 éléphants, avait été confisqué à Singapour. Selon les estimations actuelles des services des douanes, moins de 10% des produits de contrebande (armes, drogues, etc.) sont interceptés. Actuellement, si ce principe est appliqué à l'ivoire, en tenant compte du trafic endémique constaté l'an dernier, près de 20.000 éléphants ont été massacrés pour leur ivoire.
 
Les analyses ADN ont indiqué avec une certitude proche de 100% que l'ivoire saisi provenait d'éléphant des savanes (Loxodonta africana africana), ce qui réfute les soupçons initiaux des autorités, selon lesquelles l'ivoire provenait de multiples origines. Les recherches ont conclu que l'ivoire provenait essentiellement d'éléphants originaires de Zambie. En fait, certains pays où vivent les éléphants des forêts (Loxodonta africana cyclotis) ont immédiatement été mis hors de cause en permettant aux autorités de mieux cerner leurs recherches.
 
Identifiée comme la plus importante prise d'ivoire depuis l’entrée en vigueur de l’embargo sur le commerce de l'ivoire par la Convention des Nations Unies sur le Commerce international des espèces de faune et de flore menacées d'extinction (CITES) en 1989, il s'agit également de la deuxième plus grosse prise de l'histoire de ce commerce. Ce lot a été soumis à une analyse ADN. Au Centre de préservation des espèces de l'Université de Washington, en examinant les fréquences des allèles (variantes d'un gène) des défenses d'éléphants, le Dr. Samuel Wasser et son équipe ont attribué des échantillons d'ADN à des zones géographiques spécifiques, permettant ainsi aux autorités d'identifier les origines générales de l'ivoire. Les résultats sont extrêmement utiles aux autorités qui sont actuellement chargées de l'application de la loi et qui luttent pour identifier les voies d'acheminement de l'ivoire de contrebande et les points névralgiques du braconnage.
 
La publication de ce rapport survient à un moment important pour les éléphants ; en effet, le commerce de l'ivoire a atteint un pic inégalé l'an dernier. La situation est sombre pour les éléphants et il est nécessaire de trouver un catalyseur pour accélérer le changement et assurer la survie de l'espèce. Espérant que ce rapport signera en quelque sorte la grâce des éléphants, Michael Wamithi, responsable du programme global des éléphants pour IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) souligne que "cela pourrait être les travaux de recherche intensive dont la communauté internationale a besoin pour prendre ces décisions nécessaires et ardues concernant la sécurité et la gestion des populations d'éléphants."
Press Location: 
South Yarmouth, MA, Etats-Unis
Contact presse
Contact presse: 
Bernard Derty (IFAW, France)
Contact phone: 
+06 08 30 16 17
Contact email: 
Legacy Import Data
sm img path: 
http://www.ifaw.org /images_custom/media_center/pressReleases_custom/ivory_confiscated_singapore_sm.jpg
lg img path: 
http://www.ifaw.org
Original Path: 
ifaw_france/media_center/press_releases/02_26_2007_20929.php