Les chasseurs islandais tuent leur première baleine

Dimanche, Octobre 22, 2006
Reykjavik, Islande
L'équipage d'un bateau de pêche à la baleine islandais vient de tuer un rorqual commun, dont l'espèce est menacée. C'est le premier des neuf rorquals communs et 30 petits rorquals dont le gouvernement islandais a autorisé la chasse la semaine dernière. Les protestations internationales continuent de s'accumuler à l'encontre du gouvernement islandais, qui a pris la décision de reprendre la chasse commerciale à la baleine après 20 ans d'arrêt. Le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la France, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Union Européenne ont notamment diffusé des déclarations publiques en ce sens. Les spécialistes des cétacés d'IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) ont également critiqué le soutien apporté par le gouvernement islandais aux chasseurs de baleines.
Le bateau de pêche, qui est la propriété d'un homme d'affaires islandais important, Kristjan Loftsson, est arrivé ce matin au Hvalfjördur (qui signifie le fjord des baleines), une crique dont le quai était utilisé autrefois par les chasseurs. La seule usine de transformation de la viande de baleine du pays, construite pendant la deuxième Guerre Mondiale, est actuellement inutilisable. Etant donné qu'il n'y avait aucun lieu pour traiter la baleine, elle a été tirée à terre pour être découpée à ciel ouvert dans le Hvalfjördur.
 
Les rorquals communs ont été déclarés espèce menacée par l'UICN et seule la baleine bleue les dépasse en taille, puisqu'ils peuvent atteindre des longueurs de 18 à 22m et des poids allant jusqu'à 30 à 80 tonnes. Ils ont été chassés massivement dans le passé, et leur nombre est actuellement inconnu.
 
Traditionnellement, les rorquals communs n'étaient pas consommés par les Islandais, ce qui renforce les spéculations selon lesquelles l'Islande a l'intention de vendre la viande au Japon. Celà s'oppose aux réglementations en vigueur de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d'extinction (CITES), qui interdisent le commerce international de toutes les espèces de grandes baleines.
 
"En soutenant la chasse commerciale du rorqual commun menacé, le gouvernement islandais n'a pas seulement couvert de sang ses eaux vierges, mais aussi sa réputation internationale," a déclaré le Dr. Joth Singh, Directeur de la Protection de la Faune et de l'Habitat d'IFAW. "Le monde ne se contente pas d'observer les bras croisés ; maintenant, il agit. Nous nous réjouissons de la rapidité de réaction des différents pays qui ont condamné cette chasse cruelle et inutile.
 
"Le gouvernement islandais ne devrait pas mettre en cause la réputation de son pays en tant que destination de l'écotourisme au profit d'un seul homme d'affaires. Des centaines de milliers de gens viennent chaque année en Islande pour observer les baleines. Le gouvernement devrait réaliser que le nombre d'Islandais pouvant profiter des baleines vivantes est supérieur à celui de ceux qui peuvent profiter des cétacés morts," ajoute le Dr. Singh.
 
IFAW demande aux 2,5 millions de personnes qui le soutiennent dans le monde de s'opposer à reprise de la chasse commerciale décidée par le gouvernement islandais. Pour toute information complémentaire, rendez-vous sur le site www.ifaw.org.

Post a comment

Contact presse

Jennifer Ferguson-Mitchell (IFAW, Headquarters)
Contact phone:
+1-508-737-1584
Contact email:

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines