La mort atroce des baleines harponnées dans le sanctuaire baleinier

Mercredi, Janvier 4, 2006
Un film de Greenpeace analysé par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) montre une baleine harponnée, luttant pour survivre à côté d’un navire baleinier japonais.
Greenpeace, qui a filmé ce reportage sur les bateaux japonais harponnant des baleines dans le sanctuaire baleinier international qui entoure l’Antarctique, a demandé à IFAW d’examiner ce film car l’association se préoccupait de la cruauté de la méthode de chasse qu’elle observait et de la durée de l’agonie de certaines baleines.

Vassili Papastavrou, scientifique et expert d’IFAW en matière de cétacés, qui a regardé ce reportage, le commente : "Nous savions par Greenpeace qu’il avait fallu 10 minutes à cette baleine pour mourir, et vous pouvez voir dans le reportage que la baleine est attachée par le harpon qui ne semble pas avoir touché un organe vital. Il y a très peu de sang dans l'eau pour un animal de cette taille.

Pendant quelques temps, on voit que la baleine respire rapidement à la surface de l'eau. Elle est ensuite treuillée par la queue à l'intérieur du bateau alors qu'elle est visiblement encore vivante et qu'elle se débat violemment. Elle est peut-être morte d'asphyxie parce que sa tête a été maintenue sous l'eau."
 
"Voici comment une baleine a été tuée quand les bateaux étaient observés ; que se passe-t-il donc quand ils ne le sont pas?"
 
IFAW examinera l'ensemble du film avant montage quand il sera disponible pour déterminer l'heure de la mort de cette baleine.

En dépit de l'interdiction mondiale de la chasse commerciale à la baleine imposée par la Commission baleinière internationale (CBI) en 1986, le Japon capture actuellement 935 petits rorquals dans le sanctuaire de l'océan Austral  ce qui représente plus du double du nombre de baleines prélevées l'an dernier dans une zone que la CBI a désignée comme sanctuaire baleinier en 1994.

Le Japon chasse sous couvert de chasse "scientifique" et prévoit également de harponner 10 rorquals communs (espèce menacée) au cours des prochains mois. Il prévoit de prendre 50 baleines à bosse (espèce menacée également) au cours des deux prochaines années, et d'augmenter les quotas qu'il s'est auto-attribué de manière à inclure 40 rorquals communs au cours des deux prochaines années.

Shane Rattenbury, Chef de l'expédition Greenpeace à bord de l'Arctic Sunrise dans l'océan Austral a été le témoin direct de l'abattage et ses déclarations le confirment : "L'agence japonaise des pêches ne cache pas le fait que son programme de chasse prétendument scientifique est destiné à amener à un retour à la chasse commerciale."

"Si ce programme est autorisé, de nombreuses autres baleines connaîtront un sort identique. Nous espérons que ces images scandaleuses encourageront les gouvernements et le grand public à redoubler d'efforts pour faire arrêter la chasse à la baleine une bonne fois pour toutes."

Ellie Dickson, responsable d'IFAW Royaume-Uni pour les campagnes maritimes, l'atteste : "Ce reportage effroyable donne crûment la preuve de ce que la cruauté est inhérente à la chasse à la baleine et que celle-ci doit être stoppée.

Ces créatures extraordinaires sont tuées au nom de la science, mais c'est une science de second plan et nous pensons que la chasse commerciale des baleines est tout simplement une chasse commerciale déguisée."

Quarante et une résolutions de la CBI critiquant la chasse "scientifique" des baleines ont été votées à la majorité au cours des 18 dernières années, notamment une l'an dernier lors de la réunion tenue à Ulsan, en Corée.

Fin

Post a comment

Contact presse

Clare Sterling, (IFAW, Asia Pacific)
Contact phone:
+020 7587 6708
Contact portable :
07917 507717
Contact email:

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines