Le Parlement européen prend la défense des animaux "piégés par le mauvais côté de la science"

Jeudi, Novembre 17, 2005
Bruxelles
Le Parlement européen a rejeté aujourd'hui à une majorité écrasante la Proposition de la Commission sur les normes de piégeage sans cruauté pour certaines espèces animales et a demandé à la Commission de retirer cette proposition. Une large majorité de députés européens a critiqué la proposition, arguant qu'elle manquait des bases scientifiques nécessaires.
La décision prise aujourd'hui suit le vote qui a eu lieu en Octobre au sein de la Commission de l'environnement du Parlement, qui a rejeté la Directive proposée par la Commission, estimant qu'elle était "très peu satisfaisante" et la décrivant comme "difficile à améliorer par voie d'amendements." 

La principale raison du rejet de la proposition était liée à l'absence de base scientifique pour les normes suggérées. Dans le cas des pièges mortels, la proposition considère qu'une méthode de piégeage est sans cruauté si la durée maximum durant laquelle les animaux luttent contre la mort est de 300 secondes, alors que les progrès techniques et les compétences scientifiques pourraient réduire cette souffrance. Cette proposition est également en conflit avec plusieurs actes juridiques européens concernant le droit de l'environnement, et notamment la Directive Habitats. Quant aux dérogations envisagées dans la proposition, elles pourraient finalement miner la législation elle-même.

La proposition est conçue pour traduire dans la législation européenne les accords internationaux conclus en 1996 avec la Russie, le Canada et les Etats-Unis, bien que la Russie ne les ait pas encore ratifiés. En 1997, le Parlement européen avait déjà rejeté à une large majorité l'accord avec le Canada et la Russie du fait de son absence de base scientifique et de ce qu'il tenait peu compte de la protection animale. Cependant, le Conseil avait décidé d'aller de l'avant et avait approuvé l'accord en 1998.

Selon Lesley O’Donnel, Directrice du bureau européen d’IFAW, "la proposition de directive contient tant de défauts qu'elle n'aurait simplement pas pu être adoptée. Notre analyse scientifique a montré que la proposition n'atteint pas son objectif d'amélioration de la protection des animaux piégés et qu'elle aurait un impact négatif sur la protection et la conservation des espèces non ciblées."

IFAW et Vier Pfoten demandent une nouvelle législation cohérente, extrêmement protectrice et contrôlée strictement, qui assure des normes élevées en ce qui concerne la protection animale et repose sur le meilleur de la science.

Post a comment

Contact presse

Günther Pauls (IFAW)
Contact phone:
+32 (0) 2 282 06 96
Contact portable :
0473 863461
Contact email: