Commission baleinière : le Japon vise un nombre croissant de baleines

Lundi, Juin 20, 2005
Ulsan, Corée
 La 57ème conférence annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI) a ouvert aujourd’hui au milieu d’une véritable tempête qui a entouré la controverse sur les projets du Gouvernement japonais, qui envisage de doubler ses prises annuelles de baleines dans le sanctuaire instauré par la CBI et ajouter les baleines à bosse et les rorquals communs à sa liste de cibles. Un nouveau rapport publié aujourd’hui par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW – www.ifaw.org) démontre l’accroissement régulier de la chasse dite « scientifique » pratiquée par le Japon depuis que la CBI a imposé un moratoire sur la chasse commerciale à la baleine en 1986. Le Japon a tué plus de 8.000 baleines sous couvert de raisons scientifiques depuis l’embargo sur la chasse commerciale. Les états membres de la CBI, les experts scientifiques et les principales organisations de protection de la nature ont vivement critiqué la nouvelle proposition japonaise qui a précédé la conférence annuelle qui se tient cette année.
« La chasse scientifique à la baleine relève plus de la chasse que de la science », a déclaré le Dr. Joth Singh, Directeur d’IFAW pour la Faune sauvage et l’habitat. « Le dernier projet du Japon est une chasse commerciale sous un travestissement pitoyable et il constitue une insulte à la science moderne. La science ne peut absolument pas justifier l’abattage de baleines au XXIème siècle. Nous avons déjà suffisamment d’informations à partir des baleines mortes. Le gouvernement japonais devrait cesser la chasse à la baleine dès maintenant. »

La communauté internationale a condamné la chasse scientifique par 40 résolutions de la CBI depuis 1986. La nouvelle proposition japonaise a déclenché des critiques officielles au cours de ces dernières semaines, de la part des États-unis, de la Grande-Bretagne, l’Australie, de l’Allemagne, de la France, l’Irlande, l’Italie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Portugal, la Suède, l’Argentine, le Brésil, la Finlande, entre autres états. Une déclaration conjointe publiée aujourd’hui par des ONG, notamment IFAW et cinq grands groupes de protection des baleines demande également instamment au Japon de cesser ses activités dans ce domaine.

Les experts d’IFAW déclarent que le résultat de la conférence qui se tient cette année s’annonce trop serré étant donné les efforts croissants entrepris par le Japon au cours de ces dernières années afin de recruter des pays favorables à sa position au sein de la CBI. Le Cameroun, la Gambie, le Togo et l’île de Nauru, dans le Pacifique Sud, sont les membres les plus récents de la CBI, à laquelle ils n’ont adhéré que quelques jours avant l’assemblée annuelle. « Nous luttons pour sauver les baleines et la Commission instaurée pour les protéger, » a affirmé le Dr. Singh. « Or le Japon va régulièrement à contre-courant de cette direction. »

Post a comment

Contact presse

Patrick Ramage (IFAW, Headquarters)
Contact portable :
+82-(0)10-2283-4226

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines
Robbie Marsland, Directeur régional, Royaume-Uni
Directeur régional, Royaume-Uni