Les gorilles Taiping 4 otages de la lenteur administrative

Jeudi, Avril 14, 2005
Le Cap, Afrique du Sud
IFAW a critiqué le gouvernement de l'Afrique du Sud  aujourd'hui pour ne pas avoir convoqué un comité technique afin de faciliter le retour des gorilles « Taiping 4 » vers l'Afrique occidentale comme promis et, au contraire, d’avoir autorisé la poursuite des préparations destinées à exposer les gorilles au grand public dans le jardin zoologique national de Pretoria.
Hier, une équipe d'IFAW a accédé librement à l’enclos des gorilles, encore en construction au zoo de Pretoria, et a pu regarder et photographier les jeunes animaux.

« A notre avis, les gorilles sont en fait déjà surexposés au grand public, comme en témoigne nos photographies de touristes étrangers prenant des clichés des animaux sans surveillance dans l’enclos intérieur de la nouvelle installation, » a déclaré Christina Pretorius, Directrice de la Communication d'IFAW - Afrique du Sud.

IFAW a rappelé qu’aujourd'hui marque le premier anniversaire de l'arrivée des gorilles en Afrique du Sud, le 14 avril 2004.

Les gorilles, qui ont été passés en contrebande depuis l’Afrique occidentale en 2002, ont été introduits en Afrique du Sud  en violation manifeste des exigences de la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES).

Il existe des preuves solides qui suggèrent que les gorilles provenaient du Cameroun et, en tant que membre de la CITES, l'Afrique du Sud doit soutenir le fait que des animaux enlevés illégalement devraient être restitués à leur pays d'origine. Mais elle a fait la sourde oreille aux deux demandes en faveur du retour des gorilles émises par le Gouvernement du Cameroun.

Au lieu de cela, les gorilles ont été placés au zoo de Pretoria depuis leur arrivée en Afrique du Sud il y a un an, et ils ont été présentés aux visiteurs de zoo lors de visites spéciales pendant la fin des travaux de construction de leur enclos- qui comprend même des écrans vidéo permettant de voir les gorilles à l'intérieur. Le parc zoologique national est un établissement public.

« En décembre 2004, des représentants d'IFAW et de la Pan African Sanctuaries Alliance (PASA) ont assisté à une réunion à Pretoria, où la Vice-Ministre de l’Environnement (DEAT) Mme Rejoice Mabudafhasi, a promis de réunir une commission technique, » a déclaré Jason Bell, Directeur d'IFAW Afrique du Sud.

« IFAW et PASA ont été invités à faire partie de ce comité et ont immédiatement accepté. Pourtant, quatre mois plus tard, et bien qu’IFAW ait demandé à de nombreuses reprises au DEAT de donner plus d’informations et de fixer une date pour une première réunion, la commission ne s’est pas encore réunie. En conséquence, nous croyons que ces retards ont permis au zoo de Pretoria de préparer l’enclos des gorilles et font qu’il est encore plus difficile de répondre aux conditions de la CITES. »

« Parce-que le Cameroun a spécifiquement demandé en deux occasions à l'Afrique du Sud le retour des gorilles, nous estimons que la situation actuelle démontre un sérieux manque de respect à la fois à l’encontre de la CITES et de la coopération africaine. »

En 2002 les quatre gorilles des plaines ont été illégalement exportés via l’Afrique du Sud depuis le Nigéria vers le Zoo de Taiping, en Malaisie. A la suite de la découverte de ce transport illicite et de la confiscation des animaux au zoo, le Gouvernement Malais les a renvoyés en Afrique du Sud.

Les gorilles sont revenus en Afrique du Sud le 14 avril 2004 et depuis lors sont restés dans la zone de quarantaine du zoo de Pretoria, hors de vue du grand public.

Les gorilles figurent sur la liste des espèces menacées de l'Annexe I de la CITES, et ils sont considérés comme très sérieusement menacés.

« Le Gouvernement du Cameroun, où l’on pense que les animaux ont été capturés à l’origine, et le Nigeria, d’où ils ont été exportés, ont demandé que les animaux leur soient réstitués » a déclaré J.Bell.

«  Dans un esprit de bon voisinage et de coopération panafricaine, l’Afrique du Sud devrait honorer cette demande ; IFAW et ses organisations partenaires sont prêts à l’aider pour ces démarches.”

IFAW collabore avec la Ligue pour la protection internationale des primates (International Primate Protection Protection League - IPPL) qui a découvert l’exportation illégale des gorilles, ainsi que PASA, la « Last Great Ape Organisation » (LAGA), le « Limbe Wildlife Centre » et la fondation « Born Free » afin de prévoir le retour et la prise en charge à long terme des gorilles.

Le Limbe Wildlife Centre a été identifié par les autres organisations comme étant le centre parfaitement approprié pour prendre en charge les animaux à long terme. Géré  conjointement par le Gouvernement camerounais, Limbe a une expérience irréprochable en termes de soin et d’accueil des gorilles et il prend actuellement en charge 12 gorilles.

Limbe a réussi à mettre en place des groupes familiaux de gorilles et les « Taiping 4 » seront intégrés aux gorilles résidents à la fin de leur période de quarantaine.

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW, Afrique du Sud)
Contact phone:
+27 21 424 2086
Contact portable :
+27 82 330 255 2558
Contact email: