Campagne de protection des éléphants L’ivoire tue !

Mardi, Avril 12, 2005
Londres
Le Fonds International pour la Protection des Animaux (IFAW) a fait des étincelles au centre de Londres aujourd’hui, en détruisant une défense géante – constituée de rebuts d’ivoire – pour symboliser son rejet du commerce de l’ivoire.
A Trafalgar Square, Saba Douglas-Hamilton regardait les représentants d’IFAW découper en morceaux la « Memorial Tusk »  avec une meuleuse d’angle. Les gerbes d’étincelles et panaches de poussière d’ivoire ont rappelé crûment la nature mortelle et destructrice du commerce de l’ivoire, comme l'a fortement proclamé IFAW à l’intention du grand public et des consommateurs potentiels. « N’achetez pas d’ivoire : il appartient aux éléphants ».

Saba, présentatrice d'émissions sur les animaux sauvages à la télévision britannique le confirme : « En 1989, j’ai vu le Kenya brûler 12 tonnes d'ivoire, rappelant ainsi de manière terriblement crue les milliers d’éléphants et nombreux rangers kenyans abattus par les balles des braconniers. Le Kenya a ainsi pris une position courageuse, pour montrer que l'ivoire n'a pas de prix. »

« Aujourd’hui, le message d’IFAW au monde est clair : l’ivoire tue ! Ne l'achetez pas, ne le vendez pas, ne le portez pas. Je soutiens pleinement cette action. »

Jenny Hawley, responsable de la campagne d’IFAW sur le commerce des animaux sauvages, le confirme : « Les éléphants sont des animaux intelligents et sociables, pouvant endurer d’immenses souffrances. De nombreuses populations risquent également l’extinction. Les gens doivent se souvenir que chaque fois qu’ils achètent un objet en ivoire, ils augmentent la demande à laquelle répondent les braconniers. »

« IFAW pense que l’ivoire appartient aux éléphants. La seule façon d'arrêter que l’on abatte les éléphants pour s’emparer de leurs défenses est de faire en sorte que l’ivoire n’ait plus aucune valeur. »

Le massacre implacable des éléphants pour leur ivoire durant des décennies entières a provoqué leur déclin brutal, faisant passer leur nombre de 1,3 million en 1979 à 609 000 en 1989. Aujourd’hui, les éléphants sont encore menacés, particulièrement en Asie et dans les forêts d’Afrique centrale et occidentale. Au cours des six dernières années, 95 tonnes d’ivoires ont été saisies dans le monde entier, ce qui représente plus de 15 000 éléphants morts, mais le volume d’ivoire passé en contrebande est encore plus important.

Jenny Hawley ajoute que « en détruisant son propre “stock”, IFAW appelle tous les pays disposant de stocks d’ivoire à les mettre hors d’usage une bonne fois pour toutes. Si nous voulons préserver l'avenir des éléphants, les discussions au niveau international doivent être centrées sur les mesures de conservation à long terme appropriées plutôt que sur le commerce. »

L’Afrique du Sud, la Namibie et le Botswana seront peut-être bientôt autorisés à vendre leurs réserves d’ivoire au Japon, pour le commerce interne de ce pays, une fois que certaines conditions seront satisfaites. IFAW s’oppose à ces ventes car il est impossible de distinguer l’ivoire légal et illégal une fois qu’il est sur le marché ; les ventes pourraient donc mener à la catastrophe des populations déjà vulnérables.

La « Memorial Tusk » a été réalisée avec les 700 pièces d’ivoire données à IFAW par les habitants de tout le pays lors d’une opération nationale d’amnistie qui a eu lieu l’an dernier. Les morceaux d’ivoire découpés dans la défense seront ultérieurement réduits en poudre et placés dans un sablier qui symbolisera le temps qui s’écoule pour les éléphants.

Une pétition lancée par IFAW et appelant à arrêter tout commerce légalisé pour l’ivoire a recueilli plus de 100 000 signatures. Elle a été remise au Ministre de l’Environnement, Elliot Morley, après cette manifestation.

FIN

Post a comment

Contact presse

Rosa Hill (IFAW, Headquarters)
Contact phone:
+0207 587 6715
Contact portable :
+07801 613 530
Contact email: