Projet Sakhalin-2 : du pétrole ou des baleines

Samedi, Février 19, 2005
Le 19 février est la Journée internationale de la baleine. Le 18 février, le Fond International pour la Protection des Animaux (IFAW) et le Fonds mondial pour la nature (WWF) ont tenu une conférence de presse à Moscou, portant sur l'expertise scientifique indépendante publiée récemment par l'IUCN sur les effets du projet Sakhalin-2 sur la population des baleines grises du nord-ouest du Pacifique.
Sous les auspices de l'IUCN, un groupe d'experts scientifiques indépendants a été mis en place pour évaluer les aspects scientifiques de la protection des baleines grises dans le contexte de la Phase 2 de Sakhalin II, un projet gazier et pétrolier développé par la Société d'investissement Sakhalin Energy (SEIC).

Le 16 février, ce groupe d'experts a confirmé dans un rapport officiel les avertissements des écologistes : le projet Sakhalin-2 menace réellement la survie des dernières baleines grises du Pacifique nord-ouest. Lors de cette conférence, Alexeï Yablokov, membre du groupe d'experts de l'IUCN, a souligné une fois de plus que "si le projet Sakhaline reste inchangé, l'alternative est désormais évidente : du pétrole ou des baleines ! Le pétrole sera extrait au cours des 15 à 20 prochaines années ; après quoi il ne restera plus rien, ni cette espèce exceptionnelle, ni le pétrole."

Tout comme les experts de l'IUCN, IFAW (et le WWF) estiment que pour protéger l'espèce menacée des baleines grises du Pacifique nord-ouest, et pour respecter la législation russe, il n'est pas seulement nécessaire de revoir le plan de construction du pipeline de Sakhalin-2, mais il faut réviser également le projet pétrolier dans son ensemble. A cet égard, IFAW et les autres associations environnementales insistent encore pour installer la plate-forme pétrolière PA-B (la prochaine, après l'installation existante de Molicpaq), au moins 12 miles nautiques au large de la côte de Sakhaline et pour que le pipeline passe au moins à 2 miles nautiques plus au sud que ce qui est prévu actuellement. Sakhalin Energy doit tenir compte de l'opinion des scientifiques invités par la compagnie elle-même pour l'évaluation de l'ensemble du projet.

En novembre 2004, le congrès de l'IUCN a recommandé que Sakhalin Energy "retarde autant que possible toutes les activités en cours et reporte le développement prévu pour le projet Sakhalin-2 jusqu'à ce que l'évaluation des risques soit effectuée correctement et que des mesures de protection des baleines soient élaborées.

Bien que les scientifiques soient parvenus à une conclusion concernant l'impact négatif grave de ces projets pétroliers  sur la population des baleines grises, le 16 février la société Shell (principal actionnaire de la SEIC) et la SEIC ont publié sur leurs sites Internet leur propre point de vue, qui ignore totalement la conclusion du groupe d'experts de l'IUCN. Simultanément, et en opposition totale avec la position des scientifiques, Shell a annoncé l'expansion de ses activités sur le plateau de Sakhalin.

Grigori Tsidulko, coordinateur des programmes mammifères marins d'IFAW-Russie, a commenté la situation lors de la conférence de presse qui s'est tenue vendredi : "Depuis 1999, nous exigeons, non pas l'arrêt du projet Sakhalin-2 d'une façon générale, mais un changement radical en vue de la sauvegarde de la population de baleines et de l'environnement local. Cependant, si les plans de la SEIC pour l'implantation du projet Sakhalin restent inchangés, ils conduiront de manière certaine à l'extinction de l'ensemble de l'espèce de baleines grises qui vit au large de Sakhaline, ce qui est absolument inacceptable. Le groupe d'experts indépendants de l'IUCN en est arrivé à la même conclusion".

("Le projet Sakhalin-2 est le plus grand projet jamais envisagé par Shell et nous faisons face à son entière irresponsabilité environnementale et sociale", a déclaré Igor Chestin, directeur du WWF Russie. "Nous implorons les institutions financières internationales de ne pas financer les crédits de ce projet risqué et dépourvu de fiabilité".)

Maria Vorontsova, directrice d'IFAW-Russie, est persuadée qu'une vaste mobilisation publique peut parvenir à arrêter les projets industriels à grande échelle s'ils ne sont pas conformes aux exigences de la protection environnementale. Ainsi, au cours de l'année 2000, IFAW et le NRDC (Conseil de défense des ressources naturelles) ont interrompu les plans de Mitsubishi de construction de la plus grande saline mondiale dans la lagune vierge de la péninsule de Baja California, au Mexique, où se reproduisent les baleines grises. Tous ceux qui passent outre les exigences critiques des environnementalistes doivent garder cela en mémoire".

Post a comment

Contact presse

Grisha Tsidulko (IFAW, Russie)
Contact phone:
+7 (9095) 933 3411
Contact email:

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines