Une voix résonne en Chine pour s’opposer à la cruauté animale

Une joie immense s’est emparée de moi quand j’ai appris que les responsables du gouvernement avaient décidé d’annuler le massacre de chiens prévu à Jiangmen. C’est vraiment réconfortant de savoir que des dizaines de milliers de vie seront épargnées. Mais ce qui m’a le plus émue cette fois-ci, c’est que ce ne sont pas les appels lancés par la communauté internationale qui ont été à l’origine de l’annulation de cette décision irréfléchie. Non, cette fois-ci, ce sont les commentaires d’indignation des citoyens chinois qui envahissaient Internet et les médias, qui ont fini par faire reculer les bureaucrates locaux.

Pour les personnes qui ne connaissent pas la Chine, cette victoire populaire n’a peut-être rien d’extraordinaire. Après tout, en occident, les représentants sont élus par le peuple et ils évitent généralement de prendre des décisions impopulaires.

Mais en Chine, pays dans lequel je suis née et j’ai grandi, les choses sont différentes. J’ai assisté à ma première élection présidentielle lorsque je faisais mon doctorat aux États-Unis. Les agents du gouvernement chinois représentent l’autorité et personne ne remet en cause les décisions de l’autorité.

Jamais.

Au cours des deux dernières décennies, la situation évolue, la Chine s’ouvre économiquement et Internet se démocratise dans les foyers. Par le passé, si les journaux officiels ne voulaient pas publier une information, personne n’en entendait jamais parler. Aujourd’hui, même si un grand nombre de réseaux sociaux populaires (Facebook, Twitter, Youtube, etc.) sont encore bloqués par le « Grand pare-feu » du gouvernement, des entreprises locales ont créé des équivalents chinois pour remplacer des médias censurés et devenir des relais d’expression et d’information accessibles à près de 500 millions d’utilisateurs en Chine.

Durant les dernières décennies, j’ai aussi remarqué une évolution du comportement vis-à-vis des animaux. En collaboration avec IFAW, Taobao.com, le plus grand site de vente en ligne de Chine, a décidé d’interdire la vente d’os de tigres, de bile d’ours, d’ivoire d’éléphant, de carapace de torture et d’aileron de requin. D’après un sondage IFAW, plus de 80 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles n’achèteraient pas d’ivoire d’éléphants en sachant que les éléphants sont massacrés pour cet ivoire.

L’éducation et la sensibilisation sont les deux leviers essentiels du changement de comportements en Chine. Nos équipes chinoises au bureau Chine d’IFAW font un travail remarquable à ce sujet. Notre compréhension de l’environnement culturel, social et politique nous aide à diffuser des messages de protection des animaux de sorte qu’ils résonnent aux oreilles du au grand public en Chine.

Les transformations sociales ne se font pas du jour au lendemain. La Chine a encore beaucoup à faire en matière de protection des animaux. Mais, comme l’a dit le philosophe chinois Lao Zi (Lao-tseu), « un voyage de mille kilomètres commence toujours par un simple pas ». Aujourd’hui, la Chine a fait un pas dans la bonne direction. Ce progrès doit être un signe de rassemblement et de félicité, qui mérite notre soutien et notre persévérance. À tous les amoureux des animaux de la planète : je vous invite à soutenir nos amis en Chine pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il rende illégaux et punisse par la loi tous mauvais traitements infligés à des animaux.

Enfin, je suis entièrement d’accord avec un commentaire publié sur mon précédent article : ce n’est qu’en encourageant et en soutenant les groupes de protection des animaux locaux que les gens de l’extérieur pourront aider la Chine à progresser dans ce domaine.

–GG

Commentaires: 5

 
Anonyme
3 years ago

Un petit pas pour l'homme mais un grand pas pour l'humanité. Bravo et vous avez mon soutien

 
Anonyme
3 years ago

MON SOUTIEN ESPOIR AMOUR POUR LES ANIMAUX

 
Anonyme
3 years ago

Je vous soutiens de tout mon cœur, bravo!!! pour vos actions, et je vous souhaite un très grand courage, ne baissez jamais les bras, merci pour ceux qui n'ont pas de voix pour se défendre, merci pour nos amis les animaux qui souffre d'aimer trop l'homme

 
Anonyme
3 years ago

Très beau texte. Et en effet je suis convaincu qu'il faut passer par les associations locales et donc aider ces assos.Si des voix s’élèvent de l’intérieur pour dénoncer ces horreurs, alors nous pouvons espérer que la Chine avance dans ce domaine.Il faut vraiment encourager ces initiatives..Thanks you Grace..:-)

 
Anonyme
3 years ago

puissent tous les êtres ouvrir leur coeur et développer un attention bienveillante envers tous les êtres vivants. Merci pour eux Madame Grace Ge gabriel

Post a comment

Nos experts

Directrice du programme Éducation et bien-être animal
Directrice du programme Éducation et bien-être animal
Cora Bailey, Directrice du Projet communautaire pour les animaux (CLAW)
Directrice du Projet communautaire pour les animaux (CLAW)
Dr. Ian Robinson, Vice-président, programmes et opérations internationales
Vice-président, programmes et opérations internationales
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Hanna Lentz Chargée de programme/de campagne, siège d'IFAW
Chargée de programme/de campagne, siège d'IFAW
Jan Hannah
Responsable du projet Chiens nordiques
Kate Nattrass Atema, Directrice du programme Animaux de compagnie
Directrice du programme Animaux de compagnie
Vétérinaire, Docteur
Vétérinaire, Docteur
Nancy Barr, Directrice du programme Action pour les animaux
Directrice du programme Action pour les animaux
Rebecca Brimley, Conseillère en matière de programmes
Conseillère en matière de programmes
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence