Une pétition pour exhorter à une protection des girafes par la loi américaine sur les espèces menacées

Une pétition pour exhorter à une protection des girafes par la loi américaine su
Mercredi, 19 Avril, 2017
Washington, Etats-Unis

Des organisations de protection de la faune cherchent à sauver des espèces de l'extinction silencieuse

En réponse au consensus scientifique récent sur la menace d'extinction qui pèse sur les girafes, cinq organisations de protection de la faune ont demandé à l'U.S. Fish and Wildlife Service (ministère américain de la Pêche et de la Faune) de protéger le plus grand mammifère terrestre existant sur notre planète en vertu de la loi américaine assurant la conservation et la protection des espèces menacées (U.S Endangered Species Act).

La pétition légale, déposée par le Centre pour la diversité biologique (Center for Biological Diversity), Humane Society International, The Humane Society of the United States, le Fonds international pour la protection des animaux et le Conseil de défense des ressources naturelles (Natural Resources Defense Council), a pour but de lister les différentes espèces de girafes comme des espèces « en danger ». Face aux menaces croissantes résultant de la perte d'habitat, de la chasse pour leur viande et du commerce international des sculptures sur os et des trophées, la population de girafes en Afrique a chuté de près de 40% au cours des 30 dernières années et compte désormais à peine plus de 97 000 individus.

« Les girafes meurent silencieusement depuis des dizaines d'années, et nous devons agir vite avant qu'elles ne disparaissent à jamais », a déclaré Tanya Sanerib, avocate principale du Centre pour la diversité biologique. « Il y a désormais moins de girafes que d'éléphants en Afrique. Le moment est venu pour les États-Unis de faire un pas en avant et de protéger ces créatures extraordinaires ».

De nouvelles recherches ont récemment incité l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à élever le niveau de menace des girafes de « préoccupation mineure » à « vulnérable » sur la « Liste rouge des espèces menacées » de l'UICN. Pourtant, les girafes n'ont aucune protection en vertu de la loi américaine. Grâce à cette loi, les espèces désignées comme étant « en danger » bénéficient de protections strictes, y compris une interdiction de la plupart des importations et des ventes. Les États-Unis jouent un rôle majeur dans le commerce des girafes, en ayant importé plus de 21 400 sculptures d'os de girafe, 3 000 peaux et 3 700 trophées de chasse au cours des dix dernières années. Limiter l'importation et le commerce américains procurera aux girafes une meilleure protection.

« Auparavant, une grande partie du public ignorait que les chasseurs de trophées visaient ces animaux majestueux pour les trophées et les selfies. Ces dernières années, plusieurs photographies insoutenables de chasseurs de trophées posant à côté de corps de girafes ont suscité l'indignation, ce qui a mis en lumière ces massacres insensés », a déclaré Masha Kalinina, spécialiste en politique commerciale internationale du département de la faune sauvage d'Humane Society International. « Actuellement, aucune législation, qu'elle soit américaine ou internationale, ne protège les girafes contre la surexploitation commerciale. Il est clairement temps que cela change. Les États-Unis étant les plus grands importateurs de trophées dans le monde, leur rôle dans le déclin de cette espèce est indéniable, et nous devons apporter notre contribution à la protection de ces animaux ».

Connues pour leur cou pouvant atteindre plus de 5 mètres, leurs motifs distinctifs et leurs longs cils, les girafes ont longtemps nourri l'imagination humaine. De nouvelles recherches ont récemment révélé que les girafes vivaient dans des groupes sociaux complexes, tout comme les éléphants, et possédaient des traits physiologiques uniques, comme par exemple, leur pression artérielle qui est la plus élevée de tous les mammifères terrestres.

 « Il y a plusieurs années, j'ai eu la chance d'étudier les girafes sauvages au Kenya. À l'époque, elles étaient tellement nombreuses qu'il ne nous était même pas venu à l'idée que cela pourrait changer », a déclaré Jeff Flocken, directeur régional nord-américain d’IFAW (Fonds international pour la protection des animaux). « Les girafes font face à une crise. Nous ne pouvons pas laisser disparaître ces incroyables, majestueuses et uniques créatures - ce serait une perte dramatique de diversité et de beauté pour notre planète. Cette pétition mobilise le monde entier ».

L'UICN reconnaît actuellement une espèce de girafes et neuf sous-espèces : la girafe du Niger, la girafe réticulée, la girafe d'Angola, la girafe du Kordofan, la girafe Masaï, la girafe de Nubie, la girafe de Rothschild, la girafe du Cap et la girafe de Rhodésie. La pétition d'aujourd'hui cherche à obtenir l'ajout de ces neuf sous-espèces à la liste des espèces menacées.

« Je ne peux pas imaginer, et n'imaginerai jamais, le paysage africain sans girafes », a déclaré Elly Pepper, directrice adjointe détachée au commerce des espèces sauvages du NRDC (Natural Resources Defense Council, Conseil de défense des ressources naturelles). « Perdre une des espèces emblématiques du continent serait totalement insensé. Accorder aux girafes les protections de l’US Endangered Species Act serait une étape importante dans la lutte pour les sauver de l'extinction ».

Le ministère américain de la Pêche et de la Vie Sauvage a 90 jours pour examiner et répondre à la pétition et déterminer si leur ajout à la liste est justifié. 

FIN

Le Centre pour la diversité biologique (Center for Biological Diversity) est une organisation américaine de conservation à but non lucratif avec plus de 1,2 million de membres et de militants en ligne œuvrant pour la protection des espèces menacées et des habitats sauvages.

Humane Society International et ses organisations partenaires constituent l'une des plus grandes organisations de protection des animaux au monde. Depuis plus de 20 ans, HSI agit pour la protection de tous les animaux grâce à la science, au plaidoyer, à l'éducation et aux programmes de formations pratiques. Célébrer les animaux et faire face à la cruauté dans le monde entier - sur hsi.org.

Humane Society of the United States est l'organisation de protection des animaux la plus efficace, selon l'évaluation de nos pairs. Depuis plus de 60 ans, nous célébrons la protection de tous les animaux et nous sommes confrontés à toutes les formes de cruautés. Associés à nos filiales, nous sommes le plus grand acteur américain de projets sur le terrain pour les animaux, prenant soin de plus de 150 000 animaux chaque année, et nous en protégeons des millions d'autres des pratiques cruelles grâce à nos campagnes de sensibilisation. En savoir plus sur nos 60 ans de changements transformationnels pour les animaux et les personnes. HumaneSociety.org.

Fondé en 1969, IFAW sauve les animaux en détresse tout autour du globe. Grâce à des projets dans plus de 40 pays, IFAW vient en aide à tout animal le nécessitant, œuvre pour prévenir la cruauté envers les animaux et plaide pour la protection des animaux sauvages et de leurs habitats. 

Le Conseil de défense des ressources naturelles (Natural Resources Defense Council, NRDC) est une organisation internationale de défense de l'environnement sans but lucratif avec plus de 2 millions de membres et d'activistes en ligne. Depuis 1970, nos avocats, scientifiques et autres spécialistes de l'environnement travaillent à protéger les ressources naturelles mondiales, la santé publique et l'environnement. NRDC a des bureaux à New York City, Washington DC, Los Angeles, San Francisco, Chicago, Bozeman (Montana) et Pékin. En savoir plus sur www.nrdc.org et nous suivre sur Twitter @NRDC.

Post a comment

Contact presse

Abby Cohen, Fonds international pour la protection des animaux
Contact phone:
(646) 695-7044
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique