Une fois, deux fois, trois fois ! Adjugé, vendu !

Deux des onze lots d’objets en ivoire qui ont été mis en vente dont 76 kilos de défenses brutes.

Un nouvel exemple qui démontre que l’ivoire est en bonne place dans les salles de vente aux enchères. En date du dimanche 23 mars, des défenses brutes d’éléphant se sont vendues à quelques rues du bureau d’IFAW France, à Reims lors d’une vente aux enchères. Je m’y suis rendue.

Lors de ces enchères, onze lots d’objets en ivoire sont mis en vente dont 76 kilos de défenses brutes. Si je ne doute pas de l’achat de ces lots, les questions que je me pose sont les suivantes : qui en sera l’acquéreur ? A quelles fins?

Je constate, que contrairement aux autres objets présentés à la vente et achetés par des personnes physiquement présentes dans la salle, les enchères des objets en ivoire se négocient par Internet ou par téléphone. La salle est silencieuse, personne ne participe et pourtant ces lots partent à des prix très élevés. Ambiance étrange… Y aurait-il un tabou lié à ces objets? Qui sont ces acheteurs qui se ruent sur l’ivoire des éléphants en se cachant derrière un écran d’ordinateur ou un téléphone ? Difficile de le savoir en général, mais sur cette vente, l’on me confirme que les acquéreurs de certains lots sont chinois et allemands.

La route est encore longue avant que le monde n’accorde plus aucune valeur à l’ivoire et, au sein d’IFAW, nous y travaillons quotidiennement. Mais, je me réjouis d’ores et déjà d’entendre des paroles encourageantes, telles celles prononcées par ce père à sa fille regardant tristement les énormes défenses dans la salle de vente : ‘Tu vois chérie, c’est ça ce qu’on vole aux éléphants quand on les tue. Ensuite on les revend. Ça devrait être interdit.’

Un message qui devrait faire mouche afin que la mort des éléphants ne soit pas...une fois, deux fois, trois fois, adjugée !

Mia Crnojevic

Pour plus d'informations sur le travail d'IFAW pour combattre la criminalité faunique,  rendez-vous sur notre page dédiée.

Post a comment