Un appel à la prise de conscience : le port de Rotterdam bannit la viande de baleine

Des manifestants contre la chasse à la baleine observent le dépeçage du premier rorqual commun de la saison dans une station islandaise.

 

 

 

 

 

 

D'après nos informations, il semble que la chasse au rorqual commun en Islande soit réduite à un unique franc-tireur, passablement excentrique, qui semble bien décidé à bouleverser le secteur du tourisme en Islande, l'industrie de l'observation des baleines, d'éminents journalistes et même ses propres actionnaires. Sa prochaine cible est le port de Rotterdam, qui ne veut plus rien avoir à faire avec ce commerce répugnant.

Grâce au formidable succès remporté par une pétition en ligne sur le site Avaaz, plus d'un million de personnes ont écrit aux propriétaires du port de Rotterdam après avoir appris qu'une partie de la viande de baleine produite par M. Loftsson y faisait escale au cours de son voyage de Reykjavik à Tokyo.

Les autorités portuaires ont visiblement étudié de plus près leurs règles d'éthique, réfléchi à leur réputation et ont rapidement annoncé qu'elles n'accepteraient plus de viande de baleine, même en transit, dans leur port.

Samskip, le transporteur islandais, a réagi en déclarant qu'il se plierait à cette décision. Voilà encore un itinéraire qui se ferme pour le commerce de viande de baleine de M. Loftsson.

Cependant, la compagnie Samskip n'a pas annoncé qu'elle cesserait de transporter de la viande de baleine. Nous ne pouvons que supposer qu'elle est à la recherche d'autres ports pour faire transiter la viande de baleine, puisqu'il n'existe aucun itinéraire maritime direct entre Reykjavik et Tokyo.

C'est pourquoi le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) a envoyé un communiqué de presse au Royaume-Uni, demandant à tous les ports de suivre la décision historique de Rotterdam et d'interdire eux aussi le transit de viande de baleine par leurs installations. Nous allons prochainement écrire à tous les propriétaires de ports pour leur demander de s'aligner sur la position de Rotterdam. Pendant ce temps, les bureaux d'IFAW en Europe vont également se mettre en contact avec leurs ports respectifs.

Alors que la pression contre le commerce de rorqual commun, une espèce menacée, monte en Islande et dans le reste du monde, il faut que quelqu'un se décide à dire gentiment à M. Loftsson qu'il nuit à la réputation de son pays, et qu'il met en danger la croissance du secteur de l'observation des baleines et du tourisme en Islande.

Il faut aussi qu'on lui rappelle que ses propres actionnaires admettent qu'il gaspille son argent dans cette soi-disant entreprise. De toute évidence, c'est un homme fier, déterminé à ne pas perdre la face, mais le bon sens devrait s'imposer et ce massacre cruel, nuisible et inutile des rorquals communs devrait prendre fin.

M. Loftsson est de plus en plus isolé, et nous espérons qu'une voix amicale et convaincante saura lui faire entendre raison bientôt.

Robbie Marsland

Pour plus d’informations sur les efforts que nous consacrons en faveur de la suppression de la chasse à la baleine à des fins commerciales, rendez-vous sur la page internet de notre campagne.

Post a comment

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines
Robbie Marsland, Directeur régional, Royaume-Uni
Directeur régional, Royaume-Uni