Suni euthanasiée en Zambie après trois ans de combat

Près de trois ans après l’opération de Suni, nous avons compris que l’éléphante ne serait jamais capable de survivre par elle-même

C’est avec le cœur lourd que Game Rangers International se voit obligé d’annoncer la mort de Suni, l’éléphanteau orphelin handicapé à la suite d’une attaque sauvage. Suni a été euthanasiée un peu plus tôt dans la journée après trois ans d’une lutte acharnée pour sa guérison.

Suni a été retrouvée sur le bord de la route en avril 2012, alors qu’elle se traînait péniblement sur ses deux pattes avant. Attaquée à la machette, elle avait été touchée à la colonne vertébrale, ce qui avait entraîné la paralysie de ses membres postérieurs.

Avec le soutien de l’Autorité de la faune sauvage de Zambie (ZAWA), elle a été transférée au Centre pour les éléphants de Lilayi pour y recevoir un traitement vétérinaire, dans l’espoir que des soins et un suivi intensifs lui permettraient de recouvrer l’usage de ses pattes arrière.

En quelques mois à peine, Suni a fait de grands progrès pour se déplacer et son état s’est nettement amélioré, même si elle manquait de sensibilité dans la patte arrière droite, ce qui l’empêchait de marcher correctement. À l’orphelinat pour les éléphants créé par le GRI, Suni a fait l’objet des meilleurs soins possibles au cours de ces trois dernières années : appareillage nécessaire au maintien de sa patte handicapée, diverses thérapies et, bien sûr, soutien émotionnel de ses gardiens dévoués et de son troupeau d’adoption.

Équipée d’une attelle sophistiquée sur mesure, Suni a pu vivre une vie presque normale en compagnie de ses semblables, faite de balades quotidiennes et de bains de boue.

Accompagner Suni dans sa guérison s’est révélé être un défi incroyable qui a nécessité une attention médicale constante tout au long de sa vie. Nous pensions pouvoir l’amener à marcher sans se blesser ni avoir mal, espérant qu’elle finirait ainsi par recouvrer une certaine sensibilité dans la patte et serait alors capable de poser son pied correctement.

Près de trois ans après son opération, nous ne constations toujours pas d’amélioration significative dans sa capacité à utiliser son pied, et nous avons fini par nous rendre à l’évidence : Suni ne pourrait survivre par elle-même et sans attelle.

À cause de son insensibilité à la patte, Suni s’est blessée sans s’en rendre compte. L’éléphante pesant toujours plus lourd (elle faisait 630 kg en juillet), ses blessures s’aggravaient et devenaient de plus en plus difficiles à traiter.

L’euthanasie de Suni a été la décision la plus difficile que nous ayons eu à prendre depuis la création du Projet d’orphelinat pour les éléphants. Elle était un membre important du troupeau d’éléphants orphelins et ses gardiens la considéraient comme leur fille adoptive. Cependant, le bien-être de Suni a toujours été notre priorité et, en cela, la protection de son état physique et psychologique était primordiale. Si elle avait été maintenue en vie, sa condition physique se serait progressivement dégradée. Étant donné son handicap à la patte, le risque que son corps compense de manière préjudiciable était très élevé et, par ailleurs, elle n’aurait jamais pu s’intégrer pleinement dans un troupeau, ce qui est essentiel pour les éléphants, notamment pour les femelles.

Nous avons donc pris la décision de l’euthanasier après avoir étudié toutes les options pour prolonger son existence, en tenant toujours compte de son bien-être.

Suni occupe une place à part dans le cœur de beaucoup de gens. Son histoire est un rappel poignant de la dure réalité à laquelle font face les éléphants de Zambie. Non seulement Suni a été privée de sa famille lorsqu’elle était toute jeune, mais l’individu qui l’a si sauvagement attaquée lui a également dérobé son avenir.

Nous devons faire en sorte que d’autres ne connaissent pas le même sort que Suni en offrant aux éléphants sauvages la protection qu’ils méritent ! Nous perpétuerons l’esprit combatif de Suni et porterons son héritage à travers nos efforts incessants pour venir en aide aux éléphants orphelins, les soigner et les relâcher dans la nature, là où est leur place.

Remerciements :

Suni était une vraie battante. Elle a survécu contre toute attente grâce au profond dévouement de ses soutiens en Zambie et dans le monde entier (cités ci-dessous). Game Rangers International souhaite remercier chaleureusement toutes les personnes impliquées dans la vie de Suni, notamment Nigel Goodman, Dan Guerrera et Mark Winters, dont l’attelle a permis à Suni de mener une vie décente ces trois dernières années.

Mécènes :

Nigel Goodman Gaea, David Shepherd Wildlife Foundation, Fonds international pour la protection des animaux, Sun International, Royal Air Charters, Hema Desi

Soutien technique :

Dan Guerrera et Mark Winter – Fabricants de l’attelle

Dr David Squarre et Dr Innocent Ng’ombwa, Dr Harvey Kamboyi – ZAWA

Dr Ian Parsons et Dr Noleen Parsons – Vétérinaires, Matobo

Dr Sally Jellis – Vétérinaire, Leopards Hill

Dr Lesley Robinson – Vétérinaire, Mazabuka

Liz O’Brien – Infirmière vétérinaire et gestionnaire du Centre pour les éléphants de Lilayi

Katie Moore – Directrice du programme Sauvetage des animaux, IFAW

Nigel Miller et Kaitlin Hornig – Université d’État du Colorado

Dr Tim Holt, Professeur de médecine et de chirurgie animale – Université d’État du Colorado

Joanne Patterson – Clinique NST Health

Chad Gomm – Spécialiste en relâchement corporel

Tony Nevin – Ostéopathe diplômé, Zoo Ost Ltd

Tom Neuman – RevitaVet Therapy Systems

Catherine Edwards et Leanne Wrentmore - Surrey Equine Solutions & Naturally Animals

Soigneurs : Kelvin Chanda, Gift Lyahenga, Oliver Munyama, Ivan Katongomala, Aaron Gumbo, Oscar Shumbwamuntu, Victor Wotala, Foster Kalaluka, Wonder Simunene, Elvis Lisibi

Jo Hallet – Infirmière vétérinaire, Charlotte Simpson – Technicienne vétérinaire, Louise Ellis – Thérapeute animalière, Tanya Shober, Gali Berkovich, Nicola Carruthers, Tailor McCord et Jeanne-Marie Pittman

Sarah Davies

Afin d'en savoir plus sur les efforts d'IFAW pour sauver les éléphants d’Afrique, rendez-vous sur notre page de campagne

Post a comment

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Vice-président pour la conservation et la protection animale
Vice-président pour la conservation et la protection animale
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW