Sondage récent : les Islandais ne soutiennent plus autant la pêche à la baleine

Sondage récent : les Islandais ne soutiennent plus autant la pêche à la baleine
Mercredi, 25 Octobre, 2017
Londres

Selon les résultats d’un sondage parus le 25 octobre, le soutien des Islandais pour la pêche à la baleine de Minke a chuté de 5 % en seulement un an.

Grâce une étude Gallup, IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux, a révélé que 45,8 % des Islandais déclarent désormais être en faveur de la pêche à la baleine de Minke, alors qu’ils étaient 50,8 % l’année dernière. C’est également la première fois qu’un sondage montre que moins d’un Islandais sur deux soutient cette pratique.

Leur soutien pour la pêche au rorqual commun a aussi considérablement diminué : 35,4 % déclarent y être favorables, alors qu’ils étaient 42 % en 2016.  Il y a seulement quatre ans, un sondage similaire montrait que 65,7 % des Islandais étaient en faveur de la pêche à la baleine de Minke et 56,9 % pour celle au rorqual commun, soit 20 % de plus.

Le sondage portait également sur la création d’un sanctuaire pour les baleines à Faxaflói, une importante zone d’observation des cétacés près du port de Reykjavik. Selon cette étude, 62 % des habitants de la capitale islandaise y étaient favorables et 48,4 % partagent cet avis à l’échelle nationale, alors que seulement 18,1 % des Islandais sont contre.

Pour Patrick Ramage, le directeur du programme de Conservation de la vie marine d’IFAW, « ces résultats sont encourageants et prouvent que chasser la baleine dans un but commercial est sur le déclin et n’a pas sa place au 21° siècle. Au regard de l’engouement national pour la conservation des baleines et de la faible demande pour leur viande, nous incitons le gouvernement islandais à mettre fin à leur massacre cruel une bonne fois pour toutes et à soutenir l’observation responsable des baleines comme étant la marche à suivre, tant pour la baleine que pour l’Homme. La création d’un sanctuaire à Faxaflói serait une avancée majeure, non seulement pour la protection des baleines, mais également pour le pays, grâce aux retombées économiques essentielles générées par l’observation des cétacés. »

En raison de la nature cruelle de la chasse commerciale à la baleine, IFAW s’y oppose en tout point ; il n’existe pas de façon humaine de tuer une baleine. IFAW travaille à la sensibilisation des touristes sur les réalités des cétacés, leur chasse et la consommation de leur viande, grâce à sa campagne « Meet Us Don’t Eat Us » (« Venez à notre rencontre, ne nous mangez pas »), conjointement avec IceWhale, une coalition islandaise pour l’observation des baleines. Il y a quelques années, 40 % des touristes disaient avoir goûté à la viande de baleine en Islande ; depuis le début de la campagne en 2011, ce pourcentage a été réduit de plus de la moitié.

En août, IFAW a révélé que Kristjan Loftsson, l’unique chasseur de rorqual commun en Islande, essayait d’exporter au Japon des centaines de tonnes de viande de rorqual commun. La cargaison, datant d’il y a au moins deux ans, a été chargée sur un cargo avant de commencer son voyage long et tortueux vers le Japon, et ce, malgré le marché restreint ainsi que la lutte en Islande et à l’étranger contre le commerce sanglant de cette espèce menacée de baleine.

En 2015, Hvalur hf, l’entreprise de M. Loftsson, a tué 155 rorquals communs – une espèce en danger –, principalement à destination du marché japonais. Ces deux dernières années, l’Islande n’a pas chassé cette espèce suite aux difficultés rencontrées pour commercialiser la viande au Japon selon M. Loftsson. La chasse à la baleine de Minke continue en Islande où le gouvernement s’est auto-octroyé un quota de 224 individus par an, bien que seule une petite partie de ce quota soit généralement utilisée. Au total, 17 baleines de Minke ont été harponnées cette saison, contre 46 l’année dernière.

Plus de la moitié des restaurants du centre-ville de Reykjvavik se sont engagés à être « Whale Friendly », c’est-à-dire à ne plus servir de viande de baleine. Ce plat figure sur la carte de moins de 10 % des restaurants dans la zone. IFAW estime que ces initiatives visant à diminuer la demande de viande de baleine par les touristes ainsi que la disponibilité de cette viande dans les restaurants contribueront à réduire le nombre de baleines de Minke tuées.

Plus de 100 000 personnes – touristes comme Islandais – ont signé la pétition d’IFAW contre la consommation de viande de baleine. IFAW et IceWhale font campagne ensemble pour que la baie de Faxaflói soit sanctuarisée dans le but de mieux protéger les cétacés. Pour signer la pétition ou pour en apprendre plus sur « Meet Us Don’t Eat Us », consultez www.ifaw.is

L’observation des baleines génère près de 2,5 millions d’euros par an, ce qui en fait l’une des attractions touristiques les plus importantes de l’île. En 2016, plus de 350 000 personnes sont allées observer les baleines en Islande, ce qui démontre qu’elles ont bien plus de valeur pour l’économie du pays lorsqu’elles sont en vie.

FIN

Notes aux rédacteurs : ce sondage a été réalisé par Gallup entre le 4 et le 11 octobre 2017, dans le but d’étudier la vision des Islandais sur la chasse à la baleine. 1448 personnes ont été interrogées. Le sondage, qui ciblait les personnes de 18 ans et plus choisies au hasard grâce au panel Internet de Gallup, a été réalisé en ligne dans toute l’Islande. 859 personnes ont répondu et 589 n’ont pas répondu, donnant un taux de réponse total de 59,3 %.  Les résultats complets sont disponibles sur demande.

Ces derniers résultats révèlent également que 41 % des jeunes âgés de 18 à 24 ans sont contre la chasse à la baleine de Minke et que 39 % y sont favorables. 35 % des personnes ayant un diplôme universitaire sont contre et 33 % sont pour. 

Post a comment

Contact presse

Clare Sterling (IFAW UK)
Contact portable :
+44 (0)7917 507717
Contact email:
Romina Sanfourche
Contact portable :
06 12 36 40 07
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique