Recherché mort ou vif : le commerce d’espèces sauvages sur Internet dévoilé

Recherché - mort ou vif : Le commerce d'espèces sauvages sur Internet dévoiléAujourd’hui, IFAW rend public son rapport d’enquête intitulé Recherché, mort ou vif : le commerce en ligne d’animaux sauvages dévoilé témoignant de l’ampleur stupéfiante du commerce en ligne des espèces dites ‘CITES’, à savoir celles dont le commerce est strictement encadré par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction.

En début d’année, durant six semaines, les enquêteurs d’IFAW ont réalisé une veille qui les a conduits à dénombrer 33 006 animaux sauvages vivants, parties d’animaux ou produits dérivés mis en vente sur 280 plateformes de vente en ligne ouvertes (librement accessibles au public) dans seize pays : au Bahreïn, en Biélorussie, en Belgique, au Canada, en Chine, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Kazakhstan, au  Koweït, en Pologne, au Qatar, en Russie, en Ukraine, aux Émirats Arabes Unis et au Royaume-Uni.

Ce chiffre de 33 006 spécimens démontre à quel point la Toile est permissive, facilitant un commerce inutile et cruel d’animaux déjà menacés, tout autour du globe, sept jours sur sept.

L’enquête a permis de référencer 9 482 annonces d’espèces inscrites aux Annexes I et II de la CITES pour une valeur estimée à près de 8 millions d’euros. 54% des annonces proposaient des animaux sauvages vivants dont certains seront, par la suite, envoyés par voie postale aux acheteurs.

Les spécimens les plus observés à la vente ont été l’ivoire, les reptiles et les oiseaux. En effet, les reptiles représentaient un quart des articles mis en vente et l’ivoire authentique ou présumé, près d’un tiers des annonces (3047) avec plusieurs exemples de vendeurs ayant utilisé des noms de code pour contourner les interdictions de vente d’ivoire existant sur certains sites. 

Outre l’ivoire, les enquêteurs ont listé de nombreuses annonces proposant des tortues terrestres et marines, de la corne de rhinocéros, des os, dents et griffes de tigre, des oiseaux exotiques vivants - notamment des aras et des amazones-, des grenouilles vivantes (y compris les grenouilles de dard de poison), des lézards, des guépards et primates vivants (parmi lesquels des babouins, des chimpanzés et des marmousets), des produits d’ours dont d’ours polaires, la liste étant loin d’être complète.

Si une partie de ce commerce de la faune sauvage est malheureusement légale, une autre partie pose question, les annonces mises en ligne ne disposant pas des documents justifiant de la légalité du spécimen proposé. Environ 13 % des annonces (au total 1 192) ont été jugées suffisamment douteuses pour être signalées aux forces de l’ordre. Elles ne représenteraient cependant que la partie visible de l’iceberg, les enquêteurs d’IFAW ayant préféré ne pas submerger les services de police. Cette coopération avec les agences chargées de la lutte contre la fraude a permis, par exemple en France, de sanctionner un vendeur en ligne.

A l’image des résultats globaux, en France, l’ivoire mis en vente représentait un tiers des annonces référencées, cependant les tortues, les produits dérivés de félins et les oiseaux exotiques étaient aussi très présents. Il est primordial que les poursuites judiciaires entamées pour les infractions en ligne continuent afin de dissuader les cybercriminels d’animaux sauvages.

Alors que le braconnage atteint des niveaux sans précédent, l’ampleur effrayante du commerce de la faune sauvage sur Internet montre la menace réelle que cet outil pose. IFAW incite donc les gouvernements, les décideurs, la justice et les sites de commerce en ligne à faire face aux défis spécifiques que soulève la cybercriminalité relative aux espèces sauvages.

Les gouvernements doivent s’assurer qu’il existe des lois solides et des capacités de lutte contre la fraude suffisantes ;

Les sites de commerce en lignes doivent s'engager à mettre en place des règles strictes et à les appliquer effectivement afin d'empêcher toute exploitation abusive par les criminels ;

Les consommateurs doivent être sensibilisés au coût dévastateur de la criminalité contre les espèces sauvages. Les sites de commerce en ligne devraient sensibiliser leurs internautes à l’existence des lois qui encadrent le commerce des espèces menacées et de leurs produits dérivés.

Si nous n'achetons pas, ils ne mourront pas !

Mia Crnojevic

Pour plus d'informations sur notre enquête, lisez notre rapport.

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Directrice des opérations
Directrice des opérations, Fonds international pour la protection des animaux
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international Criminalité en ligne liée à la faune sauvage, IFAW Royaume-Uni
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW