Pillage des stocks d'Afrique australe : trois tonnes d'ivoire se volatilisent

Vendredi, Juin 22, 2012
Le Cap, Afrique du Sud

Alors que des cambrioleurs audacieux se sont emparés de stocks d'ivoire dans deux pays d'Afrique australe en autant de mois, avec notamment un vol record de trois tonnes de défenses en Zambie, la sécurité des stocks d'ivoire dans tout le sous-continent fait l'objet de vives inquiétudes.

Plus tôt cette semaine, la Zambie a annoncé que trois tonnes de défenses étaient portées manquantes dans une chambre forte du quartier général de la ZAWA (Zambia Wildlife Authority, les autorités zambiennes de la faune sauvage), tandis qu'en mai, le Botswana a confirmé que 26 défenses avaient été dérobées dans son stock de la ville frontière de Kasane.

Dans les deux cas, les responsables de la ZAWA ont réagi rapidement et appréhendé plusieurs suspects de ces vols.

« Les stocks d'ivoire sont une source de bénéfices tentante pour les escrocs », a déclaré Jason Bell, directeur du programme Éléphants du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW, www.ifaw.org). « En matière de sécurité, ils constituent un casse-tête pour tout pays chargé de gérer une marchandise aussi convoitée. »

Bell a ajouté que la ZAWA pouvait être félicitée pour sa capture rapide des voleurs présumés – deux éclaireurs de la ZAWA ont été arrêtés pour leur implication dans le délit –, mais qu'il était décevant de noter que les trois tonnes volées dans la chambre forte de Chilanga venaient à peine d'être saisies trois semaines auparavant. L'ivoire n'a pas encore été récupéré.

« En ciblant les stocks gouvernementaux, les sources les mieux protégées d'ivoire en Afrique, les trafiquants montrent jusqu'où ils sont prêts à aller pour obtenir ce qu'ils veulent. Malheureusement, ce sont les sous-fifres, les petits voleurs, qui risquent leur vie pour alimenter ce trafic », a déclaré Bell.

« Les stocks d'ivoire font peser une lourde responsabilité sur chaque pays d'Afrique qui en possède, exigeant une gestion intensive et absorbant des ressources déjà rares. Ces pays ont besoin de tout le soutien possible pour protéger leur faune sauvage. »

La majeure partie de l'ivoire de contrebande en Afrique est exportée clandestinement vers des marchés tels que la Chine, où il existe des marchés légaux qui permettent aux criminels de blanchir très facilement leur ivoire illicite.

Depuis février, l'opération Worthy organisée par INTERPOL et IFAW dans 14 pays d'Afrique a permis d'arrêter plus de 200 personnes et de saisir presque deux tonnes d'ivoire de contrebande, 20 kg de cornes de rhinocéros et des armes militaires.

Plus de 320 fonctionnaires de diverses agences, notamment en Zambie et au Botswana, ont participé à des interventions contre la criminalité relative aux espèces sauvages menées sur des marchés, dans des ports ou des boutiques, aux frontières et lors de contrôles routiers pendant trois mois.

« Pour IFAW, un éléphant tué pour son ivoire, c'est un de trop. Nous ne resterons pas les bras croisés pendant qu'ils se font massacrer sans pitié », a insisté Kelvin Alie, directeur du programme Criminalité contre les espèces sauvages et sensibilisation des consommateurs d'IFAW. « Certains États de l'aire de répartition font leur part du travail en hébergeant et en protégeant les éléphants. Les autres, c'est-à-dire nous, doivent agir pour les soutenir dans leurs efforts. Cela signifie que les pays développés doivent se joindre à IFAW pour participer à la formation des fonctionnaires chargés de la faune sauvage, étudier le commerce illicite et assurer la sécurité de notre héritage naturel commun. »

« À ce jour, c'est l'opération la plus vaste jamais coordonnée par INTERPOL contre le commerce illicite d'ivoire, non seulement en termes de saisies et d'arrestations, mais aussi parce qu'elle s'est attaquée aux organisations criminelles qui gagnent des millions de dollars en tuant la faune sauvage et en détruisant son habitat, par le meurtre, la corruption et le blanchiment d'argent », a déclaré David Higgins, responsable du programme d'INTERPOL contre le crime environnemental.

« Les informations collectées pendant l'opération Worthy nous permettront d'identifier les liens entre les braconniers et les réseaux mondiaux qui mènent et facilitent la criminalité. En identifiant les itinéraires internationaux du trafic, en arrêtant les coupables impliqués aux plus hauts niveaux et en réprimant le crime à sa source, en chemin et à destination, nous apportons une réelle contribution à la conservation de l'environnement et de la biodiversité sur notre planète », a conclu M. Higgins.

Les pays qui ont participé à l'opération Worthy : Éthiopie, Botswana, Ghana, Guinée Conakry, Kenya, Liberia, Mozambique, Namibie, Nigeria, Rwanda, Afrique du Sud, Swaziland, Zambie, Zimbabwe.

Peu d'animaux sont aussi menacés par le trafic d'espèces sauvages que les éléphants. Au début de l'année, IFAW a déjà tiré la sonnette d'alarme lorsque des centaines d'éléphants ont été massacrés au Cameroun. Un récent rapport d'IFAW démontre que la demande en Chine et dans d'autres pays d'Asie est largement fautive.

IFAW forme des fonctionnaires chargés de la lutte contre la fraude à la prévention du trafic d'espèces sauvages dans divers pays d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Asie, d'Océanie et des Caraïbes. Depuis 2006, plus de 1300 représentants des gouvernements en première ligne de ce combat ont été formés. Ce mois-ci, IFAW a mené des formations au Bhoutan, au Congo Brazzaville, à Dubai et au Kazakhstan

A propos d'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux)

Fondé en 1969, le Fonds international pour la protection des animaux sauve des animaux en détresse partout dans le monde. Avec des projets dans plus de 40 pays, IFAW vient au secours d'animaux, travaille à prévenir la cruauté envers les animaux en général et milite pour la protection de la faune sauvage et des habitats. Pour plus d'informations, consulter le site www.ifaw.org. Suivez-nous sur Facebook et sur Twitter.

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW Afrique australe)
Contact phone:
+27 21 701 8642
Contact portable :
+27 82 330 2558
Contact email:
Adrian Hiel (IFAW UE) –
Contact phone:
+32 (0)473 86 34 61
Contact email:

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW