Partout dans le monde, les amoureux des éléphants disent « non ! » au massacre des pachydermes pour l’ivoire

Au cours des deux dernières semaines, plusieurs membres du personnel du Fonds international pour la protection des animaux issus de France, d’Allemagne, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et d’autres pays de l’Union européenne, ainsi que de l’Australie et des États-Unis, ont remis à des responsables gouvernementaux les signatures de près de 290 000 personnes soutenant IFAW et ont exigé que soient prises des mesures pour protéger les éléphants du braconnage et du trafic d’ivoire.

Cette remise de signatures a eu lieu en vue de la réunion à Genève du Comité permanent de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Ce même organisme qui avait interdit le commerce international de l’ivoire en 1989 et en autorise depuis lors la poursuite, bien que dans de moindres proportions.

Le Comité permanent est l’organisme qui « dirige » la CITES. Composé de responsables issus de gouvernements du monde entier, il établit les orientations générales et propose des résolutions examinées par la Conférence des Parties (à la CITES). Parmi les sujets qui seront abordés lors de la réunion de ce mois-ci figure la conservation des éléphants, notamment l’abattage illégal de cet animal et le commerce de son ivoire.

En 2011, plus de 23 tonnes d’ivoire d’éléphant illégalement prélevé ont été saisies par les autorités chargées de faire appliquer la loi dans le monde.

L’année 2012 ne s’annonce en rien différente et, pour la première fois depuis de nombreuses années, on assiste au braconnage des éléphants à travers toute l’aire de répartition de cet animal en Afrique, y compris au sud du continent, une zone que l’on croyait jusqu’ici épargnée.

Une enquête récente menée par IFAW sur le commerce de l’ivoire en Chine a révélé que depuis 2008, année où la CITES a donné son feu vert à la vente légale de stocks d’ivoire par quatre pays d’Afrique australe à la Chine et au Japon, le nombre d’éléphants tués pour leur ivoire a augmenté de façon spectaculaire.

Le monde ne peut fermer les yeux sur ce massacre, et les experts d’IFAW font entendre leurs voix lors de la réunion afin de s’assurer que toutes les décisions prises par les représentants des différents pays servent l’intérêt des éléphants et leur survie à long terme.

Les millions de personnes qui soutiennent IFAW à travers le monde, et qui ont pris fait et cause pour les éléphants ces dernières années, ne peuvent être ignorés davantage.

Le Comité permanent de la CITES se réunit depuis hier, lundi 23 juillet, jusqu’à ce vendredi 27 juillet 2012 et nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’évolution de la situation.

--PT

Commentaires: 1

 
Anonyme
2 years ago

non pour le commerce de l'ivoir oui pour la fin de se masacre
enrevoir

Post a comment

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW