Nouvelle saisie d'ivoire à Hong Kong

Nouvelle saisie d'ivoire à Hong Kong
Jeudi, Octobre 3, 2013
Le Cap, Afrique du sud

Pas moins de 189 défenses d'éléphants, 769 kilos d'ivoire, viennent d'être saisies à Hong Kong.

D'après les autorités locales, l'ivoire avait été expédié depuis la Côte d'Ivoire, en Afrique de l'Ouest, et entreposé dans des conteneurs estampillés « soja ». Réalisée dans le cadre d'une opération de collecte de renseignements engagée fin septembre, cette saisie n'a toutefois conduit à aucune arrestation.

« L'année finit mal pour les éléphants », déplore Kelvin Alie, Directeur du programme Crime contre la faune sauvage et sensibilisation des consommateurs d'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux). « Les saisies de gros volumes d'ivoire se multiplient depuis janvier. C'est d'autant plus préoccupant que les dernières saisies à Hong Kong proviennent de pays d'Afrique de l'Ouest comme le Togo, le Nigeria et, dernièrement, la Côte d'Ivoire, et non des zones d'exportation habituelles de l'Afrique de l'Est. »

« Les trafiquants redoublent d'ingéniosité pour tromper les autorités et trouvent de nouveaux itinéraires pour acheminer leur marchandise de contrebande. »

L'annonce d'hier intervient deux mois seulement après la saisie d'une cargaison de 1 000 défenses d'éléphants en provenance du Nigeria contenant aussi plusieurs cornes de rhinocéros et des peaux de léopards.

Cette saisie est intervenue à la veille de la journée internationale d'action baptisée « Marche internationale pour les éléphants », au cours de laquelle des militants des quatre coins du monde défileront en signe de protestation contre le braconnage des pachydermes. En 2012, au moins 35 000 éléphants ont en effet été tués pour leur ivoire.

« Nous saluons les responsables hongkongais pour leur pugnacité dans la lutte contre le trafic d'ivoire. Bien que ces résultats soient très encourageants, le volume d'ivoire intercepté atteint des sommets et reflète l'ampleur du fléau qui s'abat sur les éléphants aujourd'hui », explique Grace Ge Gabriel, Directrice régionale Asie d'IFAW.

« Biologiquement, les éléphants ne sauraient survivre à la loi mercantile de l'offre et de la demande. Aucune espèce sauvage ne peut supporter ce type d'exploitation commerciale, encore moins un animal comme l'éléphant, du fait de sa longévité d'une part, et de la lenteur de son développement et de son rythme de reproduction d'autre part », prévient-t-elle.

IFAW s'engage aux côtés de la Clinton Global Initiative (CGI), qui finance à hauteur de 80 millions de dollars un projet de lutte contre le massacre des éléphants d'Afrique pour leur ivoire. Ce projet prévoit d'aider les gouvernements nationaux à renforcer leurs dispositifs de répression à l'encontre des braconniers sur 50 sites prioritaires, d'intensifier la lutte contre le trafic d'ivoire, d'améliorer les réseaux de renseignement et de plaider en faveur de sanctions plus sévères en cas d'infraction. Enfin, la CGI entend redoubler d'efforts en vue de réduire la demande en ivoire sur les principaux marchés concernés.

En plus de réunir des chefs d'État, les différentes parties prenantes et les citoyens autour d'une même cause, le projet s'intéressera tout particulièrement aux implications du trafic d'espèces sauvages en matière de sécurité nationale et internationale. Avec une valeur annuelle estimée entre 7 et 10 milliards de dollars US, le commerce illicite d'espèces sauvages compte parmi les activités criminelles les plus lucratives du monde. Elle se classe quatrième en terme de valeur après le trafic de drogues, d'êtres humains et de contrefaçons.

De plus, certains groupes extrémistes comme l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), les Janjawid ou encore al-Shabaab (le groupe responsable du massacre perpétré le mois dernier dans un centre commercial de Nairobi) se livrent au trafic d'ivoire dans le but de financer leurs opérations terroristes.

La majeure partie de l'ivoire de contrebande est destinée à l'Asie, et en particulier à la Chine, où cet « or blanc » tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur en tant que véhicule d'investissement. La disponibilité limitée de l'ivoire légal acheté par la Chine lors de la vente de stocks de certains pays d'Afrique australe en 2008 a, quant à elle, suscité la demande, encourageant ainsi le commerce illicite de l'ivoire et le braconnage des éléphants pour répondre aux besoins du marché.

« Nous ne pourrons mettre un terme au commerce illégal de faune sauvage sans un engagement concret de la communauté internationale », poursuit M. Alie.

Dans le cadre d'une initiative internationale visant à renforcer les capacités de lutte contre ce trafic, IFAW forme les forces de l'ordre à la prévention du trafic d'espèces de faune sauvage dans de nombreux pays d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Asie, d'Océanie et des Caraïbes. IFAW a récemment signé un mémorandum d'entente avec Interpol, le premier jamais signé avec une ONG par le Programme d'Interpol sur la criminalité environnementale. IFAW et Interpol ont collaboré sur de nombreux projets depuis 2005, et notamment l'année dernière, lors de la plus grande opération de lutte contre le trafic d'ivoire jamais menée à l'échelle internationale.

Dans le cadre de l'opération Wendi, menée en Côte d'Ivoire et dans d'autre pays d'Afrique de l'Ouest, IFAW et Interpol ont uni leurs forces avec celles des autorités policières locales pour lutter contre les braconniers et les trafiquants. En amont de l'opération, un atelier de formation organisé par la Côte d'Ivoire et soutenu par IFAW avait rassemblé plusieurs responsables du maintien de l'ordre des pays participants, venus apprendre les dernières techniques de recherche et de saisie et mettre en commun leurs connaissances ainsi que leur expertise.

À la suite de cette initiative, les forces de l'ordre ont saisi de grandes quantités d'ivoire, de produits dérivés d'espèces sauvages, d'armes, d'animaux vivants ainsi que de grosses sommes d'argent liquide.

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW SA)
Contact phone:
+27 21 701 8642
Contact portable :
+27 82 330 2558
Contact email:

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW