Neuf pays arabes unissent leurs forces pour la protection des requins en mer d'Arabie

Mercredi, Février 19, 2014
Dubaï, E.A.U.

Neuf pays arabes signent un mémorandum d'entente international sur la protection des requins et forment leurs forces à la prévention du trafic

Neuf pays arabes ont annoncé lundi leur engagement en faveur de la protection des requins en signant le Mémorandum d'entente sur la conservation des requins migrateurs à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis (EAU). Ce traité international a été conclu dans le cadre de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS), sous l'égide du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

Les Emirats Arabes Unis, les Comores, l'Égypte, la Jordanie, la Lybie, la Mauritanie, le Soudan, la Syrie et le Yémen sont les premiers pays arabes à venir s'ajouter aux 27 signataires existants de ce mémorandum.

IFAW (Fonds international pour la protection des animaux) et le Secrétariat de la CMS se réjouissent de cette décision historique par laquelle ces pays arabes s'engagent désormais à protéger les requins dans leurs eaux territoriales.

« En signant ensemble ce document, ces neuf pays envoient un signal fort au reste du monde et invitent les autres pays à suivre leur exemple », souligne Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement d'IFAW.

« Nous saluons cet engagement de la part des nouveaux signataires, qui devrait renforcer les initiatives régionales en vue de réduire la menace à laquelle sont confrontés les requins migrateurs », déclare quant à lui Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif du Secrétariat de la CMS.

« Les neufs nouveaux pays signataires s'engagent à octroyer durablement un statut de conservation favorable aux requins migrateurs », ajoute-t-il.

En parallèle, plus de 65 agents en première ligne de la lutte contre le trafic d'espèces sauvages, issus de plusieurs pays arabes, participent à un atelier de formation sur la prévention du trafic de requins et d'autres espèces marines aux Émirats arabes unis du 17 au 19 février 2014.

Cette formation est dispensée par IFAW qui est missionné par le Ministère de l'Environnement et de l'Eau des E.A.U.. Elle bénéficie du généreux soutien d'IFAW et du Secrétariat de la CMS ainsi que de fonds octroyés par la Commission européenne.

Parmi les participants figurent des représentants des autorités maritimes, des autorités compétentes en matière de pêche, des services de douanes et des municipalités ainsi que des associations de pêcheurs et divers responsables de la CITES pour l'étude scientifique et la gestion de la faune marine. Les participants sont issus des E.A.U., des Comores, d'Égypte, de Jordanie, d'Arabie saoudite, du Koweït, de Lybie, de Mauritanie, du sultanat d'Oman, de Somalie, du Soudan et du Yémen.

Les requins sont chassés pour leurs dents, leurs mâchoires et leurs ailerons particulièrement prisés. C'est la demande en soupe d'ailerons de requins qui encourage la pratique cruelle de la pêche aux ailerons, qui consiste à sectionner l'aileron de l'animal avant de le remettre à l'eau, souvent encore en vie.

« En tant que grands prédateurs, de nombreux requins jouent un rôle écologique primordial au sein de leur environnement marin. Pour beaucoup d'espèces de requins, les eaux territoriales des pays de cette région constituent un espace vital d'alimentation et de reproduction », fait valoir Andrea Pauly, administratrice adjointe de la CMS.

« Les requins et d'autres espèces marines voient leur nombre chuter à cause de leur surexploitation, de la détérioration de leur habitat et du changement climatique », poursuit Peter Pueschel. « Chez certaines espèces, ce déclin atteindrait même jusqu'à 80 % de la population au cours des dix dernières années. »

Cette formation vise à accroître les capacités des agents en première ligne de la lutte contre le commerce illicite de requins et d'autres espèces marines. En renforçant leurs connaissances et leurs compétences, ils seront mieux à même d'agir conformément aux réglementations nationales et internationales.

Au cours des trois jours de formation, les participants aborderont diverses questions liées à la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS) et aux dispositions spécifiques à la protection des requins migrateurs.

L'atelier portera également sur la CITES et sa réglementation en matière de protection des espèces inscrites à ses différentes annexes, ainsi que sur l'identification des produits dérivés du requin et de la raie manta dans le cadre du commerce international. Par ailleurs, les participants apprendront à reconnaître les espèces de requins à partir de leurs ailerons lors d'une séance d'exercice pratique.

La biologie des requins sera en outre abordée, et notamment la croissance lente, la maturation tardive et le faible taux de fécondité de ces animaux qui les rendent si vulnérables à la surexploitation.

Le requin longimane, trois espèces de requins marteaux, le requin-taupe commun et la raie manta ont été inscrits à l'Annexe II lors de la 16e Conférence des Parties de la CITES. La réglementation de la CITES concernant les requins et la raie manta entrera en vigueur le 14 septembre 2014.

« La CITES doit réglementer et limiter le commerce international des requins à un niveau qui ne soit pas préjudiciable à la survie de l'espèce », observe Peter Pueschel.

Et d'ajouter : « Le Mémorandum d'entente sur les requins migrateurs de la CMS constitue à ce jour le seul outil international conçu spécifiquement pour la conservation des espèces migratoires de requins. Il va sans dire que leur survie ne peut être garantie que par une coopération internationale autour d'objectifs de conservation partagés. »

IFAW préconise et soutient des objectifs communs en vue du rétablissement et du maintien d'un statut de conservation durable pour les requins migrateurs d'une part, et de l'éradication des pratiques de pêche cruelles d'autre part.

Cette formation s'inscrit dans le cadre d'une initiative internationale visant à renforcer les capacités des forces de l'ordre en matière de protection d'espèces sauvages dans plusieurs pays d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Asie, d'Océanie et des Caraïbes. Depuis 2006, plus de 2 300 agents gouvernementaux en première ligne de ce combat ont été formés.

Fin

À propos de la CMS

La Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS) a pour but d'assurer la conservation des espèces migratrices terrestres, aquatiques et aériennes dans l'ensemble de leur aire de répartition. Inscrit dans le cadre du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), ce traité intergouvernemental porte sur la conservation de la faune sauvage et de ses habitats à l'échelle mondiale. La CMS est une convention-cadre dont l'objectif est d'inciter les États de l'aire de répartition des espèces à nouer des accords régionaux et internationaux relatifs à la protection d'espèces ou de groupes d'espèces migratoires. Signé en 2010 dans le cadre de la CMS, le Mémorandum d'entente sur la Conservation des requins migrateurs en est un exemple et a pour vocation d'octroyer de façon pérenne un statut de conservation favorable aux espèces migratrices de requins. www.cms.int

Post a comment