Malgré une consommation en berne et une opposition généralisée, l’Islande établit de nouveaux quotas de pêche à la baleine pour cinq ans

Malgré une consommation en berne et une opposition généralisée, l’Islande établi
Lundi, Décembre 16, 2013
Reykjavik, Islande

Un sondage publié lundi montre que seuls 3 % des Islandais affirment consommer de la viande de baleine régulièrement*. Ces chiffres insignifiants n’ont pourtant pas empêché le gouvernement islandais d’établir de nouveaux quotas de pêche pour les cinq prochaines années, autorisant par là même le massacre annuel de 229 baleines de Minke et de 154 rorquals communs, une espèce pourtant menacée d’extinction.

Une étude Gallup commanditée par IFAW (Fonds international pour la protection des animaux) et conduite auprès des Islandais révèle ainsi que seulement 3 % des sondés ont acheté de la viande de baleine à six reprises au moins au cours des douze derniers mois. Ce sondage a également mis en lumière le fait que 75 % des Islandais n’achètent jamais de viande provenant des cétacés. Ces chiffres s’élèvent même à 82 % chez les femmes et à 86 % chez les jeunes entre 18 et 24 ans.

Quelle n’a donc pas été notre déception lorsque nous avons appris la décision du gouvernement islandais de soutenir le massacre perpétré par l’homme d’affaire Kristjan Loftsson, le seul baleinier islandais, en lui octroyant des quotas de pêche supplémentaires. Hélas, l’Islande a fait le choix d’encourager une pratique obsolète et peu rentable aussi préjudiciable à la population de l’île qu’aux cétacés.

Robbie Marsland, Directeur régional Royaume-Uni d’IFAW, précise : « Nous sommes profondément déçus qu’une décision aussi controversée ait été prise d’une telle manière. Le fait que le gouvernement ait fait part de cette décision en toute discrétion un vendredi soir, peu avant Noël, et sans évoquer les critiques qui s’élèvent à la fois en Islande et dans le reste du monde contre cette activité commerciale aussi inutile qu’inhumaine montre bien à quel point ce baleinier entêté commence à devenir gênant pour son propre pays. »

Responsable du massacre de 280 rorquals communs dans les eaux islandaises entre 2006 et 2010, Kristjan Loftsson avait suspendu son activité pendant deux ans, en 2011 et 2012, invoquant les difficultés rencontrées dans le commerce de la viande de cétacés avec le Japon, après le passage du terrible tsunami qui avait frappé le pays en 2011. Il a repris la chasse cet été et a tué 134 rorquals communs supplémentaires.

En Islande, la chasse à la baleine de Minke, qui alimente principalement le marché domestique et touristique, est également en perte de vitesse. L’année dernière, 52 baleines de Minke ont été tuées, malgré un quota fixé à 216 prises. Cette année, le nombre de prises a encore baissé pour atteindre 35 cétacés massacrés.

Au cours des dernières années, M. Loftsson a régulièrement exporté de petites quantités de viande de rorqual commun vers sa société au Japon, malgré la demande marginale du marché nippon.

Cet été, plusieurs ports et transporteurs européens ont publiquement refusé de prendre part à ce commerce et les conteneurs ouverts dans les ports de Rotterdam et d’Hambourg ont été renvoyés vers l’Islande. Cette prise de position a fait écho aux protestations de l’opinion publique dénonçant le massacre des cétacés pour utiliser leur viande dans la préparation de produits tels que les aliments pour chiens.

IFAW travaille en collaboration avec les opérateurs touristiques islandais pour promouvoir l’observation des cétacés, une activité humaine et rentable, en lieu et place de la cruauté de la chasse. Destination phare pour pratiquer cette activité en Europe, l'Islande a accueilli l'année dernière 175 000 touristes venus admirer les cétacés.

Note aux rédacteurs

* 1 450 personnes de 18 ans et plus résidant en Islande ont été interrogés sur leur position vis-à-vis de la chasse à la baleine via Internet. Cette étude a été menée par Capacent Gallup en octobre 2013.

La chasse commerciale à la baleine expose l'Islande à des représailles diplomatiques de la part des États-Unis.

Depuis trois ans, IFAW mène la campagne « Meet Us Don't Eat Us » (Venez à notre rencontre, ne nous mangez pas), qui encourage les touristes visitant le pays à soutenir une observation responsable des baleines et à ne pas goûter à leur viande.

En partenariat avec Icewhale, l’association des opérateurs islandais d’observation des baleines, IFAW a lancé cette année l’initiative « Whale friendly Restaurants » pour promouvoir les restaurants qui se sont engagés à ne pas servir de viande de baleine. Environ 50 % des restaurants situés dans le centre-ville de Reykjavik ont d’ores et déjà adhéré à cette initiative et affichent le logo « Whale Friendly », facilement identifiable par les touristes.

Post a comment

Contact presse

Clare Sterling (IFAW Royaume uni)
Contact phone:
+44 (0)207 587 6708
Contact portable :
+44 (0)7917 507717
Contact email:
Sigursteinn Masson (IFAW en Islande)
Contact phone:
00354 8638361
Contact email:

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines