L'UE s'attaque aux effets de la prospection sismique sur les mammifères marins

Mercredi, Mars 12, 2014
Bruxelles, Belgique

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), OceanCare (www.oceancare.org), le NRDC (www.nrdc.org) et les acteurs de la conservation ont salué la décision du Parlement européen de soumettre la pollution acoustique sous-marine provoquée par l'exploitation pétrolière à une évaluation des incidences sur l'environnement (EIE).

« Si elle est encore loin d'être parfaite, la nouvelle mouture de la Directive sur l'évaluation des incidences sur l'environnement constitue une avancée indéniable pour certains volets importants de la protection des océans », déclare Barbara Slee, Responsable de campagne pour les mammifères marins d'IFAW UE. « L'ancienne législation n'exigeait une EIE qu'en cas de forage des fonds marins et ne prenait donc pas en compte les effets néfastes de la prospection. Il était essentiel que la nouvelle directive fasse intervenir les EIE dès la phase d'exploration. »

« L'industrie pétrolière ne doit pas faire la sourde oreille aux préoccupations de l'opinion et des responsables politiques sur cette question. Elle doit immédiatement faire cesser la pollution acoustique sous-marine », explique Mme Slee.

Les études effectuées par IFAW et d'autres organisations environnementales ont établi un lien entre ces nuisances sonores d'une grande intensité et les événements d'échouage massif. Les canons à air utilisés par l'industrie pétrolière entraînent un martèlement suffisamment puissant pour couvrir les cris des baleines sur des milliers de kilomètres à la ronde et peuvent de fait empêcher ces animaux de communiquer et de se reproduire. De tels bruits peuvent également les pousser à abandonner leur habitat et à cesser de chercher de la nourriture sur de grandes distances. Si les animaux sont à proximité de la source sismique, celle-ci peut même provoquer des pertes d'audition et des traumatismes auditifs irréversibles. Les ondes sonores se déplacent cinq fois plus vite et sur des distances bien plus importantes dans l'océan que dans l'air, si bien que les baleines, les dauphins et de nombreuses autres espèces, y compris des espèces de poisson, se fient à leur ouïe pour se reproduire et survivre dans ce milieu.

« Le Parlement tarde depuis trop longtemps à prendre cette décision pourtant vitale. L'Europe a encore du retard en ce qui concerne l'évaluation des incidences, la transparence des procédures de consultation et la réglementation de l'industrie pétrolière », ajoute Sigrid Lüber, présidente d'OceanCare. En partenariat avec plusieurs ONG, OceanCare dénonce depuis longtemps le maintien des études sismiques, notamment en mer Méditerranée au large de la Croatie et de la Grèce.

« Les canons à air utilisés pour l'exploration sismique émettent des sons puissants toutes les quelques secondes pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois », déclare Kriton Arsenis, membre du Parlement européen. « Nous, humains, ne serions pas capables de supporter un tel bruit, mais les effets sont probablement pires sur les espèces marines, qui ont une ouïe bien plus développée que la nôtre. »

« La décision qui a été prise aujourd'hui reconnaît l'impact colossal que la prospection sismique peut avoir sur l'environnement marin dans son ensemble : sur les mammifères bien sûr, mais aussi sur les poissons et les autres produits de la pêche », affirme Michael Jasny, Directeur du projet de protection des mammifères marins du NRDC. « Bien que tardif, le geste du Parlement est sage et responsable. Nous devons faire en sorte que cette directive d'importance capitale soit correctement mise en place en 2017 afin d'améliorer le sort des mammifères marins d'Europe au plus tôt. »

FIN

À propos d'OceanCare

Fondé en 1989, OceanCare est une organisation internationale de protection des océans qui lutte contre la pollution marine, la détérioration de l'environnement, la pêche directe ou indirecte de mammifères marins et leur maintien en captivité. OceanCare s'est vu conférer le statut consultatif spécial par le Conseil économique et social des Nations unies et a été reconnu partenaire officiel de l'Accord sur la conservation des cétacés de la mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente (ACCOBAMS).

À propos du NRDC

Le Natural Resources Defense Council (NRDC) est une organisation environnementale internationale à but non lucratif comptant plus de 1,4 million de membres et de sympathisants en ligne. Depuis 1970, nos avocats, nos scientifiques et tous nos spécialistes de l'environnement travaillent pour la protection des ressources naturelles mondiales, de la santé publique et de l'environnement. Le NRDC possède des bureaux à New York, Washington, Los Angeles, San Francisco, Chicago, Bozeman (Montana) et à Pékin. Visitez notre site www.nrdc.org et suivez-nous sur Twitter @NRDC.

Post a comment

Contact presse

Adrian Hiel (IFAW EU)
Contact phone:
+32 (0)473 86 34 61
Contact email:

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines
Robbie Marsland, Directeur régional, Royaume-Uni
Directeur régional, Royaume-Uni