Les pays de l’UE sommés de détruire leurs stocks d’ivoire de contrebande

Défenses d’un éléphanteau et d’un éléphant adulte confisquées au Centre de commandement portuaire et maritime du Département des douanes et accises de Hong Kong (Kwai Chung, Kowloon), le 3 octobre 2013. Cette cargaison d’ivoire de contrebande provient de Côte d’Ivoire, en Afrique.

IFAW se joint à dix autres ONG et exhorte les États membres de l’UE à détruire leurs stocks d’ivoire.

Il est pour le moins inhabituel qu’un tel contingent d’ONG parle d’une seule et même voix, mais le massacre des éléphants atteint aujourd’hui des proportions dramatiques et ne pourra être endigué sans une prise de position unifiée : tout le monde doit agir, des ONG aux gouvernements en passant par les citoyens.

Selon IFAW, la destruction de l’ivoire de contrebande permet d’envoyer un message fort au reste du monde. La destruction des stocks d’ivoire, quelle qu’en soit la quantité, met en lumière une véritable tragédie : plusieurs dizaines de milliers d’éléphants sont tués chaque année pour alimenter ce trafic.

Ces saisies sont à chaque fois l’occasion d’expliquer aux consommateurs qu’en achetant de l’ivoire, ils mettent en péril la vie des éléphants et, potentiellement, l’avenir de l’espèce tout entière. Une prise de conscience qui contribue grandement à sensibiliser l’opinion, et donc à réduire la demande.

La destruction de stocks d’ivoire dans certains pays d’Europe devrait encourager les États de l’aire de répartition des éléphants, où les vols de stocks d’ivoire sont monnaie courante, à leur emboîter le pas. Ce faisant, l’Europe se montre par ailleurs solidaire des pays d’Afrique et d’Asie qui luttent contre le braconnage des éléphants et le commerce illicite de l’ivoire.

Au cours des six derniers mois, plusieurs pays ont pris des mesures significatives en faveur de la sauvegarde des éléphants en péril dans le monde entier.

Ainsi, des pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni se sont formellement engagés à financer des mesures visant à protéger les éléphants, la Commission européenne s’est elle aussi engagée à plusieurs reprises et le Parlement européen a voté une résolution en faveur d’un plan d’action contre le trafic d’espèces sauvages.

En témoignage de leur engagement, les États-Unis et la Chine ont détruit publiquement leurs stocks d’ivoire saisi. Hong Kong vient pour sa part d’annoncer son intention de détruire le plus gros stock d’ivoire à ce jour. La France devrait bientôt en faire autant, et il semblerait que d’autres pays européens envisagent également de telles mesures.

Membre de la Clinton Global Initiative, de la Coalition contre le trafic d’espèces sauvages et d’autres organismes régionaux aux objectifs similaires, IFAW est fier de faire équipe avec des organisations qui partagent le même idéal, celui d’un monde libéré de la menace du braconnage.

Satyen Sinha

Pour en savoir davantage sur la lutte que nous menons contre le commerce illicite de l’ivoire, reportez-vous à notre page de campagne.

Post a comment

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW