Les partisans du commerce de l’ivoire se murent dans un étrange silence

Le New York Times a publié récemment un éditorial intitulé « Ivory Poachers and Their Enablers » (Le braconnage de l’ivoire et ceux qui l’alimentent). 

Bien que l’on pense souvent d’abord aux braconniers, cet éditorial pointe également une triste réalité, à savoir le fait que des citoyens ordinaires, partout dans le monde, endossent eux aussi une part de responsabilité dans l’abattage des éléphants.

La quantité d’ivoire circulant dans le monde est considérable, et les efforts visant à mettre un terme à ce trafic se heurtent chaque jour à de nouveaux obstacles.

Les autorités thaïlandaises ont annoncé dernièrement la saisie à Bangkok d’une demi-tonne d’ivoire. On ignore pour l’heure si la cargaison était censée rester en Thaïlande ou si elle devait être expédiée vers la Chine, pays où l’ivoire est désormais appelé « l’or blanc ».

La protection de la vie des éléphants constitue la priorité absolue du Fonds international pour la protection des animaux. Aussi, étant donné le danger que fait peser le commerce de l’ivoire, légal ou non, sur les éléphants, nous estimons nécessaire que soient prises les mesures les plus fermes afin de mettre un terme au braconnage et de réduire la demande en ivoire.

À lui seul, l’arrêt des ventes d’ivoire ne suffira pas à garantir la sécurité des éléphants.

Le seul moyen de mettre un terme au braconnage pour protéger les éléphants est d’adopter une approche globale du problème en fournissant une aide renforcée aux gardes forestiers sur le terrain, en protégeant l’habitat des éléphants et en informant les consommateurs que leur demande insatiable d’ivoire entraîne nécessairement la mort d’éléphants.

Protéger la vie des éléphants, tel est notre objectif.

Les compagnies aériennes qui transportent à leur insu les cargaisons illégales d’ivoire doivent elles aussi prendre conscience du problème. Pour ce faire, IFAW s’adressera à elles afin qu’elles renforcent les contrôles des marchandises provenant d’Afrique et à destination de l’Asie.

Aujourd’hui, ceux que l’on entendait proclamer que le commerce de l’ivoire ne nuisaient pas aux éléphants, qu’il faisait l’objet d’un contrôle efficace et permettait de financer la conservation de cet animal se murent étrangement dans le silence.

--AD

Commentaires: 3

 
Anonyme
2 years ago

bonsoir je prends connaissance de votre site, je suis une fervente amoureuse des animaux j'ai un faible pour certains comme les éléphants, je cherche un moyen de me rendre utile (je sais il y a les dons) mais je maitrise mal l'anglais, je prends des cours pour me remettre à niveau (j'ai 60 ans) donc si je pouvais lire en français vos articles
cordialement
Micky

 
Dupuis Patricia
2 years ago

quand c est massacre font ils s arreter quand il n y aura plus de ces magnifiques pachidremes;envers heureusement qu il y a des associations qui essayent de freiner barbaries bravo et courage

 
Anonyme
2 years ago

j'esperd sinserement que le commerce de l'ivoir va s'areter car nous n'en n'avons pas besoin et nous nous en passame tres bien je trouve sa vraiment bete de tuer les animaux pour sipeu vraiment
enrevoire

Post a comment

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW