La Suisse interdit les produits dérivés du phoque

Cette semaine, IFAW célèbre une nouvelle victoire pour les phoques : la Suisse est devenue le 35e pays à interdire les produits dérivés du phoque.

À l’instar des membres de l’Union européenne, de la Fédération de Russie, du Kazakhstan, de la Biélorussie, de Taïwan, du Mexique et des États-Unis, la Suisse a rejoint le groupe des pays ayant choisi d’interdire l’importation ou le commerce de produits issus de la chasse aux phoques, une pratique canadienne cruelle.

L’interdiction entrera en vigueur le 1er avril et s’appliquera à l’importation de tous les produits issus de la chasse commerciale aux phoques, tels que les peaux, les fourrures, la viande, la graisse et les organes de phoques. Comme pour l’Union européenne, seuls les produits issus de la chasse indigène aux phoques et les produits dérivés du phoque rapportés par les voyageurs en guise de souvenir feront l’objet d’une exception.

Au Canada, les pêcheurs s’apprêtent à entamer leur campagne de chasse ce mois-ci et pourront massacrer jusqu’à 400 000 phoques du Groenland. Ces blanchons sans défense, âgés de 3 semaines à 3 mois, sont matraqués et fusillés pour leur fourrure et leur graisse. Selon des statistiques du gouvernement, plus de 92% de la viande issue de cette soi-disant chasse est gaspillée.

La chasse aux phoques est une industrie moribonde. C’est d’ailleurs pour cette raison que les chasseurs de phoque norvégiens ont déclaré forfait dans leur pays, ne sachant plus quoi faire face à la fonte des glaces, au déclin des marchés et à la baisse des subventions qui ont eu raison de cette activité aussi cruelle qu’inutile. Au Canada, la chasse aux phoques a fait 66 504 victimes en 2016 et a rapporté 1,1 million d’euros, un résultat en chute libre depuis le pic de l’année 2006, qui avait rapporté 23,7 millions d’euros. Pourtant, ces dernières années, l’industrie de la chasse au Canada a largement bénéficié du soutien financier et des renflouements du gouvernement, à l’instar de la Norvège.

Pendant ce temps-là, les représentants fédéraux du Canada s’apprêtent à voter une loi pour instaurer une Journée nationale des produits dérivés du phoque. Un geste purement symbolique qui ne remettra pas à flot cette industrie agonisante et n’incitera en rien les chasseurs à se tourner vers d’autres activités.

Sheryl Fink

Post a comment

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Sheryl Fink, Directrice des campagnes pour la faune sauvage, IFAW Canada
Directrice des campagnes pour la faune sauvage, IFAW Canada
Sonja Van Tichelen, Vice-présidente des Opérations internationales
Vice-présidente des Opérations internationales