La Chine sur le point d’interdire l’achat et la consommation d’animaux menacés

Le projet de loi du parlement chinois protégerait les tigres et les autres espèces menacées du massacre à des fins récréatives.En vertu d’un nouveau projet de loi présenté devant le Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire (APC) cette semaine, la consommation d’animaux menacés ou leur achat à d’autres fins pourrait constituer un crime passible de sévères peines de prison. Les lois actuelles interdisent la chasse d’espèces menacées, mais elles font l’impasse sur leur consommation, pourtant à la source du problème.

IFAW soutient cette proposition et salue la volonté du pouvoir législatif d’agir en faveur de la protection des animaux. Il s’agit assurément d’une très bonne nouvelle pour les tigres, les ours noirs d’Asie, les éléphants et les pangolins.

D’après les informations recueillies par le Shanghaidaily.com, Lang Sheng, Directeur adjoint de la Commission sur les affaires législatives du Comité permanent de l’APC, a affirmé aux députés que la consommation d’espèces sauvages était moralement condamnable et qu’elle était l’une des principales raisons pour lesquelles la chasse illégale prospérait encore en dépit des nombreux coups de filet. « La demande encourage très fortement les activités de chasse illégale à grande échelle », a-t-il ajouté.

Ce projet de loi fait suite à l’arrestation de 16 membres d’un gang soupçonné d’avoir massacré une dizaine de tigres captifs en l’espace de quelques années, une information largement relayée par les médias chinois. Le gang organisait la mise à mort des tigres pour le compte de riches hommes d’affaires et responsables politiques, qui se délectaient du spectacle avant de manger la bête. D’après les médias, la police est intervenue dans une résidence de Leizhou le 14 mars dernier et a arrêté les 16 personnes en train de commettre cette boucherie.

La carcasse du tigre, apparemment capturé au Vietnam et transporté jusqu’en Chine, a été saisie par la police, qui a également retrouvé sur les lieux du crime des produits dérivés du tigre issus du marché noir et diverses armes de chasse, notamment des pistolets à impulsion électrique. D’après le Southern Daily, le commerce d’espèces sauvages ne se limite plus seulement à répondre à la demande en remèdes traditionnels et autres produits exotiques de la part des hommes fortunés et des fonctionnaires locaux ; les personnalités les plus influentes s’adonnent désormais à une partie de chasse sanglante dans le plus grand secret. Le rapport indique que les hommes d’affaires invitaient des responsables politiques à grands frais pour qu’ils assistent à cet évènement.

Nous savions déjà que les bureaucrates chinois raffolaient des cadeaux exotiques issus d’animaux sauvages, mais cette nouvelle affaire met en lumière une forme de cruauté inédite. Ces pratiques sont intolérables et nous devons changer les mœurs du pays et faire comprendre à l’élite économique et politique que la cruauté envers les animaux n’a aucune place dans les affaires. Il ne nous est pas toujours facile de faire prendre conscience aux consommateurs chinois de la portée redoutable de leur comportement, en ce qui concerne leur inclinaison pour la soupe d’ailerons de requins par exemple. Dans ce cas précis, je suis sûre que tout le monde comprendra l’horreur qui se cache derrière cette abjecte nouvelle.

Grace Ge Gabriel 

Pour plus d’informations sur l’action d’IFAW en Chine, consultez notre page de campagne.

Post a comment

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW