La chasse à la baleine en Islande – Le bien coûteux loisir de M. Loftsson

Le baleinier de Monsieur Loftsson revient au port, un rorqual commun arrimé à sa coque Bien que l’Islande voit s’écouler le jour le plus long et que l’on déplore tristement qu’il ait fallu la mort de deux autres rorquals communs, espèce menacée, pour le révéler, les baleines de ce beau pays vont peut-être voir poindre un jour nouveau.

Kristjan Loftsson a mis ses menaces à exécution et a récemment envoyé ses baleiniers en mer. Il y a quelques jours, l'un d'eux est revenu avec la carcasse d'un rorqual commun de 21 mètres arrimé à la coque.

Le rorqual commun est la deuxième baleine la plus grande, après la baleine bleue – trop imposante par conséquent pour être embarquée à bord du baleinier à vapeur des années 1940 de M. Loftsson.

M. Loftsson est le chasseur de rorqual solitaire et, selon certains, le franc-tireur, de l’Islande. C'est la première fois depuis trois ans que ses bateaux sortent en mer. Il fut un temps où il aimait composer une chanson et danser à l’occasion de l’échouage de la première baleine.

La presse et les caméras de télévision ont coutume de se rassembler pour regarder M. Loftsson et certains de ses amis, s’affairer à dépecer fièrement la baleine en plein air. M. Loftsson semble penser que ce moment mérite d’être célébré.

Si c’est le cas, il a dû être quelque peu surpris cette année.

Car tandis que M. Loftsson s’adonnait à son activité sordide, un groupe d’Islandais s’était réuni sur la colline surplombant la station baleinière, bannières à la main, pour vilipender son soi-disant commerce. Sur l’une des bannières était inscrit : « Les baleines ne sont pas de la nourriture pour les chiens ». Car les médias islandais avaient récemment eu vent du fait qu’une partie de la viande des baleines tuées par la société de M. Loftsson finissait en aliments pour les chiens japonais.  

Si bien que le lendemain, au lieu de trouver dans les kiosques des journaux islandais faisant la une sur un fier M. Loftsson dressé aux côtés de restes sanglants d’une baleine dépecée, les pages de ces mêmes journaux étaient remplies de photos de manifestants brandissant des bannières. Le message de la rédaction à travers les photos était négatif concernant cette activité anachronique.  

Les journaux ont également rapporté que l’Association islandaise du tourisme (SAT) avait sévèrement jugé la chasse à la baleine de M. Loftsson. La SAF semble s’accorder avec l’association islandaise des observateurs de baleines (Ice Whale), estimant que le massacre de baleines n’est pas néfaste uniquement pour les observateurs de baleines mais également pour le tourisme dans son ensemble.

Les activités de M. Loftsson sont considérées en Islande – et ce sentiment va crescendo - comme étant de plus en plus nuisibles au pays et à ses intérêts économiques. Elles sont en outre cruelles et inutiles.

Il semblerait que M. Loftsson soit sur le point de passer pour un vieux jusqu’au-boutiste ringard, déterminé à user de sa richesse pour tuer des baleines qui sont de plus en plus difficiles à vendre.

Même les autres actionnaires de son entreprise sont las de ses chasses à la baleine et commencent à exiger publiquement l’arrêt de cette entreprise déficitaire.

Ici, au Fond International pour la Protection des Animaux, nous n’avons jamais compris la raison pour laquelle M. Loftsson voulait tuer des baleines – cela n’est jamais apparu commercialement rentable ; alors que les négociations d’adhésion à l’UE sont pratiquement au point mort, ce n’est pas politiquement correct.

Peut-être ne s’agit-il là que du passe-temps mélancolique d’un homme riche nostalgique du bon vieux temps.

Si tel est le cas, c’est un divertissement que les Islandais commencent à juger coûteux pour eux.

Robbie Marsland

Rendez-vous sur notre page internet consacrée à la campagne sur La défense des baleines afin d’obtenir plus d’informations sur les efforts que nous consacrons pour mettre un terme au massacre des baleines à des fins commerciales

Post a comment

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines