La 16e conférence de la CITES s'engage à mieux protéger les espèces sauvages

Jeudi, Mars 14, 2013
Bangkok, Thaïlande

Alors que la 16e Conférence des Parties (CoP16) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) touche à sa fin à Bangkok, IFAW se réjouit de l'issue de cette CoP, historique à bien des égards. Si cette dernière n'a montré aucune compassion pour l'ours polaire, elle a cependant renforcé la protection d'un nombre d'espèces jusqu'alors inégalé. Outre ces nombreux résultats positifs, le ton et le niveau des discussions ont été largement constructifs, là où ils étaient plutôt agressifs par le passé.

« J'ai noté deux grands changements lors de cette CoP de la CITES », explique Azzedine Downes, Directeur général d'IFAW, à la tête de la délégation d'IFAW. « Tout d'abord, le principe de précaution est de plus en plus appliqué. En cas de doute, c'est le choix de la conservation qui prévaut. Ensuite, cette CoP est décrite par les délégués comme la première à se pencher activement sur des solutions depuis bien longtemps. IFAW est fier d'avoir contribué à élever le débat. »

Cette année, la plus grande victoire pour les animaux réside peut-être dans les trois propositions d'inscrire cinq espèces de requins à l'Annexe II. « Le renforcement des mesures de conservation des requins a été permis par le soutien massif des pays de la péninsule arabique et d'Afrique de l'Ouest. Cette victoire est le résultat d'années de travail par IFAW et d'autres groupes afin de sensibiliser ces pays au problème de l'effondrement des populations de requins et de prouver par la recherche scientifique la nécessité de réguler le commerce des ailerons de requins », précise le Dr Ralf Sonntag, spécialiste des requins chez IFAW.

« IFAW va se mettre au travail immédiatement afin d'organiser des ateliers visant à la mise en application adéquate de ces nouvelles réglementations », annonce Azzedine Downes, Directeur général et Président d'IFAW.

Du côté des éléphants, les avancées ont été plus discrètes. Désormais, les pays devront envoyer des échantillons à des laboratoires d'analyse médico-légale lorsque d'importantes saisies d'ivoire sont effectuées. Cela permettra de retracer plus facilement les itinéraires empruntés par l'ivoire de contrebande et de retrouver les responsables. Les pays amateurs d'ivoire tels que la Thaïlande et la Chine sont également invités à lancer des campagnes de sensibilisation afin d'éduquer le grand public au sujet des lois relatives au commerce de l'ivoire et afin de réduire la demande. En outre, les trophées de chasse contenant de l'ivoire d'éléphant ne pourront plus être « blanchis » en utilisant la dérogation au régime des permis de la CITES pour les objets personnels et les biens domestiques. Enfin, la création d'un mécanisme décisionnel régissant le commerce légal de l'ivoire a été reportée au moins jusqu'en 2016, lors de la CoP17.

« Ces mesures ne mettront pas fin à la crise actuelle du braconnage, qui tue jusqu'à 25 000 éléphants par an, mais elles ne seront pas inutiles pour autant et devraient contribuer à sauver quelques pachydermes », estime Jason Bell, Directeur du programme Éléphants d'IFAW. « Nous exhortons cependant tous les pays à faire des dons au Fonds pour l'éléphant d'Afrique pour financer la mise en application du Plan d'action pour l'éléphant d'Afrique. »

L'ours polaire, l'un des animaux les plus emblématiques de la planète, était lui aussi sous le feu des projecteurs lors de cette conférence puisqu'il a été proposé d'inscrire l'espèce à l'Annexe I, dans le but d'interdire tout commerce international. « Il est décevant de voir que le monde a décidé de poursuivre le commerce de l'ours polaire, pourtant gravement menacé », se désole Jeff Flocken, Directeur régional Amérique du Nord. « Les États de l'aire de répartition de l'ours polaire envisagent désormais d'autres mesures de protection, même si la situation de ces animaux ne va pas aller en s'améliorant. Nous nous attendons à les revoir au programme de la CITES dans un proche avenir. »

Post a comment

Contact presse

Adrian Hiel (IFAW UE )
Contact phone:
+66 082 974 2650 (Bangkok)
Contact portable :
+32 473 86 34 61 (Brussels)
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Directrice du programme Éducation et bien-être animal
Directrice du programme Éducation et bien-être animal
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Erica Martin, Directrice Internationale de la Communication
Directrice Internationale de la Communication
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Responsable des campagnes et du respect de l'application des lois, IFAW Royaume-
Responsable des campagnes et du respect de l'application des lois, IFAW Royaume-Uni
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines
Directeur des programmes et des politiques internationales
Directeur des programmes et des politiques internationales
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Sonja Van Tichelen
Directrice régionale Union européenne
Tania McCrea-Steele, Responsable des campagnes et du respect de l'application de
Responsable des campagnes et du respect de l'application des lois, IFAW Royaume-Uni