L’Union européenne vote contre la chasse à la baleine en Norvège

minke whale

Les baleines sont des créatures magnifiques. Elles fascinent les marins, les enfants et les touristes et sont depuis des siècles une source d’inspiration pour les écrivains du monde entier. Mais tout le monde ne partage par la même admiration révérencieuse pour les baleines. En 1993, la Norvège a repris ses activités de chasse à la baleine commerciale, transgressant ainsi le moratoire de la Commission baleinière internationale (CBI).

Entre 1993 et 2016, la Norvège a chassé près de 12 400 baleines de Minke, sans compter la saison de 2017, soit le double des prises du Japon et de l’Islande réunis. En février dernier, la Norvège a également annoncé qu’elle augmenterait son quota annuel à 2 000 baleines de Minke, alors que la demande domestique de produits dérivés de la baleine a chuté. La Norvège s’est donc lancée à la conquête de nouveaux marchés pour écouler ses stocks, comme aliment dans les fermes d’élevage d’animaux à fourrure et la production de compléments alimentaires et de produits pharmaceutiques à base d’huile de baleine.

Après plusieurs années de sensibilisation et de lobbying de la part des organismes de conservation, le Parlement européen a pris bonne connaissance du problème et a présenté une proposition de résolution appelant la Norvège à mettre fin à ses opérations de chasse commerciale à la baleine et à respecter le moratoire de la CBI. Cette résolution invite également la Commission à envisager toutes les méthodes possibles « pour faire en sorte que la chair de baleine ne soit plus autorisée à transiter par les ports européens, notamment en recommandant une interdiction de ces transits à titre exceptionnel. »

Cette résolution fait écho à une autre proposition de l’Union européenne qui dénonce le caractère cruel et non durable de la chasse à la baleine et prie instamment le Conseil et la Commission, lors des réunions de la 67e session de la CBI, qui se tiendra prochainement, d’adopter une approche commune de la chasse à la baleine qui conserve au moins le degré de précaution de la position commune actuelle.

IFAW s’oppose à la chasse commerciale à la baleine, car c’est une pratique fondamentalement cruelle. C’est pourquoi, avec l’appui d’autres ONG de protection et de conservation des animaux, nous avons rédigé une lettre soutenant la résolution du Parlement européen et dénonçant l’attitude de la Norvège, qui a affirmé plusieurs fois que ses activités étaient durables. Pourtant, même la CBI n’a pas encore trouvé le moyen de faire de la chasse à la baleine une activité durable. Nous soutenons que toute activité d’abattage des cétacés à des fins commerciales est tout bonnement inacceptable.

Le vote d’hier a envoyé un message clair à la Norvège qui, nous l’espérons, répondra en mettant fin à cette pratique cruelle. Le Parlement a également demandé à la Commission de prendre les mesures nécessaires pour interdire le transit de la chair de baleine dans les ports européens.

Eleonora Panella

Post a comment

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine