L’incendie de Valparaiso met à l’épreuve la capacité de réaction des équipes de sauvetage des animaux au Chili

© IFAW/J.Gardner.  Ce refuge temporaire destiné à accueillir les animaux blessés ou déplacés à Valparaiso ne désemplit pas.Juchée sur des collines escarpées au bord de l’océan Pacifique, Valparaiso, grande ville pittoresque du Chili, n’a pas volé son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Cependant, le 12 avril dernier, ces mêmes caractéristiques qui font de la ville une destination si unique ont rendu particulièrement délicates les opérations de sauvetage et d’évacuation face à l’incendie qui se propageait de colline en colline. Dans leur fuite précipitée, les nombreux habitants ont rapidement bouché les routes sinueuses, tandis que les pompiers s’efforçaient tant bien que mal d’accéder aux habitations afin d’éteindre les flammes. L’accès limité aux réserves d’eau n’a fait qu’aggraver la situation. Après plusieurs jours de lutte contre les flammes, les pompiers ont enfin réussi à maîtriser l’incendie. Bilan : plus de 2 500 maisons détruites et 11 000 personnes déplacées. On déplore en outre la mort de 15 personnes dans l’incendie.

L’équipe de secours d’urgence du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) a prêté main forte à la Global Alliance for People and Animals (GAAP), anciennement appelée Vétérinaires sans frontières, pour aider cette municipalité en évaluant les conséquences de l’incendie sur les animaux et en mettant le doigt sur d’éventuels dysfonctionnements dans les opérations. Notre équipe a appris que les bénévoles et les dons affluaient à Valparaiso, mais je n’avais pas la moindre idée de ce qui m’attendait.

Située à environ une heure et demie de route de Santiago, Valparaiso est une destination touristique facile d’accès pour les bénévoles, venus d’autant plus nombreux dans la région que la semaine de Pâques tombait juste après la survenue de cet incendie dévastateur. La première étape de notre itinéraire était un refuge-clinique vétérinaire d’urgence aménagé par des bénévoles dans une école conformément aux instructions du ministère de l’Environnement.

Quelque 150 chats et chiens étaient hébergés et soignés dans ce refuge, le plus souvent en raison de l’inhalation de fumées ou de brûlures, surtout aux coussinets. On dénombrait presque autant de bénévoles. Certains d’entre eux, y compris quelques étudiants vétérinaires de la région, s’occupaient soigneusement des animaux blessés, tandis que d’autres distribuaient nourriture et eau ou s’efforçaient de gérer le flux ininterrompu de dons arrivant de toutes parts.

Après avoir visité d’autres refuges provisoires et parcouru des villages dévastés, j’ai constaté que cet élan de solidarité était omniprésent à Valparaiso. Plusieurs milliers de bénévoles s’affairaient aux quatre coins de cette zone sinistrée : distribution de repas aux populations, enlèvement des débris et début de la reconstruction. Mais c’est pour la gestion des bénévoles et la logistique, deux des tâches les plus difficiles et les plus ingrates lors des interventions d’urgence, que la municipalité avait le plus besoin d’aide.

Nous avons rencontré les responsables de la municipalité et les personnes en charge de la gestion des secours afin de leur présenter notre estimation de la situation et de leur recommander des stratégies pour la coordination des efforts et la gestion des bénévoles. En octobre 2013, l’équipe de secours d’urgence d’IFAW avait déjà partagé son expérience sur le sauvetage des animaux lors du colloque sur la gestion des catastrophes, parrainé par le Centre de gestion environnementale et vétérinaire de l’université du Chili, et prévoit désormais un atelier de suivi. Le Chili est l’un des pays les plus menacés par les tremblements de terre : il paraît donc indispensable d’inclure les animaux dans les plans de gestion des catastrophes afin d’améliorer les interventions futures.

IFAW aide les communautés dans le monde entier à élaborer des plans d’intervention d’urgence adaptés à leurs besoins spécifiques. Outre ses missions de secours en cas de catastrophe, la GAAP travaille actuellement en partenariat avec le programme Animaux de compagnie d’IFAW à Puerto Natales en vue d’assister les communautés dans la gestion des populations de chiens.

Jennifer Gardner

Pour en savoir plus sur le travail mené par IFAW pour secourir les animaux dans le monde entier, rendez-vous sur notre page de campagne.

Post a comment

Nos experts

Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Cora Bailey, Directrice du Projet communautaire pour les animaux (CLAW)
Directrice du Projet communautaire pour les animaux (CLAW)
Dr. Ian Robinson, Vice-président, protection animale et conservation
Vice-président, Protection et Conservation des animaux (2003-2016)
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Jan Hannah
Responsable du projet Chiens nordiques
Kate Nattrass Atema, Directrice du programme Animaux de compagnie
Directrice du programme Animaux de compagnie
Vétérinaire, Docteur
Vétérinaire, Docteur
Nancy Barr, Directrice du programme Action pour les animaux
Directrice du programme Action pour les animaux
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence