L’Afrique australe unie contre les braconniers et les trafiquants d’espèces sauvages

L’auteur s’adressant aux participants au sujet de l’initiative visant à créer un Réseau pour l’application des lois relatives à la protection des espèces sauvages en Afrique australe (WEN-SA).Jusqu’à récemment, les éléphants, les rhinocéros et d’autres animaux sauvages étaient relativement hors de danger dans la partie méridionale de l’Afrique.

Au départ, le massacre dont sont victimes les espèces sauvages d’Afrique se produisait essentiellement dans le centre et l’ouest du continent. Les braconniers ont ensuite mis les voiles vers l’est, avant de prendre pour cible les pays d’Afrique australe.

Certains de ces pays abritent les plus grands troupeaux de pachydermes et les dernières populations de rhinocéros du continent. La propagation du braconnage transfrontalier et le rôle joué par les groupes armés dans ce phénomène ont rapidement pris des proportions alarmantes dans la région.

Les initiatives isolées de tel ou tel ministère chargé de la protection de la faune sauvage ne sauraient à elles seules endiguer la menace que représentent ces braconniers et ces trafiquants violents, bien organisés, dotés d’équipements de pointe et lourdement armés.

LIRE ÉGALEMENT : Unité de lutte contre la criminalité environnementale d'INTERPOL : les conditions sont maintenant réunies pour endiguer la montée de la criminalité contre les espèces sauvages

Pour IFAW, il ne fait aucun doute qu’une action coordonnée entre les différents États de la région est indispensable en vue d’enrayer la montée de la criminalité contre les espèces sauvages.

Aucun pays ni aucune organisation n’est en mesure d’organiser ou de mettre en œuvre seul une telle action.

C’est aux gouvernements du Botswana et des États-Unis que revient le mérite d’avoir lancé l’initiative visant à créer un Réseau pour l’application des lois relatives aux espèces sauvages en Afrique australe (WEN-SA).

IFAW soutient de tout cœur cette initiative et c’est dans ce contexte que je me suis rendu au Botswana afin d’y prodiguer mes connaissances lors de l’atelier de lancement auquel participaient tous les acteurs clés des pays du WEN-SA (l’Angola, le Botswana, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, le Swaziland, la Zambie, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud).

J’y ai communiqué les résultats de l’opération Worthy, un projet soutenu par IFAW ayant rassemblé en 2012, sous l’égide d’INTERPOL, plusieurs agences gouvernementales issues de 14 pays d’Afrique pour favoriser le partage des compétences et des renseignements.

Cette opération a conduit à l’arrestation de plus de 200 trafiquants d’espèces sauvages ainsi qu’à la saisie de deux tonnes d’ivoire d’éléphant et de 20 kilos de cornes de rhinocéros. À la lumière de ce fructueux partenariat, les participants de l’atelier ont pu entrevoir les résultats possibles d’un travail d’équipe constructif.

Depuis l’aéroport de Johannesburg, où je m’apprête à prendre l’avion pour rentrer chez moi, je peux attester en avant-première de notre réussite : le WEN-SA est aujourd’hui une réalité !

Tous les pays concernés ont signé une déclaration en vertu de laquelle ils s’engagent à combattre ensemble le braconnage et le trafic d’espèces sauvages.

Les pays du WEN-SA promouvront la coopération et le renforcement des compétences dans cette lutte à l’échelle nationale et régionale.

Un secrétariat provisoire sera mis sur pied par le gouvernement de la République du Botswana et les pays du WEN-SA pourront en temps voulu entamer une coopération avec d’autres réseaux existants tels que le HAN-WEN dans la corne de l’Afrique, ou encore le ASEAN-WEN en Asie du Sud-Est.

La criminalité liée aux espèces sauvages constitue un défi mondial qui dépasse le cadre des juridictions nationales et rend par conséquent nécessaires des partenariats solides entre les États concernés. La mise en place de relations pérennes avec les pays voisins et étrangers conditionne dans une large mesure la réussite d’une telle entreprise.

Je suis très heureux de l’issue de cet atelier, qui constitue une avancée notable pour les pays de l’Afrique australe. Pour autant, il reste fort à faire pour surmonter le défi immédiat que représente le trafic d’espèces sauvages, tant à l’échelle nationale que régionale.

D’où l’engagement d’IFAW en faveur du renforcement à plus long terme des capacités des équipes chargées de la protection des espèces sauvages. Nos efforts porteront essentiellement sur l’amélioration de la détection, de la surveillance et des procédures d’interdiction des produits de contrebande dérivés d’espèces sauvages.

Je suis fier d’avoir apporté, au sein de cette équipe internationale, ma contribution à l’édification d’un réseau dédié à la protection des espèces sauvages en Afrique australe.

Rikkert Reijnen

Pour en savoir plus sur nos efforts visant à endiguer la montée globale de la criminalité liée aux espèces sauvages, rendez-vous sur la page de notre campagne.

Post a comment

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW