Journée mondiale des éléphants : ce que l'avenir nous réserve

En novembre 2008, l'Afrique du Sud vendait ses stocks d'ivoire (47 tonnes) à des acheteurs représentant le Japon et la Chine. Kruger National Park. photo John Hrusa.En cette Journée mondiale des éléphants 2017, je n’ai jamais eu autant d’espoir.

Ces dix dernières années, la Journée mondiale des éléphants n'était pas pour moi une journée de fête en l'honneur de cet animal magnifique et intelligent, mais plutôt un jour où l'inquiétude pour sa survie grandissait.

  • Au Kenya, le braconnage des éléphants a été multiplié par sept entre 2007 et 2010.
  • Au printemps 2012, les braconniers ont abattu des centaines d'éléphants à l'aide d'armes automatiques dans le parc national de Bouba Njida au Cameroun.
  • Plus de 100 000 éléphants ont été tués pour leur ivoire entre 2010 et 2012.
  • En 2011, la Malaisie a intercepté quatre énormes chargements illégaux pour un total cumulé de presque huit tonnes d'ivoire en seulement 10 mois.
  • 2011 a été déclaré « la pire année pour les éléphants » avec des saisies d'ivoire records.
  • Selon une étude, 62% des éléphants de forêt ont disparu.
  • Ces 10 dernières années, la population d'éléphants d'Afrique a connu un déclin sans précédent, principalement à cause du braconnage.

Lors de la dernière grande crise du braconnage, qui a eu lieu entre les années 70 et le milieu des années 80, l'Afrique a perdu plus de la moitié de sa population d'éléphants. En quinze ans, ce sont 800 000 animaux qui ont été tués pour fournir le commerce d'ivoire au Japon. Face à cette crise, une interdiction mondiale du commerce de l'ivoire a été instaurée en 1989.

À cette période, l'interdiction a mené à l'effondrement des marchés de l'ivoire en Asie, permettant une réduction du prix de l'ivoire et rendant donc le braconnage moins attrayant. Pour un temps, cela a permis aux populations d'éléphants d'Afrique de se rétablir.

Amboseli elephants

Malheureusement, la CITES, la convention internationale pour la protection des animaux chargée de la régulation du commerce d'espèces menacées, a autorisé deux ventes d'ivoire en Asie : 50 tonnes au Japon en 1999 puis 108 tonnes à la Chine et au Japon. Les ventes légales discréditent l'interdiction mondiale du commerce de l'ivoire.

Même si l'ivoire vendu provenait d'éléphants morts de causes naturelles, en arrivant sur le marché, il a suscité l'intérêt des consommateurs, en particulier des centaines de millions de nouveaux consommateurs chinois.

  • La vente légale d'ivoire a ôté toute stigmatisation à l'achat d'ivoire et a créé une zone grise qui sème la confusion chez les consommateurs et couvre le commerce illégal.
  • La valorisation de l'artisanat dans le cas de l'ivoire sculpté a transformé la vision de l'ivoire qui n'est considéré que comme un simple matériau.   
  • L'ivoire est devenu « l'or blanc », convoité pour décorer, collectionner, offrir, soudoyer et même investir.
  • Les prix ont explosé, mais malgré cette flambée, les magasins n'arrivaient pas à fournir.
  • Dans un centre commercial à proximité de Pékin, un magasin autorisé à vendre de l’ivoire a assisté autour de lui à l'installation de 21 magasins sans autorisation.
  • Sur 158 points de vente visités par les inspecteurs d'IFAW en 2011, 101 n'avaient pas d'autorisation.
  • 60% des magasins détenteurs d'autorisation continuaient de s'impliquer dans du commerce illégal.
  • Malgré son autorisation, un revendeur d'ivoire du Fujian a passé en contrebande sept tonnes d'ivoire provenant d'éléphants d'Afrique victimes du braconnage en seulement un an.

Confusion dans le monde

Comme expliqué précédemment, de nombreuses personnes ont pensé que la mise en vente d'ivoire était liée à la légalisation de son commerce et les revendeurs ont profité de cette confusion pour écouler de l'ivoire illégalement.

Un sondage IFAW réalisé en 2007 aide à mieux comprendre cette confusion en montrant que 70% des Chinois pensaient que les Xiang Ya, dents d'éléphants en chinois, tombaient naturellement sans nécessiter la mort de l'animal. 

Rien que cette année dans l'UE, seulement 42% des personnes interrogées savaient que les éléphants étaient sauvagement assassinés, et 24% pensaient qu'ils ne mourraient pas suite au prélèvement des défenses. 

 

Sensibilisation et action pour de vrais changements

De 2009 à 2013, une campagne de sensibilisation d'IFAW Chine, a touché 75% de la population urbaine chinoise et a réduit la part de la population susceptible d'acheter de l'ivoire de 54 à 26%.

Cependant, si la sensibilisation du public peut venir à bout de l'ignorance, elle ne peut rien contre la cupidité. Afin de toucher directement les criminels qui s’enrichissent au moindre risque, il est indispensable d'interdire le commerce de l'ivoire, quelles que soient les circonstances.

Interdire le commerce d'ivoire permettrait d'éviter toute ambiguïté en supprimant la zone grise et faciliterait les condamnations en faisant porter la charge de la preuve sur le revendeur. Une politique claire, soutenue par des condamnations solides et des peines exemplaires pour les contrevenants, permettrait de stigmatiser la consommation d'ivoire et de soutenir les efforts en faveur d'une réduction de la demande. 

L'interdiction du commerce de l'ivoire bénéficie en plus d'un soutien immense dans le monde entier.

  • Les citoyens de l'UE réclament en ce moment l'interdiction de la vente d'ivoire sur le territoire et 90% des Européens interrogés déclaraient ne pas vouloir acheter des produits en ivoire.
  • Les États-Unis ont instauré une interdiction quasi totale de l'ivoire en 2016, soulignant leur volonté de ne plus être l'un des plus grands marchés du monde pour l'ivoire et les produits issus de la faune sauvage.
  • La Chine a fait une annonce historique, déclarant qu'elle fermerait ses marchés d'ivoire d'ici la fin de l'année 2017. Depuis, un tiers des autorisations permettant la vente d'ivoire ont été retirées et les prix sont en train de chuter dans toute l'Asie. La plupart des revendeurs cherchent un moyen de se débarrasser de leurs stocks.

En cette Journée mondiale des éléphants, je tenais à saluer cet élan mondial visant à fermer les marchés d'ivoire où qu'ils soient.

Faites que l'interdiction du commerce d'ivoire devienne permanente ! Je veux également rappeler ceci aux décideurs : le commerce d'ivoire, où qu'il ait lieu, menace les éléphants dans le monde entier !

Le massacre ne s'arrêtera que lorsque nous aurons mis un terme définitif au commerce de l'ivoire.

La mort de centaines de milliers d'éléphants lors du siècle dernier ne doit pas être vaine. 

--GG

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique