Journée mondiale de la vie sauvage - un signe des temps

Lundi, Mars 3, 2014
Le Cap, Afrique du Sud

À une époque où la faune sauvage est exposée plus que jamais au danger de l'exploitation criminelle dans le monde entier, les Nations unies ont décidé de faire du 3 mars la « Journée mondiale de la vie sauvage » afin de célébrer la faune et la flore sauvages et de sensibiliser le monde au trafic dont elles font l'objet. « C'est un signe des temps », déclare Kelvin Alie,

Directeur du programme Commerce d'espèces sauvages d'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux). « Nous avons besoin d'initiatives de ce type pour inciter les citoyens du monde entier et de tout âge à vivre harmonieusement avec l'immense diversité de faune et de flore qui peuple notre planète et à se battre contre la cruauté et l'exploitation criminelle de la vie sauvage. »

La Journée mondiale de la vie sauvage se tenait pour la première fois aujourd'hui, 3 mars, date de la création de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), un accord signé pour garantir la survie des espèces sauvages face à l'ampleur du commerce international.

Pour marquer l'évènement, IFAW coordonne divers projets, notamment dans le cadre de son programme éducatif Action pour les animaux qui s'adresse à plus de cinq millions d'enfants dans 18 pays différents. « Depuis 20 ans, le programme Action pour les animaux apprend aux jeunes et aux communautés à adopter un comportement respectueux et solidaire envers les animaux. La Journée mondiale de la vie sauvage est l'occasion idéale pour appeler le public à se mobiliser et à réclamer plus d'initiatives visant à protéger les animaux de la cruauté de l'exploitation criminelle », déclare Nancy Barr, Directrice du programme éducatif Action pour les animaux d'IFAW.

« Près de 8 000 espèces animales, des oiseaux aux insectes en passant par les gorilles, les éléphants ou encore les reptiles, sont considérées comme étant en danger d'extinction. Parmi eux, 20 % de mammifères et 12 % d'espèces d'oiseaux connues risquent donc de disparaître définitivement. »

Kelvin Alie d'IFAW souligne les répercussions catastrophiques du trafic de faune sauvage sur certaines des espèces les plus menacées au monde. Ainsi, en Afrique du Sud, 146 rhinocéros blancs, une espèce pourtant en danger d'extinction, ont été braconnés pour leurs cornes depuis le début de l'année. En 2013, dans le même pays, 1 004 rhinocéros ont succombé aux balles des braconniers, contre 13 en 2007.

Partout ailleurs, en Afrique et en Asie, jusqu'à 50 000 éléphants sont tués chaque année par les braconniers pour leur ivoire. En Asie, le nombre de tigres vivant à l'état sauvage est passé de 100 000 à 3 000 individus seulement de nos jours.

« La criminalité liée à la faune sauvage compte parmi les activités les plus graves, dangereuses et préjudiciables, au même titre que la traite d'êtres humains, le trafic de drogues ou le trafic d'armes », affirme Kelvin Alie. « C'est pourquoi nous devons absolument profiter d'occasions telles que la Journée mondiale de la vie sauvage pour sensibiliser le public à la situation catastrophique qui nous attend si nous n'agissons pas immédiatement pour arrêter les massacres, mettre fin au trafic et éradiquer la demande. Pour IFAW, il ne s'agit pas seulement de sauver les espèces de l'extinction, mais également de protéger les animaux sauvages de la cruauté et de l'exploitation humaine. »

Le programme éducatif Action pour les animaux d'IFAW met à la disposition des enseignants et des éducateurs des ressources en ligne dont ils peuvent se servir pour sensibiliser les plus jeunes et les inviter à prendre soin des animaux et de l'environnement que nous partageons avec eux. IFAW propose une large gamme de supports pédagogiques gratuits comprenant des guides d'enseignement, des cours, des exercices pratiques et des vidéos. Tous ces outils sont conformes aux programmes pédagogiques officiels et diffusés dans 18 pays en huit langues différentes, ainsi qu'en braille.

FIN

Notes aux rédacteurs:

Pour plus d'informations sur le programme Action pour les animaux, merci de cliquer ici

Post a comment

Contact presse

Julie Landry (Chargée de communication, IFAW France)
Contact phone:
+33 3 26 48 64 79
Contact email: