Inde : transfert réussi pour des gibbons menacés

Mardi, Novembre 29, 2011
Roing, Arunachal Pradesh, Inde

Le sauvetage d'un groupe isolé de gibbons Houlock, une espèce menacée, a débuté dimanche dernier dans le village de Dello, au nord-est de l'Inde. Éparpillés dans de petits bosquets, ces gibbons font partie des derniers singes encore présents en Inde. Le lendemain, deux individus ont pu être transportés et relâchés sans incident dans un habitat plus sûr au sein du sanctuaire de la faune sauvage de Mehao.

Une équipe constituée de vétérinaires et de biologistes du Fonds international pour la protection des animaux et de Wildlife Trust of India (IFAW - WTI) prête main forte au ministère des forêts de l'État afin de préserver l'avenir des 18 familles de gibbons dispersées sur le territoire. Ce projet est également soutenu par le Noyen-Melendez Family Trust, le Serenity Trust, et les philanthropes Himraj Dang, Subhadra et Kannan Jayaraman.

Exclusivement regroupés au nord-est du pays, les gibbons Houlock sont les seuls singes vivant en Inde. Deux espèces ont été identifiées : le gibbon Houlock de l'Est (Hoolock leuconedys) et le gibbon Houlock de l'Ouest (Hoolock hoolock). Les gibbons sont une espèce menacée inscrite sur la liste rouge de l'UICN et sont protégés par l'Annexe I de la loi indienne de protection de la faune sauvage de 1972.

La fragmentation des habitats, tout comme le braconnage et le commerce illégal sont quelques-unes des menaces qui mettent en péril la conservation des gibbons Houlock. Les deux espèces de gibbons qui vivent en Inde luttent pour survivre dans des habitats clairsemés et risquent l'extinction locale.

« Les gibbons vivent dans la canopée. Experts dans le déplacement aérien, ils utilisent leurs longs bras pour se mouvoir d'une branche à l'autre. Leur corps n'est pas adapté à la marche, si bien qu'ils constituent des proies faciles une fois au sol. Il est donc très rare de voir des gibbons descendre de leurs branches d'eux-mêmes » a déclaré le Dr Ian Robison, Directeur du programme de secours d'urgence d'IFAW.

Pourtant, il est déjà arrivé que les gibbons isolés de Dello se résignent à s'aventurer sur la terre ferme dans l'espoir de trouver de la nourriture.

« Dello est un petit village qui autrefois était entouré d'une forêt abondante et abritait sans aucun doute une grande population de gibbons Houlock de l'Est. L'abattage massif des arbres qui a lieu depuis quelques temps dans les forets privées a confiné les 18 familles de gibbons dans des petits bosquets encerclés de terres agricoles. Cette nouvelle configuration du paysage compromet la capacité des singes à trouver suffisamment de nourriture » a déclaré Ipra Mekoka, conseillère spécialiste de la faune sauvage auprès de l’État d'Arunachal Pradesh.

L'équipe d'experts a passé en revue différentes solutions pour sauver les gibbons et a fini par conclure que le transfert des singes vers un habitat plus adapté était la seule solution plausible.

Conformément aux recommandations de l'UICN sur la réintroduction des primates, un site a été identifié dans le sanctuaire de la faune sauvage de Mehao, au sein de l'aire de répartition naturelle des deux espèces de gibbons concernées. Alors que les préparatifs de l'opération de capture et de transfert s'organisaient, le Dr Kuladeep Roy, primatologue pour IFAW et le WTI, étudiait le comportement et les habitudes des singes pour identifier la première famille à transférer.

« Nous avons choisi la plus vulnérable des 18 familles de gibbons. Elle se composait jusqu'à la semaine dernière d'un adulte mâle, d'une femelle et d'un petit, mais cela fait cinq jours que la femelle n'est pas réapparue. Nous l'avons cherchée, mais elle n'est plus dans les parages » a expliqué Sunil Kyarong, coordinateur du WTI qui travaille dans l’équipe IFAW-WTI aux côtés du Dr Roy, du biologiste Soumya Das Gupta, du Dr Ashraf et du Dr Abhijit Bhawal, tous deux vétérinaires.

Malgré l'absence de la femelle, le transfert des deux singes s'est déroulé comme prévu.

« Il y a un mois environ, une femelle et son petit se sont fait attaquer et tuer par des chiens. Nous craignons que cette femelle disparue n'ait été tuée elle aussi. Les gibbons entretiennent en effet des relations familiales très proches tout au long de leur vie, et cette femelle n'aurait jamais pu abandonner sa famille » a ajouté le Dr Kuladeep Roy.

L'opération de capture a été longuement préparée. Il a tout d'abord fallu isoler les gibbons sur le Ficus qui leur servait de perchoir en élaguant les branches des arbres avoisinants. Une bâche a été positionnée au sol tout autour de l'arbre (sur un rayon de 10 mètres) pour les empêcher de s'enfuir. Des filets de sécurités ont aussi été installés sur 25 mètres en cas de chute accidentelle.

Cinq membres ont ensuite grimpé sur l'arbre pour déloger les gibbons, tandis que le reste de l'équipe, caché derrière la bâche, réceptionnait les animaux.

C'est l’adulte mâle qui a été capturé le premier, dimanche matin, suivi du petit. L'adulte a été anesthésié pour qu'il puisse être examiné et que des informations cliniques destinées à de futures études sur la prévalence des maladies puissent être récoltées. Le lendemain, les deux singes ont été relâchés dans le sanctuaire de la faune sauvage de Mehao.

« L'équipe IFAW-WTI va continuer de surveiller ces deux gibbons au cours des six prochains mois. Il s'agit de notre première tentative de transfert de gibbons en Inde » confie le Dr NVK Ashraf, vétérinaire en chef de WTI, ajoutant qu'IFAW avait déjà participé au sauvetage et au transfert d'orangs-outangs à Bornéo, en Indonésie, et réalisé une opération similaire pour 13 gibbons et siamangs en danger dans un sanctuaire à Sumatra, en Indonésie, en 2008.

À propos d’IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux)

Fondé en 1969, IFAW sauve les animaux en détresse tout autour du globe. Grâce à des projets dans plus de 40 pays, IFAW vient en aide à tout animal le nécessitant, œuvre pour prévenir la cruauté envers les animaux et plaide pour la protection des animaux sauvages et de leurs habitats. Pour plus d’informations, visitez notre site web : www.ifaw.org. Suivez-nous sur Facebook et Twitter.

 

À propos du WTI (Wildlife Trust of India)

WTI œuvre à la protection de la nature, et notamment des espèces en danger et des habitats menacés, en établissant des partenariats avec les communautés et les gouvernements. WTI gère plus de 40 projets dans toute l'Inde axés sur différentes thématiques telles que le sauvetage et la réhabilitation d'animaux, la régulation du commerce, la protection des habitats, la sensibilisation de l'opinion publique, la conservation à l’échelle des communautés, les études scientifiques et les programmes de rétablissement des populations animales. L'ensemble de ses actions visent à protéger le patrimoine naturel de l'Inde. Pour plus d'informations, visitez notre site www.wti.org.in ou suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter @wti_org_in.

 

Le partenariat IFAW - WTI

Tous deux préoccupés par le sort de plusieurs espèces animales telles que les éléphants, les rhinocéros, les ours et les tigres, IFAW et WTI ont établi un partenariat en 2000 pour promouvoir la conversation de la faune sauvage et le bien-être animal dans l'ensemble du sous-continent indien.

IFAW et le WTI allient expertise scientifique de pointe en matière de conservation et connaissance des bonnes pratiques en faveur du bien-être animal pour intervenir dans des situations d'urgence et favoriser la protection animale à long terme.

Post a comment

Contact presse

Sheren Shrestha (WTI)
Contact phone:
+ 0091-97188 29595
Contact email:
Michael Booth (IFAW HQ)
Contact phone:
+1 508 744 2076
Contact email: