IFAW salue COBRA II, une opération internationale de protection de la faune sauvage

Mardi, Février 11, 2014
Yarmouth Port, États-Unis

Cobra II permet l'arrestation de plusieurs trafiquants d'Afrique et d'Asie

28 pays viennent d'annoncer la fin d'une opération internationale inédite de lutte contre le braconnage et le trafic d'espèces sauvages. Pendant un mois, l'opération Cobra II s'est ainsi appuyée sur l'étroite collaboration des services de police de différents pays, conduisant à l'arrestation, en Afrique et en Asie, de plus de 400 trafiquants et à quelque 350 saisies majeures de produits dérivés. Ces résultats spectaculaires ont été applaudis par la communauté des défenseurs de l'environnement. IFAW (Fonds international pour la protection des animaux) a, pour sa part, cofinancé les enquêtes menées en Afrique, et a permis ainsi l'arrestation de certains grands pontes du trafic d'ivoire opérant entre l'Afrique et la Chine.

Cobra II a notamment permis la saisie de 36 cornes de rhinocéros et de plus de trois tonnes d'ivoire d'éléphants, de 10 000 tortues, de 1 000 peaux d'espèces protégées, de 10 000 anguilles d'Europe et de 200 tonnes de bois de rose, une espèce menacée. De nombreux contrebandiers, parmi lesquels des cadors du trafic d'espèces sauvages, ont également été interpellés.

La police, les douanes et les services de protection de la faune sauvage de Chine, d'Afrique, d'Asie du Sud-est, d'Asie du Sud et des États-Unis se sont joints aux représentants d'organisations policières intergouvernementales pour organiser l'opération Cobra II depuis deux centres de coordination à Nairobi et à Bangkok, aux côtés des agents de terrain d'Afrique et d'Asie. Chaque jour, l'équipe de coordination internationale de Cobra II faisait ainsi circuler en temps réel de précieux renseignements sur les braconniers et les trafiquants d'éléphants, de rhinocéros, de tigres, de pangolins, de tortues et d'autres espèces sauvages.

Des estimations chiffrent le trafic d'espèces sauvages à quelques 19 milliards de dollars par an. Devenu particulièrement rentable, il suscite la convoitise d'un nombre grandissant de groupes criminels internationaux qui disposent de ressources financières et d'équipements technologiques de pointe et n'hésitent pas à corrompre les réseaux de transports. Les agents chinois et africains de Cobra II ont mené la première opération d'infiltration conjointe du genre, ce qui a abouti à l'arrestation d'un cador du trafic d'ivoire qui faisait transiter une quantité considérable de défenses d'éléphants entre l'Afrique et la Chine.

Les enquêteurs ont travaillé avec l'Organisation mondiale des douanes (OMD), la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), INTERPOL, le réseau de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages d'Asie du Sud Est (ASEAN-Wildlife Enforcement Network) et l'équipe spéciale de l'Accord de Lusaka (LATF). Les renseignements recueillis ont notamment permis aux gouvernements d'identifier certains suspects qui feront l'objet de futures enquêtes. Les participants à l'opération Cobra ont également évalué l'opération et mis sur pied des plans multilatéraux pour améliorer l'efficacité des prochaines missions transnationales.

L'opération Cobra a bénéficié du soutien financier du Bureau international des stupéfiants et de l'application de la loi du Département d'État des États-Unis, du Service américain de gestion des pêches et de la faune (USFW) et de l'Association chinoise pour la Conservation de la faune (CWCA).

La formation commune des participants en amont de l'opération Cobra a été conduite par le Groupe spécial d'investigation sur le trafic d'animaux sauvages lequel a reçu le soutien technique et financier du programme régional de lutte contre le trafic d'espèces en danger d'Asie (ARREST). ARREST est pour sa part financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et mis en oeuvre par la fondation Freeland, qui lutte contre le trafic d'espèces sauvages, en collaboration avec d'autres organisations, dont IFAW.

IFAW a également soutenu Cobra II en finançant les opérations d'infiltration qui ont permis de mettre derrière les barreaux les principaux trafiquants d'ivoire. Freeland, IFAW et LATF se sont mobilisés pour rassembler les ressources financières et logistiques nécessaires à l'opération, encadrer la formation des agents et fournir des informations essentielles sur les trafiquants impliqués.

« La criminalité liée à la faune sauvage est parmi les activités les plus sérieuses, dangereuses et, préjudiciables, au même titre que la traite d'êtres humains, le trafic de drogues ou le trafic d'armes », déclare Kelvin Alie, Directeur du programme Commerce d'espèces sauvages d'IFAW. « Nous ne parviendrons à l'endiguer que si les gouvernements, les organisations internationales et les ONG œuvrent de concert. »

Fin

 

BIL : Le Bureau international des stupéfiants et de l'application de la loi (BIL) du Département d'État des États-Unis s'emploie à réduire l'impact du crime international et du trafic de stupéfiants en favorisant la coopération internationale et en apportant son expertise aux pays étrangers.

Le projet Asia's Regional Response to Endangered Species Trafficking est le principal programme gouvernemental de lutte contre le trafic d'espèces sauvages des États-Unis. Il répond au décret présidentiel portant sur la lutte contre le trafic d'espèces sauvages. Financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et mis en place par la fondation Freeland, ce programme lutte contre le trafic d'espèces sauvages en Asie en s'appuyant sur trois leviers d'action : la réduction de la demande des consommateurs, le renforcement des capacités des forces de l'ordre et le renforcement de la coopération régionale et des réseaux de lutte contre le trafic tels que le réseau de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages de l'ANASE (ASEAN-Wildlife Enforcement Network). Ce projet réunit autour d'un même objectif les États membres de l'ASANE, la Chine, l'Asie du Sud, les ONG et diverses organisations du secteur privé, aidant ainsi le continent asiatique à se montrer à la hauteur des enjeux de la protection de la biodiversité dans la région.

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW Afrique australe)
Contact phone:
+27 21 701 8642
Contact portable :
+27 82 330 2558
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Kelvin Alie, Directeur du programme Commerce d'espèces sauvages
Directeur du programme Commerce d'espèces sauvages
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Tania McCrea-Steele, Responsable des campagnes et du respect de l'application de
Responsable des campagnes et du respect de l'application des lois, IFAW Royaume-Uni
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW