IFAW - les éléphants du Zimbabwe victimes d'une terrible tragédie

IFAW - les éléphants du Zimbabwe victimes d'une terrible tragédie
Vendredi, 25 Octobre, 2013
Le Cap, Afrique du sud

On estime désormais à pas moins de 350 le nombre d'éléphants morts empoisonnés pour leur ivoire dans le parc national Hwange, au Zimbabwe, l'une des principales zones de conservation d'Afrique.

Les pachydermes sont morts après avoir ingéré le cyanure déposé par des braconniers dans divers points d'eau et sur des blocs de sels à lécher naturels. Ils ont donc péri dans d'atroces souffrances, tandis qu'un nombre inconnu d'autres prédateurs sont également morts après s'être nourris des carcasses.

« Le degré de cruauté qui caractérise le massacre de ces éléphants dépasse l'entendement », condamne Jason Bell, Directeur du programme Éléphants d'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux). « Ces animaux ainsi que d'innombrables autres créatures sont morts dans d'effroyables souffrances, tout ça pour leur ivoire ».

Cinq personnes ont été arrêtées, dont deux ont été condamnées la semaine dernière à une peine de 15 ans de réclusion assortie de travaux forcés par un tribunal correctionnel provincial.

Les médias ont commencé à faire état de ces empoisonnements fin juillet après la mort de 100 éléphants. Depuis, pas moins de 350 carcasses ont été recensées à travers le Parc national Hwange lors d'observations aériennes réalisées par des chasseurs.

Ce parc national, le plus grand du Zimbabwe, abrite une population saisonnière pouvant atteindre 40 000 pachydermes. Il est considéré comme l'une des zones de conservation les plus importantes du continent africain.

Cette hécatombe constitue le plus grand massacre d'éléphants perpétré en Afrique australe à ce jour, et l'un des plus importants à l'échelle du continent.

En Afrique de l'Ouest, entre décembre 2011 et mars 2012, les braconniers ont abattu pas moins de 650 pachydermes dans le parc national de Boubandjida, au Cameroun.

« La criminalité à l'encontre des espèces sauvages figure au rang des crimes internationaux les plus graves, les plus dangereux et les plus dommageables qui soient, au même titre que le trafic d'êtres humains, d'armes ou de stupéfiants », poursuit M. Bell.

« En 2011, entre 25 000 et 50 000 éléphants auraient été tués par les braconniers, tout cela dans le seul but d'en prélever l'ivoire pour fabriquer des babioles dont personne n'a besoin. Seule une réglementation nationale et internationale strictes, ainsi que des mesures coercitives efficaces, sont à même d'empêcher les tragédies comme celle à laquelle nous venons d'assister au Zimbabwe. »

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW Southern Africa)
Contact portable :
+27 82 330 2558
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW