IFAW expose pour la première fois les images du massacre d’éléphants de Boubandjida à Montier en Der

Mercredi, Novembre 20, 2013
Reims, France

Alors que l'Afrique centrale entre dans la saison sèche, tristement synonyme de braconnage, IFAW exposera pour la première fois, au 17ème festival de la photo animalière de Montier en Der, les photos de sa mission d'urgence dans le Parc national de Boubandjida, au Cameroun, en février 2012.

Frappé par un terrible raid de braconniers soudanais, le Parc a vu  plus de la moitié de sa population décimée en un mois et demi, soit plus de 650 éléphants. La mission d’IFAW, seule ONG sur le théâtre du massacre, avait attiré l’attention des medias du monde entier sur ce fléau sanglant qu’est le braconnage des éléphants.

A l’invitation du Festival de la photo animalière de Montier en Der et en présence de l’équipe d’IFAW France, l’exposition explique en 20 photos comment le Nord - Cameroun, à l’image du continent et de l’Afrique centrale tout particulièrement, assiste à l’extermination de sa population d’éléphants sous l’effet du braconnage perpétré par des syndicats du crime organisé international.

« La criminalité faunique figure au rang des crimes internationaux les plus graves, les plus dangereux et les plus dommageables qui soient, au même titre que le trafic d'êtres humains, d'armes ou de stupéfiants », explique Céline Sissler Bienvenu, Dircetrice d’IFAW France et Afrique francophone.

Depuis le terrible massacre de Boubandjida, la situation des éléphants d'Afrique n’a cessé d’empirer. Chassés de leur habitat au profit du développement humain et braconnés sans relâche pour satisfaire la demande croissante d'objets de décoration en ivoire en Asie, les éléphants d'Afrique sont menacés de disparition. Alors qu'il n'en reste plus que 400 000 sur le continent, chaque année, 30 000 à 50 000 d’entre eux, sont la proie des braconniers qui les abattent cruellement, par familles entières.

La majeure partie de l'ivoire illégal est destinée à l'Asie, en particulier à la Chine où cet «or blanc » tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur en tant que véhicule d'investissement. La disponibilité limitée de l'ivoire légal acheté par la Chine lors de la vente de stocks de certains pays d'Afrique australe en 2008 a, quant à elle, alimenté la demande, encourageant ainsi le commerce illicite de l'ivoire et le braconnage des éléphants pour répondre à la demande du marché.

Dans le cadre d'une initiative internationale visant à renforcer les capacités de lutte contre ce trafic, IFAW forme les forces de l'ordre à la prévention du trafic d'espèces de faune sauvage dans de nombreux pays d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Asie, d'Océanie et des Caraïbes. IFAW a récemment signé un mémorandum d'entente avec INTERPOL, le premier jamais signé avec une ONG par le Programme d'INTERPOL sur la criminalité environnementale. IFAW et INTERPOL ont collaboré sur de nombreux projets depuis 2005, et notamment l'année dernière, lors de la plus grande opération de lutte contre le trafic d'ivoire jamais menée à l'échelle internationale.

Alors que la saison sèche s'annonce, IFAW redoute de nouveaux raids meurtriers tels que celui de Boubandjida: exposer la réalité du braconnage en images contribue à une prise de conscience nécessaire pour lutter contre cette tragédie.

 

Note aux rédacteurs :

Le festival de la photo animalière de Montier en Der est ouvert au public du 20 au 24 novembre de 9h à 19h. IFAW expose ses photos à la Fondation Lucy LEBON, 29 rue des ponts, Montier en Der.

Post a comment