Focus sur l’Islande : M. Loftsson, à quoi bon poursuivre la chasse à la baleine ?

M. Loftsson a dû assister à la retransmission sur la chaîne nationale du retour de sa marchandise dans le port de Reykjavik, sous la huée des militants mobilisés par IFAW et Icewhale, la fédération islandaise des agences de tourisme baleinier.On dirait bien que M. Loftsson, le célèbre chasseur solitaire et implacable de rorquals communs, s’est mis dans le pétrin.

Cela fait des années que le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) lui demande pourquoi il s’entête à chasser le rorqual commun. En plus d’être cruelle, cette activité semble peu rentable et son seul marché potentiel, le Japon, n’a jamais véritablement manifesté d’intérêt pour ses produits. Qui plus est, M. Loftsson rencontre aujourd’hui des difficultés à trouver un prestataire qui accepte de transporter sa marchandise.

Les derniers déboires de M. Loftsson remontent à début juillet, lorsque de la viande de rorqual a été découverte dans le port de Rotterdam. Le conteneur, censé transporter du poisson, renfermait en réalité la viande de cinq ou six rorquals communs. Après avoir reçu un million de messages par le biais d’une immense campagne virtuelle menée par Avaaz, les autorités portuaires de Rotterdam ont déclaré qu’elles refuseraient dorénavant de faire transiter de la viande de rorqual car cela va à l’encontre des politiques de responsabilité sociale de leur entreprise.

Les regards se sont alors tournés vers Samskip, le transporteur. Sa réponse ne s’est pas fait attendre : quelques jours plus tard, il annonçait qu’il n’acheminerait pas les six conteneurs vers le Japon et que, « pour éviter de futures incompréhensions, Samskip ne transporterait plus de viande de baleine à l’avenir. »

M. Loftsson a donc observé impuissant le rapatriement de ses six conteneurs de viande de rorqual vers l’Islande. Comme si cette humiliation ne suffisait pas, il a dû assister à la retransmission sur la chaîne nationale du retour de sa marchandise dans le port de Reykjavik. Le navire a été accueilli par une flotte de bateaux ayant répondu présent à l’appel d’IFAW et d’Icewhale et brandissant des bannières accusatrices où l’on pouvait lire « à quoi bon continuer la chasse ? ».

Cet accueil n’a sans doute pas fait plaisir à M. Loftsson mais l’homme a le sens du combat. Bien que ses actionnaires se plaignent ouvertement des pertes engrangées par la chasse au rorqual, que les ports refusent d’être le théâtre de ce commerce funeste et que les transporteurs excluent d’acheminer sa marchandise, M. Loftsson réitérait récemment dans les médias sa confiance et son intention de poursuivre la chasse au rorqual.

M. Loftsson, le célèbre chasseur solitaire et implacable de rorquals communs, semble déconnecté de la réalité.

Il est temps que quelqu’un lui tende la main et lui glisse d’un ton amical et compréhensif : « ça suffit maintenant, M. Loftsson ».

Robbie Marsland 

Pour en savoir plus sur notre travail pour endiguer la chasse commerciale à la baleine, consultez notre page dédiée.

Post a comment