Episode sanglant pour les éléphants : sept tonnes d'ivoire saisies en quelques jours

Photo d'archive © IFAW
Jeudi, Octobre 10, 2013
Le Cap, Afrique du sud

Près de sept tonnes d'ivoire ont été saisies depuis la fin du mois de septembre au Kenya, au Vietnam et à Hong Kong, rendant ces dernières semaines particulièrement sanglantes pour les éléphants.

Les autorités kenyanes ont détaillé mercredi le second coup de filet réalisé en moins d'une semaine, avec la saisie de deux tonnes d'ivoire mardi. Vendredi dernier, elles avaient déjà découvert deux tonnes d'ivoire dissimulées dans un conteneur transportant des sacs de graines de sésame. En provenance de l'Ouganda, la cargaison avait fait escale dans le port de Mombasa, et devait ensuite faire route vers la Turquie.

Les deux tonnes d'ivoire saisies mardi étaient cachées de manière similaire et devaient elles aussi être expédiées vers la Turquie.

Les autorités vietnamiennes ont quant à elles annoncé la découverte vendredi dernier de près de deux tonnes de défenses d'éléphants dissimulées dans un conteneur en provenance de Malaisie et à destination de la Chine. Selon les rapports, le conteneur était censé transporter des coquillages.

La semaine dernière toujours, pas moins de 189 défenses d'éléphants, soit 769 kg d'ivoire, étaient saisies à Hong Kong à la suite d'une opération de renseignements engagée fin septembre. Le précieux matériau avait été expédié depuis la Côte d'Ivoire, en Afrique de l'Ouest, dans un conteneur estampillé « soja ».

« Avec sept tonnes d'ivoire saisies en l'espace de quelques jours seulement, 2013 est à n'en pas douter une année à marquer d'une pierre noire pour les éléphants », déclare Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone d'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux).

« Le trafic d'espèces sauvages est l'une des activités criminelles les plus lucratives au monde. Il représente entre 7 et 10 milliards de dollars US chaque année, ce qui incite les trafiquants à redoubler d'ingéniosité et à employer des méthodes de contrebande toujours plus insidieuses. »

« On estime qu'entre 25 000 et 35 000 éléphants ont été massacrés par des braconniers en 2012, l'ivoire ainsi obtenu servant à fabriquer des bibelots dont personne n'a besoin », ajoute Mme Sissler-Bienvenu.

« IFAW félicite les forces de l'ordre vietnamiennes pour la saisie d'ivoire de la semaine dernière », ajoute Grace Ge Gabriel, Directrice régionale Asie d'IFAW.

« Le Vietnam est un marché majeur pour les produits de contrebande dérivés d'espèces sauvages, mais c'est aussi une plaque tournante dans le trafic d'ivoire à destination de la Chine. Le travail des forces de l'ordre locales est donc capital pour interrompre ce commerce illicite. Le fait que de telles quantités d'ivoire soient saisies un peu partout dans le monde est à la fois encourageant et démoralisant, car cela montre à quel point le braconnage est aujourd'hui hors de contrôle », précise Mme Ge Gabriel.

La majeure partie de l'ivoire de contrebande est destinée à l'Asie, et en particulier à la Chine, où cet « or blanc » tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur en tant que véhicule d'investissement. La disponibilité limitée de l'ivoire légal acheté par la Chine lors de la vente de stocks de certains pays d'Afrique australe en 2008 a, quant à elle, alimenté la demande, encourageant ainsi le commerce illicite de l'ivoire et le braconnage des éléphants pour répondre aux besoins du marché.

« Nous ne pourrons mettre un terme au commerce illégal de faune sauvage sans un engagement concret de la communauté internationale », poursuit Céline Sissler-Bienvenu.

IFAW s'engage aux côtés de la Clinton Global Initiative (CGI), qui financera à hauteur de 80 millions de dollars US un projet de lutte contre le massacre des éléphants d'Afrique pour leur ivoire. Ce projet prévoit d'aider les gouvernements nationaux à renforcer leurs dispositifs de répression à l'encontre des braconniers sur 50 sites prioritaires, d'intensifier la lutte contre le trafic d'ivoire, d'améliorer les réseaux de renseignement et de plaider en faveur de sanctions plus sévères en cas d'infraction. Enfin, la CGI entend redoubler d'efforts en vue de réduire la demande en ivoire sur les principaux marchés concernés.

En plus de réunir des chefs d'État, les différentes parties prenantes et les citoyens autour d'une même cause, le projet s'intéressera tout particulièrement aux implications du trafic d'espèces sauvages en matière de sécurité nationale et internationale. Avec une valeur annuelle estimée entre 7 et 10 milliards de dollars US, le commerce illicite d'espèces sauvages compte parmi les activités criminelles les plus lucratives du monde. Elle se classe quatrième en terme de valeur après le trafic de drogues, d'êtres humains, et de contrefaçons.

De plus, certains groupes extrémistes comme l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), les Janjawid ou encore al-Shabaab (le groupe responsable du massacre perpétré le mois dernier dans un centre commercial de Nairobi) se livrent au trafic d'ivoire dans le but de financer leurs opérations terroristes.

Dans le cadre d'une initiative internationale visant à renforcer les capacités de lutte contre ce trafic, IFAW forme les forces de l'ordre à la prévention du trafic d'espèces de faune sauvage dans de nombreux pays d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Asie, d'Océanie et des Caraïbes. IFAW a récemment signé un mémorandum d'entente avec INTERPOL, le premier jamais signé avec une ONG par le Programme d'INTERPOL sur la criminalité environnementale. IFAW et INTERPOL ont collaboré sur de nombreux projets depuis 2005, et notamment l'année dernière, lors de la plus grande opération de lutte contre le trafic d'ivoire jamais menée à l'échelle internationale.

Dans le cadre de l'opération Wendi menée durant le premier semestre 2013 en Côte d'Ivoire et dans d'autre pays d'Afrique de l'Ouest, IFAW et INTERPOL ont uni leurs forces avec celles des autorités policières locales pour lutter contre les braconniers et les trafiquants. En amont de l'opération, un atelier de formation organisé par la Côte d'Ivoire et soutenu par IFAW avait rassemblé plusieurs responsables du maintien de l'ordre des pays participants, venus apprendre les dernières techniques de recherche et de saisie et mettre en commun leurs connaissances ainsi que leur expertise.

A la suite de cette initiative, les forces de l'ordre ont saisi de grandes quantités d'ivoire, de produits dérivés d'espèces sauvages, d'armes, d'animaux vivants ainsi que de grosses sommes d'argent liquide.

Note aux rédacteurs

Pour visionner la carte de saisies d'ivoire en 2013, cliquez-ici.

L'infogaphie La nature du crime sur la menace que le commerce illicite d'espèces sauvages fait peser sur la sécurité nationale et mondiale, est disponible ici.

Le dernier rapport d'IFAW intitulé La nature du crime: répercussions du commerce illicite d'espèces sauvages sur la sécurité mondiale illustre la menace que le commerce illicite fait peser sur des animaux comme les éléphants et les rhinocéros, mais aussi sur les populations.

La vidéo de l'opération WENDI menée au Congo-Brazzaville est visible ici.

Pour en savoir plus sur le trafic d'ivoire, téléchargez le magazine numérique d'IFAW, Unveiling the Ivory Trade (Révélations sur le commerce de l'ivoire).

Post a comment

Contact presse

Céline Sissler-Bienvenu (IFAW France et Afrique francophone)
Contact phone:
+33 3 26 48 29 20
Contact portable :
+33 6 17 56 10 74
Contact email:
Christina Pretorius (IFAW SA)
Contact phone:
+27 21 701 8642
Contact portable :
+27 82 330 2558
Contact email:

Nos experts

Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Dr. Cynthia Moss, IFAW Elephant Expert
IFAW Experte éléphants
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur régional Afrique de l’Est
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Directeur du programme Éléphants, Directeur régional Afrique australe
Peter Pueschel, Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Directeur Accords internationaux sur l'environnement
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW