En Afrique, un accord historique pour les éléphants avec la création du corridor de Kitenden

Azzedine Downes, directeur général d'IFAW (à gauche), et M. Daniel Leturesh, représentant de la communauté massaï, signent les certificats du corridor de Kitenden après la signature du bail le 17 juillet 2013 dans le parc national d'Amboseli au Kenya. © IFAW/K. PrinslooLe mercredi 17 juillet, nous avons organisé une cérémonie dans l'un des cadres les plus spectaculaires de la planète, au pied du mont Kilimandjaro.

Le Kilimandjaro est un symbole. C'est la plus haute montagne isolée d'Afrique, et ce sont les photos des éléphants sur fond du Kilimandjaro qui donnent envie à des milliers de touristes de prendre le premier avion pour venir voir l'Afrique sauvage.

Le Kilimandjaro se trouve sur le territoire de la Tanzanie, tout près de la frontière avec le Kenya où l'on trouve un phénomène naturel tout aussi fantastique : le parc national d'Amboseli, domaine de 1400 éléphants et d'une myriade d'animaux sauvages – lions, guépards, léopards, buffles, gnous, antilopes, girafes et oiseaux variés.

Ensemble, Amboseli et le Kilimandjaro forment le paysage le plus spectaculaire d'Afrique.

Cependant, le parc, les éléphants et les autres animaux sauvages qu'il abrite sont gravement menacés. Amboseli est l'un des deux plus petits parcs du Kenya, et il ne suffit pas toujours à nourrir ses immenses troupeaux d'éléphants. Les pachydermes parcourent des kilomètres chaque jour – et encore plus pendant la saison des pluies – à travers les territoires massaï, ce qui crée parfois des conflits avec les habitants.

L'itinéraire favori des éléphants, qu'ils suivent depuis des millénaires, passe la frontière tanzanienne et s'avance jusqu'aux pentes du Kilimandjaro.

Au fil des ans, l'établissement de « ranchs collectifs » autour du parc d'Amboseli a lentement grignoté l'espace disponible pour les éléphants. Dans certains de ces ranchs, l'établissement de villages et de petites fermes, avec de grands troupeaux de bétail, a modifié l'habitat. Ailleurs, les exploitations minières et les fermes commerciales représentent un danger bien réel.

Nous devions agir avant qu'il soit trop tard afin de sauvegarder un habitat crucial pour les éléphants.

La seule réponse possible, déterminée après d'intenses discussions et des recherches scientifiques continues menées par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) et ses partenaires, était de louer du terrain pour agrandir l'habitat d'Amboseli et ouvrir un couloir sûr permettant aux éléphants de rejoindre la frontière. Un corridor similaire existe déjà du côté tanzanien, de sorte que la jonction des deux garantira aux pachydermes la possibilité de se déplacer en toute sécurité entre Amboseli et le Kilimandjaro.

Mercredi, IFAW a signé un bail de location avec la communauté du ranch collectif d'Olgulului-Ololarashi (OOGR) à Amboseli. Cet accord préserve 6 400 ha de terrain appelés « corridor de Kitenden ».

C'est un moment historique pour IFAW sur le plan international aussi bien que pour notre fabuleuse équipe du bureau régional d'Afrique orientale, dirigé par James Isiche.

En signant cet accord, nous saluons les valeurs de la communauté massaï qui protège les éléphants et la faune sauvage d'Amboseli depuis presque 300 ans.

Un public nombreux assiste à la signature de l'accord de location entre IFAW et la communauté massaï le 17 juillet 2013 dans le parc national d'Amboseli au Kenya. © IFAW/K. Prinsloo

Près de 1 600 propriétaires terriens massaï, ayant tous signé un certificat approuvant la location de leur terre, se sont rassemblés mercredi à Engong Narok, dans le parc d'Amboseli, pour assister à la cérémonie qui a accordé aux éléphants l'espace vital dont ils ont besoin.

L'importance de cet événement a également attiré plusieurs hauts représentants du gouvernement kenyan, notamment le secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Eau et aux Ressources naturelles, ainsi que le directeur du KWS et le gouverneur du comté de Kajiado.

Rien de tout cela n'aurait été possible sans le soutien de nos donateurs, et j'aimerais vous en remercier. Je suis extrêmement fier de ce qu'IFAW a accompli pour les éléphants en Afrique orientale. 

Azzedine Downes

Cliquez ici pour en savoir plus sur les efforts d'IFAW visant à protéger les éléphants et leur habitat naturel. Votre soutien est vital pour ces efforts.

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Erica Martin, Directrice Internationale de la Communication
Directrice Internationale de la Communication
Faye Cuevas, Directrice des opérations
Directrice des opérations, Fonds international pour la protection des animaux
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Vice-président des Opérations internationales
Vice-président des Opérations internationales
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Sonja Van Tichelen
Directrice régionale Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international Criminalité en ligne liée à la faune sauvage, IFAW Royaume-Uni