Diaporama : la réhabilitation de trois tigres de l'Amour dans l'Extrême-Orient russe

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) soutient la réhabilitation de trois tigres secourus l'hiver dernier.

Je surveille les bébés tigres chaque jour grâce à des caméras télécommandées et à des pièges photographiques disposés autour de l'enclos. Cette surveillance nous permet d'en apprendre beaucoup sur la vie des bébés tigres sans les perturber par une présence humaine.

À la fin de l'automne 2012, deux bébés tigres (Borya et Kuzya) ont perdu leur mère. Ils ont été retrouvés dans le district de Iakovlevski, dans le Kraï du Primorié. Un autre bébé tigre (Ustin) a été trouvé dans la même région, dans le district de Kavalerovski.

VOIR AUSSI: Focus sur la Russie : Cendrillon, la tigresse de Sibérie récemment relâchée, s’épanouit dans la nature

Âgés d'à peine 4 ou 5 mois, les bébés tigres tentaient de retrouver leur mère et de se nourrir. Ils avaient déjà perdu beaucoup de poids et s'étaient affaiblis. À cet âge, les tigres sont encore très petits et dépendants.

Fin novembre, le temps est déjà très froid dans le Primorié, et il devient très difficile pour des bébés tigres orphelins de trouver de la nourriture. Les petits sont arrivés sur la route, où des gardes-chasses les ont remarqués. Grâce aux membres de l'association Special Inspection Tiger, ils ont été capturés.

Malgré leur faiblesse, les bébés essayaient de s'enfuir et de se rebeller. Visiblement, leur mère leur avait appris à craindre les humains pendant leur vie en liberté.

Ils ont été transférés au Centre de réhabilitation d'Alexeïevka le 4 décembre 2012. Ce centre a été conçu spécialement pour les orphelins comme eux par Special Inspection Tiger et par l'Institut A.N. Severtsoff d'Écologie et d'Évolution. Les bébés tigres ont été baptisés Borya et Kuzya en l'honneur de leurs sauveteurs (c'est le nom des spécialistes qui les ont attrapés). Quant à Ustin, il doit son nom à la rivière Ustinovka, à proximité de laquelle il a été trouvé.

La vie des jeunes tigres dans le centre de réhabilitation a commencé dans une petite maison avec une tanière, où ils ont reçu à manger et ont pris du poids. Ils sont restés méfiants vis-à-vis des hommes, y compris ceux qui les nourrissaient. Lorsque le soigneur s'approchait de la maison, ils se cachaient toujours dans la tanière et y restaient couchés. La peur des humains est un bon signe, c'est pourquoi seule une surveillance à distance est autorisée, à l'aide de caméras. 

Au bout de quelque temps, la porte de la maison a été ouverte, et les petits ont été déplacés vers un enclos de quarantaine.

La surveillance de leur comportement montre que les petits, à l'âge de 4-7 mois, sont très amicaux l'un envers l'autre, sans aucune interaction agressive. Lorsqu'on leur donne un gros morceau de viande, les jeunes tigres le mangent calmement ensemble. Ils s'adressent fréquemment des « ronronnements », ce qui confirme leur amitié.

Il est important de noter que les bébés tigres orphelins sont plus prudents que ceux qui restent avec leur mère (d'après les constatations faites dans des zoos). Ils doivent sans cesse faire attention à leur environnement, pour pouvoir courir se mettre à l'abri au moindre signe de danger. La plupart du temps, ils se promènent autour de l'enclos, en écoutant et en observant attentivement les environs ; habituellement, les bébés tigres qui grandissent avec leur mère passent leur temps à jouer sans souci.

C'est seulement dans les tanières, où les petits adorent se reposer, qu'ils peuvent se permettre de se détendre, de s'étirer et de jouer un peu à s'attraper la queue. Ces tigres ont été obligés de mûrir bien plus vite que leur âge. C'est un phénomène que l'on a remarqué chez de nombreux tigres orphelins.

Une autre caractéristique intéressante des bébés tigres sauvages est leur capacité à attendre immobiles. S'ils entendent des bruits qui les inquiètent, ils s'aplatissent contre le sol et se cachent. Même un petit buisson peut suffire à les dissimuler ! Ils peuvent rester ainsi pendant des heures en attendant que le danger potentiel disparaisse.

Les tigres sont calmes et d'humeur égale. Toutefois, lorsqu'il se sent anxieux, par exemple à cause de bruits inconnus près de l'enclos, le bébé tigre commence à battre du bout de la queue. C'est le seul signe d'anxiété visible chez le tigre.

En été, l'herbe pousse très haut dans l'enclos. Les petits tigres sont très doués pour se dissimuler dans l'herbe, et seuls les pistes et les emplacements tassés parce qu'ils aiment s'y coucher trahissent leur présence. En revanche, la nuit et au crépuscule, les bébés vont dans les espaces dégagés de l'enclos pour observer les alentours et se baigner dans l'eau fraîche. Chaque matin, Borya et Kuzya prennent un bain dans le fossé creusé pour eux, puis ils sautent sur la butte pour s'ébrouer avant d'aller courir et jouer dans les hautes herbes.

Ils grandissent et prennent des forces : bientôt, il faudra leur apprendre à chasser. Pendant plusieurs mois, les petits tigres vont acquérir et exercer leurs compétences de chasseurs en s'attaquant à des sangliers ou à des cerfs. C'est seulement lorsqu'ils seront capables de chasser qu'ils pourront survivre en liberté.

Katja Blidchenko

Le soutien financier que vous apportez à nos actions est crucial pour la survie de ces animaux.

Post a comment

Nos experts

Conseiller principal en matière de programmes
Conseiller principal en matière de programmes
Brian Sharp, Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Dr. Ian Robinson, Vice-président, programmes et opérations internationales
Vice-président, programmes et opérations internationales
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Vétérinaire, Docteur
Vétérinaire, Docteur
Katie Moore, Directrice du programme Interventions d’urgence
Directrice du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence
Valeria Ruoppolo, Vétérinaire d’IFAW
Vétérinaire d’IFAW
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW